toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tunisie: La peine de mort est adopté pour les crimes terroristes


Tunisie: La peine de mort est adopté pour les crimes terroristes

Le parlement tunisien a voté samedi à la quasi-unanimité une loi prévoyant la peine de mort pour les personnes jugées coupables de terrorisme après les attentats islamistes de Sousses en juin dernier.

Le Parlement tunisien a voté samedi à la quasi-unanimité une loi prévoyant la peine de mort pour les personnes jugées coupables de terrorisme après les attentats islamistes qui ont fait plusieurs dizaines de morts ces derniers mois. Après trois jours de débats et des heures de pourparlers vendredi à huis clos pour trouver un consensus sur le texte, les députés ont approuvé cette loi sur «la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent» par 174 députés pour, 10 abstentions et aucun vote contre. «Avec fierté, nous avons vécu ce moment historique (…) cette loi va rassurer le citoyen», a déclaré le président de l’Assemblée, Mohamed Ennaceur, devant les élus qui venaient de chanter l’hymne national dans l’hémicycle.

Ce vote est intervenu dans un contexte de menace grandissante après les attaques en juin à Sousse(38 touristes tués) et en mars au musée du Bardo à Tunis (22 morts, dont 21 touristes), revendiquées par le groupe État islamique. Ce texte remplace une loi antiterroriste de 2003, adoptée sous la dictature de Zine El Abidine Ben Ali et largement utilisée, selon les défenseurs des droits de l’Homme, pour réprimer l’opposition, en particulier le parti islamiste Ennahda alors interdit et aujourd’hui l’une des principales forces politiques tunisiennes.

Un texte controversé par les ONG

Les ONG, qui espéraient que la nouvelle législation serait plus respectueuse de l’état de droit, ont exprimé leur déception et de vives critiques. Ainsi, la peine de mort, absente du texte de 2003, a été introduite pour une série de crimes «terroristes». La peine capitale existait déjà dans le code pénal mais la Tunisie observe un moratoire sur les exécutions depuis 1991.

Les ONG ont aussi dénoncé le délai de garde-à-vue fixé à 15 jours pendant lesquels le suspect ne peut consulter un avocat, ou encore le recours facilité aux écoutes téléphoniques. «Cette loi représente un danger réel pour les droits et les libertés en Tunisie, de nombreuses entorses aux normes internationales des droits de l’Homme ont été incorporées dans ce texte et (elles) représentent un recul par rapport à la loi de 2003», a regretté Amna Guellali, représentante de Human Rights Watch à Tunis.

«Ce projet de loi est un mauvais signal qu’on donne au monde libre qui nous regarde. On ne combat pas le terrorisme avec des réformes rétrogrades!», a martelé de son côté l’avocat pénaliste Ghazi Mrabet.Enfin l’opposition de gauche a jugé que le texte, et sa définition trop vague du «terrorisme», pourrait permettre d’y inclure des mouvements contestations sans lien avec des mouvements dits terroristes. Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a appelé dans la matinée la Tunisie à s’unir face à la menace jihadiste. S’exprimant à l’antenne de la radio Mosaïque FM à la veille de la fête de la République, il a souligné une nouvelle fois que le pays «est en guerre contre le terrorisme».

16 terroristes présumés interpellés cette semaine

«L’armée, la Garde nationale, les forces de sécurité accomplissent leur devoir et le peuple tunisien doit être solidaire», a-t-il dit, «le pays doit sortir de cette crise, tout le monde doit s’unir». Signe de la tension régnant en Tunisie, le ministère de l’Intérieur a annoncé dans la matinée avoir déjoué des projet d’attentats dans le nord du pays, dans la région de Bizerte, arrêtant 16 suspects, en tuant un autre et saisissant des armes automatiques ainsi que des explosifs.

La Tunisie fait figure de modèle de transition démocratique réussie dans le monde arabe depuis sa révolution en janvier 2011, mais elle est confrontée à une menace jihadiste grandissante et à des tensions socio-économiques toujours plus aiguës, si bien que les autorités craignent de voir le pays basculer dans l’instabilité. Le secteur stratégique du tourisme a subi de lourdes pertes depuis les attaques de Sousse et du Bardo, et le gouvernement a multiplié les annonces, avec notamment la mise en place de l’état d’urgence, pour tenter de rassurer les voyageurs et ses partenaires étrangers.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Tunisie: La peine de mort est adopté pour les crimes terroristes

    1. Slam

      Cette décision était la plus sage à prendre, surtout quand on sait que la Tunisie ne vit que grace au tourisme. Israël ferait bien de s’en inspirer concernant les terroristes plutôt que se laisser dicter sa loi par cette cour suprême qui est la pire chose qui existe dans le pays. Donc sage décision prise par les tunisiens. Quant aux ONG qui ne savent en fait que s’insurger, elles prêtent vie au terrorisme et ne doivent plus être écoutées.

    2. arié

      Fermeture de dizaines de mosquées, rétablissement de la peine de mort pour les terroristes. : voilà un pays qui attaque avec des remèdes de cheval et il est… musulman.
      L’Occident et la France, en premier, vu le nombre d’islamistes qui vivent sur notre sol et que ce pays a accueilli, s’effondrera avec sa poudre de perlimpinpin contre le terrorisme et le crime.
      C’est le système judiciaire et les associations droit de l’lhommiste de nos pays avec une Ministre de la Justice plus que complice qu’il faut bannir pour avancer.dans la lutte contre le terrorisme et le reste.

      Remarque : Qu’on donne l’Indépendance à la Guyane et qu’on botte le cul de Christiane Taubira pour qu’elle y retourne. La Guyane nous coûte trop d’argent avec leurs chômeurs fainéants pour la plupart, leur délinquance explosive et leurs trafics en tous genres; alors que la France rfile son indépendance à ce département et.que ce territoire s’allie avec le Brésil frontalier que Madame aime tant. BON DEBARRAS.
      Kourou, je m’en fiche. On n’a pas de quoi nourrir les gens sur terre et il devient alors totalement inutile d’aller gaspiller de l’argent pour découvrir des planètes à des milliers d’années lumière d’ici.

    3. arié

      Pourquoi la renvoyer Taubira ? Parce que le 5 DECEMBRE 2011, dans une interview donnée à StreetPress, elle se disait encore indépendantiste « approuvant » l’attentat de son ex-mari de qui elle se dit encore amoureuse (ça, c’est dans Match). Je suis toujours indépendaniste, précise-t-elle dans StreetPress.. C’était 5 MOIS avant qu’elle ne soit nommée au Ministère de la Justice. Comment Hollande a pu choisir une INDEPENDANTISTE comme Ministre de la France ? Remarquez, il avait nommé Cahuzac comme Ministre du Budget. Tout ça, c’est du même tonneau.
      Monsieur Hollande, il faut enquêter avant de nommer des ministres.

    4. aurelle

      Si les tunisiens veulent sauver leur peau, ils ont pas trop le choix,

      Remarque : je n aime pas Arié cette façon d’insulter Mme Taubira,. Elle vient de la Guyane, mieux l’informer. Elle ne connaît pas l’histoire de mouloud.

    5. arié

      Voilà un copié collé de l’interview :

      Question du journaliste :
      DANS NOIRS DE FRANCE VOUS DITES QUE, ÉTANT JEUNE, VOUS ÉTIEZ INDÉPENDANTISTE…

      Réponse de Taubira :
      Pas seulement jeune, je le suis encore.

      Son ex-mari a failli faire exploser un dépôt pétrolier en Guyane qui aurait pu tuer des civils qui y travaillaient : il a été arrêté à temps. C’est ce qu’on appelle une tentative d’attentat, donc du terrorisme. Elle ne s’est jamais désolidarisée de son ex-mari et revendique son action militante (joliment dit pour signifier « terrorisme ») de ces années-là dans StreetPress.
      Alors, s’il faut que je dise qu’on lui botte le popotin, je signe et je persiste.

    6. arié

      HRW (Human Rigths Watch), association droit-de-l’hommiste bourrée de WASP américains dont les épouses bourgeoises et les chères têtes blondes vivent dans de grandes et belles villas dans le Middle West états-uniens. C’est sûr que leurs chères têtes blondes ont peu de risque de se faire assassiner comme les enfants juifs français abattus comme du gibier ou les enfants des miséreux villageois algériens dans les années 90 : les bébés de 6 mois vivants servaient de ballons de foot aux terroristes du GIA (dixit un collègue algérien).
      Quand sa famille est relativement à l’abri, on peut défendre ce genre de terroristes parce qu’on ne comprend rien à la souffrance des victimes.. Moi pas même si la mienne est relativement à l’abri..

      Remarque : Madame Taubira a vécu deux ans en clandestinité parce que sinon elle aurait fini en tôle pour complicité de tentative d’attentat dont un des protagonistes était son tendre mari de l’époque. Elle n’a rien renié de tout ça. Donc, nous avons une Ministre de la Justice indépendantiste qui prône le « terrorisme » en France. Pour combattre le terrorisme, il y a beaucoup mieux.
      Si son fils a plongé dans la délinquance, c’est à cause d’elle car :
      – Bon sang ne saurait mentir.
      – Avec une mère pareille, on ne peut qu’être délinquant. Et encore, il a été beaucoup plus sage et responsable qu’elle ; il aurait pu être Coulibaly pour faire comme maman.
      Resterons en France les guyanais qui aiment la France. Donc, elle, elle dégage.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap