toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une journaliste des Inrocks interdite d’entrer dans une réunion parce qu’elle est blanche


Une journaliste des Inrocks interdite d’entrer dans une réunion parce qu’elle est blanche

Qu’est-ce que l’afro-féminisme ? Victimes à la fois de sexisme et racisme, certaines femmes d’origine africaine ne se reconnaissent pas dans les courants féministes actuels. Ces “Afro-descendantes” souhaitent aussi faire entendre leur voix.

Un mouvement non mixte

Ne pas parler à la place des autres. C’est sans doute une des caractéristiques majeures revendiquées par les afro-féministes. C’est pourquoi le collectif Mwasi se revendique comme “non mixte”. Nous avons souhaité nous rendre à une de leur réunion afin de les rencontrer. Elles nous ont alors poliment refusé l’accès, sous motif que leurs événements internes ne sont réservés qu’aux femmes afro-descendantes.

Loading...

“Ce collectif est non mixte car nous pensons être les mieux placées pour saisir les armes de notre émancipation. Mwasi n’est ni contre les hommes ni contre les autres groupes ethno-raciaux. En effet, ils pourront se joindre à nos actions en tant qu’alliés après concertation des membres du collectif”, peut-on lire sur le site de l’association.

Ces militantes disent avoir besoin d’un espace où “elles se sentent libres et surtout comprises”. Que répondent-elles alors à ceux qui les accuseraient de racisme “antiblanc” ?

“Ces personnes-là ne se rendent pas compte qu’elles sont dans des situations de dominants. Elles ne peuvent pas comprendre le racisme que nous subissons au quotidien. Nous ne pouvons pas être racistes antiblancs car on n’établit pas de hiérarchie entre les races et le système discriminatoire que l’on nous accuse de mettre en place ne nous profite pas à nous directement. On demande simplement la liberté d’avoir un espace pour échanger et préparer notre émancipation”, justifie Bénédicte.

“C’est une absence de prise en compte de problématiques spécifiques, qui justifie l’existence de l’afro-féminisme aujourd’hui”, conclut Rokhaya Diallo.

Les Inrocks





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Une journaliste des Inrocks interdite d’entrer dans une réunion parce qu’elle est blanche

    1. michel boissonneault

      c’est beau le progrès…. ou sont les gauchistes pour défendre ses exclus ….
      SVP si ont fait l’exercise d’inverser la situation…. si ont excluaient les personnes de race noir d’une réunion …. que serait le résultat .. bien les blancs seraient des racistes

    2. Alauda

      C’est justifié par Rokhaya Diallo… rien d’étonnant.
      Quand elle avait ses entrées sur LCP (égaux mais pas trop), elle avait conclu sa rencontre avec Dieudo ainsi : « tout le plaisir était pour moi »… Elle avait critiqué aussi la loi sur le voile, les signes religieux à l’école…

      Donc, cette certitude assénée selon laquelle l’ « absence de prise en compte de problématiques spécifiques justifie l’existence de l’afro-féminisme aujourd’hui reste dans sa ligne enfoulardée.

      Il n’y a jamais eu, c’est entendu, d’efforts internationaux pour éradiquer l’une des premières problématiques du féminisme africain, à savoir l’abandon de l’excision/mutilation génitale féminine !… La spécialiste « d’égaux mais pas trop » aurait pu se pencher sur cette question qui a interpelé des chirurgiens devant les quelques 60.000 excisées de France (chiffre de 2013).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *