toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Liberté de la presse en Grande-Bretagne: Un rédacteur en chef renvoyé pour avoir pris la défense d’un chroniqueur s’exprimant sur la propagation de l’islam.


Liberté de la presse en Grande-Bretagne: Un rédacteur en chef renvoyé pour avoir pris la défense d’un chroniqueur s’exprimant sur la propagation de l’islam.

Dans une intrigue digne d’un Scoop et d’une satire journalistique à la Evelyn Waugh,  le rédacteur en chef et fondateur d’un journal primé du Highland a été limogé pour sa défense de la liberté d’expression.

Brian Wilson, rédacteur en chef et fondateur d’un journal primé, mais aussi député travailliste et ancien ministre de Tony Blair, a été limogé sur une question de liberté d’expression. Il s’est vu éjecter du journal qu’il avait fondé pour avoir pris la défense du droit à la liberté d’expression, d’un de ses chroniqueurs.
[Le West Highland Free Press avait souvent été récompensé par les Highlands and Islands Media Awards. En 2012, par exemple, sous les rubriques ‘Journaliste de l’année’, ‘journaliste sportif de l’année’, ‘photographe de l’année’ et au cours des années précédentes ‘Journal de l’année’  ‘Website de l’année’,’chroniqueur de l’année, ‘reporter de l’année’ etc…. ]

Brian Wilson a écrit pour le WHFP  durant 38 ans sur les 43 années d’existence du journal,  qu’il avait fondé avec quatre autres personnes en 1972. La seule époque où il n’a pas contribué, fut quand il était ministre dans le gouvernement de Tony Blair.

Il a été congédié pour avoir utilisé sa chronique hebdomadaire à la défense de son ami et collègue chroniqueur, le Professeur et théologien Donald Macleod de l’Église libre d’Écosse, qui avait écrit sur la propagation de l’Islam dans le Royaume-Uni.

Avec 62 ans de contributions à eux deux, les lecteurs pouvaient penser qu’ils faisaient partie des murs du journal de Broadford sur l’île de Skye.

Mais dans une opération de limogeage sans précédent, l’hebdomadaire a choisi de publier les deux articles incriminés avant de se débarrasser des deux collaborateurs.

L’épisode du Highland a provoqué la colère et l’incrédulité sur Twitter, et la perplexité de Gary Robertson, le présentateur de Radio BBC Ecosse, qui a demandé: «Ont-ils agi par procuration pour publier l’éditorial ? »

Un autre utilisateur a dit que la mesure était « tout à fait bizarre », et Catherine MacLeod (aucun rapport), ancienne conseillère spéciale du parti travailliste, a dit que se débarrasser « des deux écrivains les meilleurs et les mieux informés » du Royaume-Uni était « triste et terrible ». Un utilisateur de Twitter a demandé si « l’empreinte du SNP » n’était pas derrière cette décision. [Scottish National Party]

Dans son éditorial du 22 mai, le Professeur Macleod écrivait que toute les minorités préfèrent garder profile bas.

Il ajoutait: « C’est exactement ce que des générations de musulmans britanniques ont fait, beaucoup ont apporté une contribution inestimable à la société britannique, et beaucoup sont parfaitement prêts à écouter tranquillement le témoignage que des chrétiens leur adressent. »

« Mais lorsque les minorités deviennent des majorités, les choses changent … dans le cas de la domination islamique en Grande-Bretagne nos sympathiques commerçants musulmans auront peu d’autre choix que de marcher derrière les radicaux. »

Lorsque M. Wilson a appris plus tard que le théologien ne serait plus contributeur, il a utilisé son propre éditorial pour le soutenir, décrivant les « annotations » de l’article du Professeur Macleod comme « la chronique la plus érudite, intellectuellement stimulante et magnifiquement écrite du journalisme britannique ».

Il a dit que l’article « comprenait la question plus large de l’influence islamique au sein de l’Europe, y compris des implications pour la démocratie et la liberté ».

Wilson a écrit: « Le précédent qu’il a cité est ce qui est arrivé en Algérie entre les quatrième et septième siècles, de Saint Augustin à Mahomet, donc en soulevant les questions actuelles, – comme toujours – il prenait du recul pour une vision à long terme de l’histoire. »

L’ancien député a dit que tout le monde n’a pas à être forcément d’accord avec le professeur Macleod, mais la manière établie d’exprimer la dissidence est de publier des lettres.

Il a poursuivi: « Malheureusement, ça ne s’est pas arrêté là et en raison de tout ce qui a transpiré, Donald a conclu qu’il ne devrait plus contribuer au journal. »
Wilson a déclaré que son propre licenciement était «pathétique» et était la rétribution pour sa publication.

Il a déclaré au Daily Telegraph: « Ils ont publié l’éditorial de Donald Macleod, puis se sont débarrassés de lui, puis ils ont publié mon éditorial et se sont débarrassés de moi. Les joies de l’actionnariat salarié.

« Tout cela est triste. S’il y a une question en cause, alors je suis content que ce soit celle de la liberté d’expression, – que la presse libre a toujours défendue.

« Mais la question est stupide, elle est stupide sur le principe journalistique, elle est stupide sur la pratique journalistique. Une fois que vous publiez un éditorial, il devient la propriété du journal, pas du chroniqueur « .

Le WHFP, qui est détenu par ses employés depuis 2009, a confirmé que les deux chroniqueurs avaient quitté le journal.

 » Nous remercions la fois Brian Wilson et le professeur Macleod pour leur immense contribution au journal depuis de nombreuses  années. Ils ont gagné leur réputation à juste titre en tant qu’écrivains érudits, passionnés et respectés et leur contribution régulière dans le West Highland Free Press va manquer à certains lecteurs. Au-delà de cela, nous n’avons aucun commentaire à faire. »

Image à la Une: Brian Wilson a fondé the West Highland Free Press en 1972 avec quatre autres personnes.  Photo: Photoshot

Auslan CrambTelegraph, 10 juillet 2015

Traduction Europe Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Liberté de la presse en Grande-Bretagne: Un rédacteur en chef renvoyé pour avoir pris la défense d’un chroniqueur s’exprimant sur la propagation de l’islam.

    1. michel boissonneault

      même les travaillistes sont en opposition avec le congédiement de ses 2 journalistes …… cela veut tout dire car les travaillistes sont de gauche ……
      que voulez-vous les islamistes ont gagner une autre bataille , encore les pétro-islamo-dollards ont acheter le silence pour ne pas critiquer l’islam

    2. Robert Davis

      Quand donc les lecteurs comprendront que ce sont eux qui détiennent le pouvoir même s’ils n’ont pas d’actions dans la presse? les lecteurs peuvent s’abstenir d’acheter cette feuille de chou jusqu’à ce que les salariés-copropriétaires rétablissent les 2 journalistes et admettent que leur plat de lentilles peut être empoisonné parfois.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap