toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Michel Houellebecq : « Le terrorisme est un moyen de socialisation »


Michel Houellebecq : « Le terrorisme est un moyen de socialisation »

Dans un long entretien à la « Revue des deux mondes », l’auteur de « Soumission » revient sur la crainte de l’islam en France et salue les propos de Michel Onfray.

« Le terrorisme et le militantisme sont des moyens de socialisation« , affirme l’écrivain Michel Houellebecq, dans un long entretien à la Revue des deux mondes, où il revient notamment sur « l’angoisse à l’état pur » de la société française face à l’islam.

À propos de la lutte contre les djihadistes, il affirme que « ce n’est pas une chose facile de combattre une secte religieuse« . « Une réponse purement policière à une secte religieuse n’a pas de garantie de l’emporter« , avance-t-il avant de souligner que « quand on n’a pas peur de la mort, la police on s’en fout un peu« .

« Une action violente quelconque peut effectivement être vue comme un moyen de sortir de l’anomie (désorganisation sociale résultant de l’absence de normes communes) désespérante« , estime l’écrivain.

« Le terrorisme et le militantisme sont des moyens de socialisation. Ça doit être très sympa de vivre des moments ensemble, des moments forts contre la police… L’impression d’être ensemble contre tous« , argumente l’auteur de La Carte et le Territoire. « On est davantage ensemble quand on a beaucoup d’ennemis« , souligne-t-il.

« Ça crée de vraies relations, une amitié forte, voire l’amour dans le cas des femmes de djihadistes« , développe l’écrivain. L’auteur qui reconnaît vivre de plus en plus en reclus et être inquiet de « l’anomie » qui frappe la société française estime que son dernier roman Soumission, récit d’une France soumise à l’islam, exprime une angoisse qu’il a ressentie chez ses contemporains.

Cette hypothétique domination de la société française par la culture musulmane est « une angoisse à l’état pur », insiste-t-il. « Si je regarde mes livres, je dirais que je constate et après je fais des projections, qui ne sont pas des prophéties« , nuance-t-il toutefois.

« Traiter, comme l’a fait Onfray, le Premier ministre de crétin était le mot juste« 

L’écrivain juge que « l’opinion sur l’islam est à peu près également mauvaise dans l’ensemble des pays européens« .

« C’est peut-être la seule chose qu’on partage« , estime l’écrivain misanthrope. Revenant sur la tuerie de Charlie Hebdo, survenue le jour de la sortie de son roman, il juge que la grande manifestation du 11 janvier après les attentats était « impressionnante et sincère ». « Cette réaction massive m’a quand même fait plaisir« , dit Houellebecq qui était ami de l’économiste Bernard Maris, l’un des tués lors de l’attaque contre Charlie Hebdo.

« Cette manifestation a plutôt réjoui les commanditaires des attentats. Ils se félicitent du coup médiatique réalisé. Ce que pense la majorité des Français n’est pas leur problème« , estime-t-il encore. Il se félicite en revanche de « la tentation de liberté chez certains intellectuels », comme Michel Onfray, qui n’acceptent plus le discours « bien rodé depuis 2001 » demandant de ne pas faire d’amalgame entre l’islam et le terrorisme. Traiter, comme l’a fait Onfray, le Premier ministre « Emmanuel Valls » (sic) de « crétin » était « le mot juste », dit-il. Après les attentats, « la domination totale » de la gauche sur les intellectuels « s’est nettement fissurée », se réjouit-il.

Source

Pour commander le livre de Michel Houellebecq « Soumission » sur Amazon cliquez ici. Vous aiderez Europe Israël qui percevra une commission de 5%.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Michel Houellebecq : « Le terrorisme est un moyen de socialisation »

    1. lanah

      Bonjour Michel, tu te souviens de nos rendez-vous mensuels à la Bibliothèque Picpus? De Danièle notre bibliothécaire et animatrice de groupe avisée?

      Je suis très fière de voir qui tu es devenu – non seulement l’écrivain et l’homme public, mais le poète courageux indispensable. Prends soin de toi, il n’y en a pas deux comme toi aujourd’hui, je l’écris sans flagornerie.

      J’espère que ce message te parviendra.

      Nadia

    2. San Remo

      Michel Houellebecq , un littéraire qui fait des sciences humaines, une science exacte!
      la recette: rigueur et honnêteté à toutes épreuves: deux denrées introuvables chez les littéraires.

    3. Menager

      Je n’ai pas lu Soumission. Et vous dites avoir ressenti l’angoisse chez vos contemporains en France par rapport à l’islam. Bine sûr que nous sommes angoissés. Du moins, je suis angoissée. Comment devient-on angoissé ? Avant même les attentats, les attaques des nôtres par les musulmans, comment devient-on angoissé ? La curiosité. On entend parler de l’islam, du ramadan, etc. On ne sait rien de cette religion. On sait qu’il y a des problèmes dans les pays là-bas entre sectes différentes de cette religion. On hausse simplement des épaules. Puis il y a le 11/09 qui a frappé forcément tous les esprits puisque c’est la Super Puissance qui a été frappée. Et c’est possible de l’attaquer. Donc, tout devient possible et l’horreur devient possible. Alors on va se jeter sur l’Internet pour se documenter sur ladite religion. Et plus on en lit, plus on est dégoûté, écoeuré, on traite finalement ces gens de dégénérés. Mais parce que c’est ce qu’ils sont, par leur religion. Ils sont dégénérés par ce qu’ils font aux femmes, aux enfants, aux animaux. Ils sont sales. Il y a des lois dans la charia qui prouvent qu’ils sont sales. Ils ne sont pas fréquentables.
      Et donc, le sujet de l’angoisse c’est de voir que des politicards véreux et donc sales eux aussi, sont prêts à changer la société pour aller à la rencontre de ce qu’il ne faut surtout jamais rencontrer. Les politicards véreux les défendent en permanence. Ils défendent le Mal absolu, comment ne pas avoir peur ? Comment ne pas être angoissé ? J’en viens, comme beaucoup que je connais, à ne plus allumer la télévision, sauf pour zapper à la vitesse de l’éclair pour éviter tout ce qui viendrait tenter de corrompre ma façon saine de voir les choses. Ma façon est judéo-chrétienne et elle est saine. Nous avons à cœur de protéger le faible et l’opprimé, l’enfant, l’animal même, les sans défense.
      Les politicards protègent ceux qui viennent tuer les sans défense. Ils protègent leurs islamistes armés jusqu’aux dents, comment ont-ils pu si facilement et en toute impunité se procurer les armes qui leurs sont nécessaires pour nous tuer ? Les politicards protègent ceux qui sont venus pour nous tuer.
      Comment ne pas être angoissé ? Ne disent-ils pas « pas d’amalgame » ? Ou encore « attentat terroriste » quand il s’agit d’un attentat islamiste ? …
      Ce qui se passe est organisé d’en haut. C’est même un imam qui nous dit : « vos politiciens travaillent contre vous ».
      Comment ne pas être angoissé ? On ne peut faire confiance même à ceux que l’on a élus, de droite comme de gauche. Ils se sont laissés corrompre, prêts pour cela à vendre nos peaux. Comment ne pas être angoissé ? Les politicards qui nous gouvernent n’ont ni fierté, ni honneur, ni âme, ni cœur, ni entrailles, ni rien. Ils sont vides. Comme le pouvoir est devenu vide et à la solde des intérêts du moment.
      Ce ne sont pas des politicards, ce sont des maquignons et nous ne sommes pas autre chose pour eux que des boeufs promis à l’égorgement. Alors, oui, on peut être angoissé. La colère d’ailleurs le dispute à l’angoisse. On regarde ces vers de terre qui nous dirigent et qui font cause commune avec le Mal parce qu’ils chient dans leurs chausses.

    4. San Remo

      Jacques, merci de cette information confirmation d’une qualité littéraire certaine mais si gravement lacunaire et préjudiciable à notre époque.

    5. San Remo

      d’ailleurs, Jacques, finalement, je militerais bien pour que les scientifiques se mettent à écrire des romans et que les littéraires aillent apprendre à compter et mesurer les réalités diverses qui nous entourent!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap