toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Marine Le Pen et les Juifs de France


Marine Le Pen et les Juifs de France


Selon l’IFOP, le vote juif en faveur de Marine Le Pen a beaucoup progressé (13,5 %) en 2012. Une progression due surtout à la « dédiabolisation »  de son parti et à sa surprenante stratégie de séduction envers les Juifs. Enquête.

Pourquoi les juifs de France qui votent Front National sont-ils si réticents à l’avouer ? Pour certains responsables du Crif, le « vote juif » en faveur du FN n’existe pas. Ou il est infime ! « Pour un Juif, dire qu’il vote FN, est pratiquement intolérable quand on connaît les idées affichées par le Front National. Donc, ils n’osent pas le dire », affirme Jérôme Culioli, président du Crif des Alpes-Maritimes.

Il n’y a pas, chez nous, à ma connaissance, un seul Juif qui vote Le Pen.

« Mais il y a des brebis galeuses partout. Nous n’avons pas eu l’occasion de rencontrer ces gens-là. Certes, je ne vois pas chacune des 30 000 personnes de notre communauté. Il doit bien exister une minorité qui ne fréquente pas nos associations. Et puis, personne ne peut connaître le vote final ! Toute la difficulté est là ! » Roger Cukierman, lui, estime que les Juifs qui votent Le Pen sont « extrêmement minoritaires ». Alors que Marc Knobel, directeur des études, est catégorique : il ne connaît pas de Juifs qui votent Le Pen ! Il reconnaît cependant que « c’est quelque chose qui relève du choix personnel. Les gens ne l’affichent pas. Il y a sûrement une gêne, une honte. Je l’affirme, il n’y a pas de vote spécifiquement juif pour le FN mais seulement des électeurs isolés qui expriment un mécontentement à l’instar de tout autre citoyen français qui voterait FN. »

Si le « vote juif » n’existe pas, comment interpréter ces 13,5 % des voix chez les Français de confession juive en faveur de Marine Le Pen ?

Quand son père, en 2007, n’en a recueilli que 4,4 % ? Vous avez bien lu : 13,5 % !(1) Un score énorme ! « Le FN serait-il devenu le parti le plus sioniste de France ? », s’interroge avec humour un jeune homme. Or, les instituts de sondage n’étant pas autorisés à pratiquer des tris par communautés, d’où vient ce chiffre ?   Le « vote juif » est très difficilement mesurable, s’étonne Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’extrême droite. À aucun endroit les votes juifs ne sont suffisamment importants pour orienter la tournure d’un scrutin. On peut seulement constater que le vote juif en faveur du FN a augmenté depuis l’arrivée de Marine Le Pen. Mais aucune étude précise n’a pu en donner le niveau à l’heure actuelle. L’IFOP en accusation ?

Le directeur du département  Opinion et Stratégies d’entreprise, Jérôme Fourquet, s’en défend.

« Comptabiliser les voix d’une communauté juive numériquement très faible – 1 % – est un travail au long cours. Nous avons multiplié les études sur plusieurs années pour définir « des » votes juifs, et non « un seul » vote juif. Mais il faudrait aussi définir ce qu’est un Juif. Ce qui n’est pas facile. Pour nous, ont été considérés comme Juifs seulement ceux qui se sont déclarés de confession juive. Sans autre critère. » Explication suffisante ? Pas tout à fait. On insiste. Avec bienveillance, Jérôme Fourquet accepte de mieux préciser la méthode employée pour justifier ce chiffre de 13,5 % : « Cette analyse a été menée à partir d’une agrégation à grande échelle d’enquêtes effectuées par l’IFOP auprès d’échantillons nationaux représentatifs sur une période de dix ans – de 2002 à 2012 – et au sein desquelles la question de l’appartenance religieuse était posée. Une fois ce cumul effectué, on dispose d’un échantillon global de pas moins de 173 000 interviewés. Ce volume, plus que conséquent, a permis d’évaluer d’une part le poids et le profil de la population se déclarant juive et d’autre part d’observer son comportement sur les dernières élections. » Nous voilà donc mieux fixés sur les difficultés à « capter » le vote juif !

Jusque dans les années 70, les Juifs votaient traditionnellement à gauche. Comment alors ont-ils basculé à droite  ?

« Ils se sont « droitisés » au début des années 2000 », analyse Jérôme Fourquet, au moment de l’éclatement de la seconde intifada dans les territoires palestiniens.

À ce moment, les actes antisémites se sont multipliés, en France, sans que la gauche ne reconnaisse officiellement la gravité de la situation ni le profil des auteurs. D’où un sentiment d’abandon pour de nombreux Juifs de France. Nicolas Sarkozy, par sa politique sécuritaire et pro-israélienne, s’engouffre dans cette brèche dès 2002, et réussit à capter majoritairement ces votes juifs lors de son élection en mai 2007. Une année ou le vote FN était encore infréquentable. Les Juifs de France ne sont pas amnésiques ! Ils n’oublient pas que le Front National descend de cette extrême droite que le père Le Pen n’a jamais reniée. Ni ses  « Durafour crématoire »…

                                          Dédiabolisation ?

Tout bascule le jour où Marine Le Pen arrive à la tête du Front National, en 2011.

D’un revers de main, elle chamboule l’échiquier électoral. En adoptant une stratégie de rupture totale avec son père, elle brouille les cartes. « Lui, c’est lui, moi, c’est moi. Et vous allez voir ! » Et que voit-on ? Les chambres à gaz ? Elle s’en démarque. Les camps nazis ? C’est le « summum de la barbarie ». De quoi étrangler de colère rouge le patriarche breton. Mais qu’importe ! Marine Le Pen, tel un bulldozer, écrase tout sur son passage. Les relents antisémites dont raffole « Monsieur détail » ? Elle les supprime de ses discours. Ce n’est pas suffisant.

Gilles-William Goldnadel, le premier, lui conseille d’aller plus loin : de « tuer le père ! » « Quelques mois plus tard, dit aujourd’hui cet avocat célèbre, elle fait cette fameuse déclaration au Point (2) ou elle reconnaît toutes les horreurs de la Shoah. Non seulement je ne me cache pas de cette rencontre, mais je la revendique et je m’en honore. Il n’y a que les imbéciles, les hypocrites et les nostalgiques des petits matins bruns pour ne pas le comprendre (3). Je n’ai pas besoin de préciser que je ne suis pas pour autant un soutien du Front National. »

En 2009, Serge Moati la pousse dans ses ultimes retranchements. Sur ses insistantes relances, c’est dans son émission Ripostes, que Marine Le Pen parle de la Shoah comme de l’ « abomination des abominations ». « Ce fut une première, se souvient Serge Moati. Les sites du FN évoqueront alors mon harcèlement. Je lui rappelais en direct, que j’étais moi-même « un fils du point de détail » ». Point de détail auquel mon livre était dédié (4). »

La « dédiabolisation » du parti terminée, Marine Le Pen enchaîne sur son deuxième objectif : conquérir à tout prix l’électorat juif ! Rien que ça ! Profitant de l’inquiétude grandissante d’une partie de la communauté juive face à la montée de « l’antisémitisme islamique » elle lance cet incroyable slogan : « L’islamisme, voilà l’ennemi. » Elle veut apparaître aux yeux des Français, notamment juifs, comme le meilleur rempart.

« Nous avons des ennemis communs : les Arabes !, ajoute-t-elle. Et les ennemis de nos ennemis sont nos amis. Incontestablement il y a un danger pour les Juifs de France. Il faut les inciter à combattre ceux qui ont été lucides sur le danger de l’islamisme. Les Français juifs, leur nation, leur patrie, c’est la France » (5). Elle ira même plus loin quelques jours plus tard : « Nier que le fondamentalisme islamiste les a pris pour cible, c’est se mentir à soi-même, et c’est être dans le déni total. On refuse de le voir. »

Certains Juifs ont-ils été convaincus ou sensibles à ce discours comme le confirme le sondage de l’IFOP ? Marine Le Pen fait-elle moins peur ?

En tout cas, elle fait tout pour être « irréprochable » selon le mot de Roger Cukierman. Certes, le président du Crif a rectifié le tir, lors du 30e dîner du Crif, en février 2015, en précisant que « Marine Le Pen n’est pas une personne fréquentable ni irréprochable aussi longtemps qu’elle ne se désolidarisera pas des positions de son père ». Elle l’avait déjà devancé puisqu’elle n’a jamais raté une occasion pour se désolidariser de lui ! Alors, les Juifs troublés par la déclaration de Roger Cukierman ? Sans doute.

Deux témoignages vont dans ce sens. « Marine Le Pen n’est pas son père, estime Michel A., médecin ashkénaze, 58 ans, mordu de politique : elle n’est ni raciste ni antisémite, elle est patriote, c’est tout. Et elle a raison. Elle dit ce qu’elle pense et elle fait ce qu’elle dit, même si cela ne plaît pas à tout le monde ».

Ou celui de Jean-Pierre D., 62 ans, Juif d’Algérie qui ne mâche pas ses mots : « Je vote  Rassemblement bleu Marine et je l’assume oui, en tant que Juif. »

Cet agent commercial demeurant à Antibes est seulement tout étonné qu’on le regarde longuement avec une mine interrogative. « Qu’est-ce qu’il y a à me regarder comme ça ! Vous voulez savoir pourquoi Marine Le Pen ? Eh bien, je vais vous dire ! Elle est notre bouclier, la seule qui nous défend contre l’immigration massive. Et pas seulement nous ! Elle défend aussi l’idée française, l’économie française. Je crois que Marine Le Pen peut endiguer la montée de l’islamisme dans les banlieues. Oui, je le crois sincèrement. » Ce qui est loin d’être l’avis de Serge Moati qui met en garde tous ceux qui seraient tentés par les mots de Marine Le Pen : « Attention, prévient-il, son logiciel, ses références ne sont pas antisémites ! Elle a remplacé le mot « juif » par « arabe » ou « immigré » ! Mais c’est la même haine… Seuls les mots et les cibles changent mais les boucs émissaires sont toujours là ! »

On l’a compris. L’opposition à l’immigration et la priorité donnée à la lutte contre l’islamisme sont les thèmes qui semblent séduire certains Juifs dans leur vote. « Ils pensent qu’après tout, là où l’UMP n’a pas réussi le FN pourrait y arriver, analyse Jean-Yves Camus avant de s’énerver : Voter pour le FN est une erreur par rapport à leur appartenance, tant pis pour eux. Ces gens sont myopes ! »

Louis Aliot en Israël

Reste enfin une question cruciale : Marine Le Pen est-elle antisémite ? « Je ne le pense pas mais le doute  subsiste, affirme Jean-Yves Camus. Marine Le Pen compte dans ses rangs des hommes comme Bruno Gollnisch qui tient des propos controversés sur les camps, ou Frédéric Chatillon, ancien du GUD. » Et comment peut-elle l’être quand le grand-père de son compagnon, Louis Aliot est… juif ! Interrogé sur le fait de savoir si cette filiation pouvait masquer l’éventuel antisémitisme de Marine Le Pen, le vice-président de Front National, nous répond par texto : « En ce qui concerne ma mère, dont seul le père est juif, je ne pense pas que les questions soient liées. Marine n’est absolument pas antisémite. Point. » C’est clair ! Le père de sa mère est un Juif d’Algérie, originaire de Médéa, naturalisé français par le décret Crémieux de 1870. Aujourd’hui, figure de proue du FN en Ariège, sa mère, Thérèse Aliot, née Sultan, 76 ans, est retraitée de l’Éducation nationale.

Et pour ceux qui doutent encore, Marine Le Pen ne se cache pas d’avoir des amis juifs autour d’elle. Comme Michel Thooris, membre du comité central du FN, militant ultra-sioniste de 34 ans, et qui fut son conseiller politique lors de la présidentielle 2012, en charge des questions de sécurité. « Je suis juif par ma mère, dit-il, et je ne vois aucune incompatibilité avec un engagement militant au Front National. L’antisémitisme en France n’est pas le fait du Front National. L’islamisme et l’extrême gauche sont les deux courants qui diffusent le poison de l’antisémitisme. En luttant contre l’islamisation de la France, le FN protège la Nation et par conséquent la communauté nationale dont les Français juifs font partie à part entière. » Entretenant des rapports avec le parti d’extrême droite, Israel Beitenou, est à l’origine du voyage, en Israël de Louis Aliot, en décembre 2011. « Pour montrer aux Franco-Israéliens que le FN a évolué et que le parti de Marine Le Pen n’est plus de la génération de son père. »

Marine Le Pen est aussi fière de sa « grande amie » Shana Aghion, une artiste franco-israélienne chez qui « elle rêve d’aller en vacances pour visiter ce beau pays ». « Marine n’est pas antisémite croyez-moi, dit cette ashkénaze blonde aux yeux bleus qui pratique également les sports de combat. On se fréquente depuis plus de dix ans. Je ne l’ai jamais entendue dire du mal des Juifs. Elle est franche, honnête et d’une grande sensibilité. C’est la sœur que j’aurais aimé avoir ! » Elle reconnaît cependant qu’il est difficile de la faire venir en Israël en simple touriste. « Mais elle viendra un jour, ajoute-t-elle avec conviction. Si on lui faisait aujourd’hui une invitation officielle, elle irait. Elle a toujours tendu la main pour y aller… »

En attendant de visiter Israël, Marine Le Pen croise la route de personnalités israéliennes, à New York. Ron Prosor, ambassadeur israélien à l’ONU, en novembre 2011, et tout récemment, Ehud Barak lors de la soirée de gala du magazine Time qui a classé la présidente du Front National parmi les « 100 personnes les plus influentes du monde ».

Avec le concours de son épouse qui parle français, l’ancien Premier ministre israélien a échangé quelques paroles de politesse avec Marine Le Pen. L’entrevue aurait tout de même duré une dizaine de minutes. L’extrême droite antisémite serait-elle en voie de disparition grâce à la stratégie de dédiabolisation du Front National orchestrée par Marine Le Pen ? Les 13,5 % en faveur de Marine Le Pen n’est pas un chiffre innocent. Il montre qu’un tabou – celui de voter Le Pen, pour les Juifs – s’est un peu lézardé. Restera-t-il encore marginal ? Rendez-vous aux élections de 2017…

Alain Chouffan

Tribune juive







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 20 thoughts on “Marine Le Pen et les Juifs de France

    1. hermione

      Le FN est bien moins antisémite que LO, le NPA, le FG, l’aile gauche du PS EELY et même que certains députés de l’UMP. Tout ce monde-là déguise leur antisémitisme mais dans l’antisionisme.
      Comment voulez-vous savoir à quoi ressemble une jeune fille si elle avance en burqa. ? Si le FN n’est pas toujours très jolie non voilée, les autres sont parfois beaucoup plus moches sous leur burqa.

      Pour déconner, vu la trouille que la loi sur le Renseignement a déclenché chez les hommes politiques, ce sont les services de la NSA qui me l’ont dit mais chut. De nos jours, les écoutes sont mondialisées comme tout, Messieurs et Mesdames : on mange des cerises qui viennent d’Argentine ou du Chili en Décembre (les saisons sont inversées dans l’Hémisphère Sud), on peut bien écouter à l’autre bout de la terre..

    2. Alice

      Louis Aliot en Israël : bof , on ne savait pas qui il était et pourquoi il se pointait
      il y a bien des juifs qui soutiennent le hamas genre pascal cherki qui a manifesté pour gaza
      avant que le parti familiale puisse commencer à etre pris au sèrieux il faut qui démèlent leurs salades les le pen et savoir si philippot et ses mignons peuvent cohabiter avec les électeurs traditionnels du front

    3. Rony

      C’est un très bon article et merci pour autant de précisions. Cela fait quelques temps que je me pose pas mal de questions :
      Aujourd’hui qui sont ceux qui assassinent les Juifs en France ? Aujourd’hui quels partis politiques favorisent la venue et protègent les personnes qui désirent assassiner des Juifs en France? Aujourd’hui qui favorise le droit de certains Jordanien apatride à réclamer une part grandissante d’Israël ? Aujourd’hui qui trafique les chiffres de pôle emplois pour faire baisser le Chômage ?
      Hier qui a fait rentrer plus que jamais des immigrés de confession musulmane en France ? Hier qui se disait proche des Juifs et qui allait par la même occasion faire des colloques au Qatar payé indécemment ? Hier qui a dit qu’il passerait le Karcher et qui fût encore une promesse de plus en l’air ?
      A toutes ces questions la réponse n’est pas le Rassemblement Bleu Marine de Marine Le Pen. Mais je pense que vous avez une petite idée…
      Moi et ma famille nous ne voterons pas pour ceux qui sont les responsables de l’état de la France en 2015. Et quoi qu’il soit je reste fier d’être Juif !

    4. sebag

      je vous confirme voter Front National de puis l’arrivée de Marine. J’étais inscrit
      sur la liste bleu marine pour les municipal de 2014 dans le 7ème arrdt de Paris.
      Je rappelle que c’est la gauche qui a donné les pleins pouvoirs à Pétain et les communistes aux étaient alliés aux nazis.
      A Londres, avec le Gl de Gaulle il n’y avait que la droite et les juifs à résister (cf ouvrage de C
      rémieux -Brillac)

    5. Makaya

      Moi je suis comme Guitry les femmes je suis contre, mais Marine je serais tout contre, et surtout contre sa maman, qui était une vrais bombe sur Lui je n’en souviens encore, la chaude pisse sa se soigne, mais avec elle c’est pour la vie. les Arabes même après cent ans dans leur tombe tu ne doit pas leurs faire confiance, les Congolais de Brazzaville disent la même chose des R.D.C tellement qu’il sont fourbe. Ils y a des races comme sa…………..les français, les allemands, les grecques les Anglais, les russes, les ukrainiens, les roumains…les portugais,la terre entière ………………………………

    6. Alice

      est-ce pour masquer ses piètres compétences en tant qu’avocate tout ce battage ?
      ou pour réaliser les limites du marketing de philippot ?
      A propos de philippot on se souvient de ses positions :
      http://www.europe-israel.org/2015/01/lechage-de-babouches-de-philippot-par-tweet-anti-israelien-je-netais-pas-mecontent-de-ne-pas-etre-derriere-les-representants-de-lultra-droite-racialiste-israelienne/

      « A Londres, avec le Gl de Gaulle il n’y avait que la droite et les juifs à résister (cf ouvrage de C »

      à bon ? il y avait surtout des juifs les français non juifs ont vite quitter le navire Mendès était de droite ? ?

    7. yael

      Y a t il au moins 1 candidat digne de ce nom pour etre le prochain president des francais ?! j’en doute… j’en doute…….

    8. Alice

      garder en mémoire qu’elle a appelé Tsipras quand il a été élu et que le programme que propose philippot est calqué sur celui de l’Argentine …

    9. sarah

      Mendès France était de gauche mais il a été le seul, l’unique, l’exception sur plus d’une centaine de députés de gauche qui n’ont pas eu les coui… de voter contre ces Jeux et qui s’en foutaient royalement du sort des juifs interdit de JO par Hitler : la gauche le savait.
      Aujourd’hui, elle sait aussi que ses diatribes anti-israëliennes entraînent la mort de juifs français mais elle s’en fout : elle beugle de plus belle et diabolise Israël car pour elle, les juifs peuvent tous crever.

    10. sarah

      Si vous savez que la critique d’Israël entraîne la mort d’enfants juifs en France, vous vous modérez drastiquement ou vous vous taisez. Si on continue, c’est qu’on s’en fout du sort des français juifs

      Si vous savez que rouler vite peut entraîner un accident grave et la mort de vos enfants et que vous continuez à appuyer sur l’accélérateur, c’est que vous vous foutez de la vie de vos enfants.

      Si vous savez que fumer dans la chambre de votre bébé peut lui donner des infections respiratoires graves et que vous continuez quand même, c’est que vous vous foutez de la santé de votre bébé.

      Je peux donner mille exemples comme ça. Et je le répète, la gauche s’en fout du sort des français juifs.
      Alors, maintenant, c’est simple, moi aussi, je me fous du sort de leurs enfants.

    11. Marinel

      Depuis plus de 2000 ans que nous sommes installé en France, des artistes juifs ont grandement participé a la construction intellectuelle franchouillarde :
      -Goscinni, Zidi…
      Parmi les chanteurs : Barbara, Ferrat…
      Je suis juif par ascendance j’aime le peuple juif, athée par choix et viscéralement Français.
      Aujourd’hui le seul parti qui ne souhaite pas faire du  » melting pot pourri  » et conserver notre identité particulière de Français, c’est le FN et Marine !
      Je vote Marine pour la sauvegarde du pays qui redeviendra de nouveau le plus beau du monde quand on l’aura décolonisé.
      Par exemple je ne souhaite pas aller vivre en Israël, car je trouve qu’il y a trop d’arabes a mon gout.
      Là aussi une décolonisation s’impose !

    12. pablo

      Les Français de confession juive ne sont plus en sécurité dans leur pays !
      Ca, c’est une réalité qui explose à la figure et qui s’est produite sous gouvernance de droite comme de gauche !
      De là à dire que le FN serait leur salut …. ?

    13. zanaroff

      Comme je comprends ce que vous pensez et redoutez. A qui faire confiance quand 2000 ans de persécutions et de retournements de situations vous ont spolié, expulsé, maltraités dans le monde… Le monde vous hait parce qu’ils haissent le Dieu d’Israël. Celui qui aime le Dieu d’Israël, le seul vrai Dieu sur la terre et dans l’univers, aime Israël. C’est mon cas. J’aime Dieu par dessus tout et mon prochain comme moi même . Mon prochain, c’est vous mes amis.

    14. Alice

      les cocos aussi sont important pour elle

      LE SCAN POLITIQUE – Eric Rachermoz, cadre FN de la Somme, était présent à l’hommage rendu par L’Humanité à Jean Jaurès ce 31 juillet. L’occasion pour les frontistes de revendiquer la mémoire du grand pacifiste.
      Jean Jaurès, nouvelle figure de référence au Front national? Si le fondateur de L’Humanité risque de se retourner dans sa tombe, l’opération de récupération n’est pas nouvelle. Ce vendredi 31 juillet est célébré modestement, 101 ans après le décès de Jaurès. Le petit rassemblement annuel organisé par L’Humanité devant le café du croissant où fut assassiné le tribun socialiste s’est vu approché par quelques frontistes qui s’en sont vantés sur les réseaux sociaux. Éric Richermoz, cadre frontiste de la Somme et jeune pousse de «la génération Philippot» au FN, s’est d’ailleurs amusé à poster un selfie un brin provocateur et à commenter les célébrations, selon lui, «affligeantes» des «rouges».
      Après un premier tweet montrant le patron de L’Huma, Patrick le Hyaric, prononçant un discours devant la plaque commémorative, Eric Richermoz s’offre un petit selfie assorti du commentaire: «Patriotes du Front National, sommes présents à l’hommage à Jaurès par les camarades de L’Huma. Mémoire». En fond on distingue une bannière du Front de gauche, pas sûr que les personnes présentes se sentent une franche camaraderie avec «les patriotes du FN». «Discrète Marseillaise, bruyante Internationale lors de l’hommage à Jaurès. Les rouges ont fait leur choix!», commente encore le jeune homme. Avant de s’indigner des thèmes évoqués à la tribune: «Hommage à Jaurès: ça part dans la défense des ‘courageux’ migrants. Affligeant».
      Contacté par le Scan, le chef de file du FN parisien Wallerand de Saint-Just semble ne pas avoir été mis au courant de la présence d’une représentation frontiste à l’hommage de L’Humanité. Mais ne s’en montre pas choqué pour autant: «Jaurès a eu cette phrase d’une force exceptionnelle: «Que reste-t-il au pauvre quand il a tout perdu? La patrie». On voit là que la mémoire de Jaurès appartient beaucoup plus au FN qu’à la fausse gauche qui a trahi tous ses idéaux», fait valoir le trésorier du FN. Signe que cette jaurèsophilie frontiste est encore assez nouvelle, cette citation à l’origine controversée circule sur internet sous une autre forme: «À celui qui n’a plus rien la patrie est son seul bien». Une phrase érigée en slogan et placardée sur des affiches du FN en 2009, au grand dam des historiens. «Jaurès aurait voté Front national», proclamait l’affiche.
      Cette récupération de la mémoire de Jaurès s’intègre dans une stratégie d’ouverture aux catégories ouvrières, déployées par Marine Le Pen depuis plusieurs années. Lors du congrès de Tours en janvier 2011, qui a vu Marine Le Pen prendre la suite de son père, la dirigeante du Front national (FN) n’a pas manqué de délivrer un couplet jaurésien: «’À celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien’, disait Jaurès en son temps, lui aussi trahi par la gauche du FMI». D’autres cadres, tels Steeve Briois ont choisi, eux, des citations avérées du défunt député du Tarn. «Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir» pouvait-on lire sur sa carte de vœux 2014.

    15. Alice

      « Il faut reconnaître que Sarkozy est un orateur formidable, il captive son auditoire et a le talent de susciter la satire… Il a compris une chose: qu’on parle de lui en bien ou en mal, l’essentiel c’est qu’on parle de lui! »

      signé jean marie

    16. Mawloud Ould Daddah

      AVEC MES FRERES ET SOEURS JUIFS..AVEC ISRAEL..BON WEEKEND TOUT LE MONDE,SHABBAT SHALOM DE MAURITANIE,BON DEBUT DE SEMAINE,

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap