toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le tweet antisémite de l’ancienne ministre Christine Boutin


Le tweet antisémite de l’ancienne ministre Christine Boutin

Christine Boutin a choisi une bien curieuse explication à l’approbation du mariage gay aux États-Unis. Pour étayer son point de vue, l’ancienne ministre et présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate, a retweeté un article antisémite d’un blog qui explique à sa manière pourquoi le mariage des couples homosexuels a été légalisé dans tous les États américains.

Le tweet explique que sur les 5 juges de la Cour suprême qui ont approuvé le mariage gay trois étaient juifs contre deux catholiques qualifiés de traîtres libéraux. (4 autres juges « chrétiens » s’y sont opposés).

juges grande

Le retweet de l’ancienne ministre avant qu’elle ne l’efface

L’article est accompagné d’une image avec les portraits de chaque juge et leur confession. Devant les réactions indignées, Christine Boutin a effacé sa publication en précisant : « Stop ! Certains d’entre vous se déchaînent sur un RT (retweet). Je ne suis ni antisémite ni homophobe : 2 chrétiens ont voté POUR, ce qui m’a interpellée ».

bouitin

CAN





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 22 thoughts on “Le tweet antisémite de l’ancienne ministre Christine Boutin

    1. Paul

      Cette femme n’a visiblement de chrétien que le nom.
      Quiconque lit un peu sa Bible passionnément ne peut qu’avoir de l’amour pour le peuple juif et n’ira pas insinuer de telles choses.
      On croirait lire du Soralo-M’bala !

    2. Alice

      elle en dit quoi :
      Dans cette même homélie de Noël de Mgr Di Falco, je relève des éléments insupportables pour un chrétien :

      « L’homosexualité est un fait, elle n’est ni une maladie, ni perversion, ni une dépravation. De plus on ne définit par une personne à partir de sa sexualité. »

      Voilà un bon mélange qui ne dit rien. L’homosexualité serait-elle quelque chose de normal ? Non. Selon le Catéchisme de l’Eglise catholique, l’homosexualité est une « propension, objectivement désordonnée« .

      Pire, Mgr Di Falco vient plaider en faveur d’un Pacs amélioré contre la dénaturation du mariage, ce qui est un faux moindre mal (en fait une aggravation du mal existant) :

      « On pouvait par exemple étendre au PACS les mêmes droits que ceux du mariage sans pour autant modifier le sens et le contenu du mariage tel qu’il est défini dans le code civil. »

      Et même la procréation médicalement assistée, pourtant tout aussi illégitime, devient légitime pour les couples hommes-femmes !

      « Quant à la procréation médicalement assisté on peut légitimement se demander si les progrès de la science qui permettent à des couples en difficulté d’avoir un enfant peuvent être également utilisés pour donner naissance à un orphelin de père dans un couple de femmes. »

      —————-
      Le célèbre journaliste « vaticaniste » Sandro Magister a publié le 18 juillet dans le magazine italien L’Espresso un article contestant la récente nomination par le pape François de Mgr Battista Ricca à la tête de de l’Institut pour les œuvres de religion (IOR), chargé notamment de réformer la Banque du Vatican. Ce prélat, selon les informations recueillies par Sandro Magister, aurait ouvertement entretenu une relation homosexuelle pendant de nombreuses années. Cette information aurait été systématiquement dissimulée au Pape par -dit encore Sandro Magister- le « lobby gay du Vatican ». Réagissant à cet article dans la soirée du 18 juillet, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a récusé ces accusations estimant qu’elles n’étaient « pas dignes de foi ». Magister a répondu que ses sources étaient fiables et que le Vatican devrait faire une enquête approfondie. Voici son article.

      Le prélat du lobby gay

      Les faits et les personnages du scandaleux passé de l’homme que le pape François, qui n’en était pas informé, a délégué pour le représenter à l’IOR. Voici comment vit et prospère au Vatican un pouvoir parallèle qui intrigue au détriment du pape. Par Sandro Magister

      ROME, le 18 juillet 2013 – « À la curie on parle d’un ‘lobby gay’. Et c’est vrai, il y en a un. Voyons ce que nous pouvons faire », a déclaré le pape François à des religieux latino-américains qu’il recevait en audience, le 6 juin.
      Il a également affirmé : « Ce n’est pas facile. Il y a ici un grand nombre de ‘patrons’ du pape et ils ont une grande ancienneté de service ». Il a fait cette confidence, il y a quelques jours, à son ami et ancien élève argentin Jorge Milia.
      Et en effet certains de ces « patrons » ont tendu à Jorge Mario Bergoglio le plus cruel et le plus sournois des pièges qui ont été ourdis contre lui depuis son élection comme pape.
      Ils lui ont caché des informations significatives qui, s’il les avait connues à temps, l’auraient détourné de nommer Mgr Battista Ricca « prélat » de l’Institut pour les Œuvres de Religion (IOR).

      Lorsqu’il a procédé à cette nomination – elle a été rendue publique le 15 juin – le pape François avait comme objectif de placer une personne ayant sa confiance à un poste clé au sein de l’IOR. Quelqu’un qui serait muni de pouvoirs lui permettant d’avoir connaissance de tous les actes et de tous les documents de l’institut mais également d’assister à toutes les réunions de la commission cardinalice de contrôle et à celles du conseil de surveillance, c’est-à-dire du conseil d’administration de la déliquescente “banque” du Vatican. En somme, quelqu’un qui aurait pour mission d’y faire le ménage.

      Ricca, 57 ans, est originaire du diocèse de Brescia et il est issu de la carrière diplomatique. Pendant quinze ans, il a été en poste dans les nonciatures de différents pays, avant d’être rappelé au Vatican, à la Secrétairerie d’Etat. Mais c’est dans l’exercice d’autres fonctions qu’il a gagné la confiance de Bergoglio : d’abord en tant que directeur de la résidence de la via della Scrofa, où l’archevêque de Buenos Aires logeait lorsqu’il se rendait en visite à Rome, et actuellement en tant que directeur de la Domus Sanctæ Marthæ, où le pape François a choisi d’habiter depuis qu’il est pape.

      Avant de procéder à la nomination, le pape François s’était fait présenter, comme le veut la coutume, le dossier personnel concernant Ricca et il n’y avait rien trouvé d’inconvenant. Il avait également consulté différents personnages de la curie et aucun d’entre eux n’avait soulevé d’objections.
      Mais, une semaine à peine après avoir nommé le « prélat », au cours des journées où il a rencontré les nonces apostoliques venus du monde entier pour une réunion à Rome, le pape a eu connaissance, par plusieurs sources, d’antécédents de Ricca qu’il avait jusqu’alors ignorés et qui étaient de nature à causer de sérieux dommages au pape lui-même et à sa volonté de réformes.

      Douleur d’avoir été tenu dans l’ignorance de faits aussi graves et volonté de remédier à la nomination qu’il venait de faire, même si celle-ci n’était pas définitive mais « par intérim » : tels ont été les sentiments qu’a exprimés le pape François une fois informé des faits.

      Le trou noir qu’il y a dans l’histoire personnelle de Ricca, c’est la période qu’il a passée en Uruguay, à Montevideo, sur la rive nord du Rio de la Plata, en face de Buenos Aires.

      Ricca arriva à cette nonciature en 1999, alors que le mandat du nonce d’alors, Francesco De Nittis, arrivait à son terme. Précédemment il avait été employé dans les missions diplomatiques du Vatican au Congo, en Algérie, en Colombie et enfin en Suisse.

      Dans ce dernier pays, à Berne, il avait fait la connaissance d’un capitaine de l’armée suisse, Patrick Haari, avec qui il s’était lié d’amitié. Les deux hommes arrivèrent ensemble en Uruguay. Là, Ricca demanda à ce qu’une fonction et un logement à la nonciature soient également attribués à son ami.
      Le nonce rejeta cette demande. Mais, quelques mois plus tard, il prit sa retraite et Ricca, resté sur place en tant que chargé d’affaires par intérim en attendant l’arrivée du nouveau nonce, attribua à Haari un logement à la nonciature, ainsi qu’une embauche en bonne et due forme et un salaire.

      Au Vatican, on laissa faire. À cette époque-là, le substitut pour les affaires générales à la secrétairerie d’état était Giovanni Battista Re, futur cardinal, également originaire du diocèse de Brescia.

      L’intimité des relations entre Ricca et Haari était tellement visible que de nombreux évêques, prêtres et laïcs de ce petit pays d’Amérique du Sud en furent scandalisés, parmi lesquels les religieuses qui travaillaient à la nonciature.

      Le nouveau nonce, le Polonais Janusz Bolonek, arrivé à Montevideo au commencement de 2000, jugea tout de suite, lui aussi, que ce « ménage » était intolérable et il en informa les autorités vaticanes, tout en insistant à plusieurs reprises auprès de Haari pour qu’il s’en aille. Mais inutilement, du fait des liens existant entre celui-ci et Ricca.

      Au cours des premiers mois de 2001, Ricca fut mêlé à une série d’incidents en raison de sa conduite inconsidérée. Un jour, s’étant rendu comme il l’avait déjà fait à plusieurs reprises précédemment – en dépit des avertissements qu’il avait reçus – dans un lieu de rencontres pour homosexuels situé sur le boulevard Artigas, il reçut des coups et dut appeler des prêtres à l’aide pour se faire raccompagner à la nonciature, le visage tuméfié.

      Au mois d’août de la même année 2001, nouvel incident. En pleine nuit, l’ascenseur de la nonciature se bloqua et, au petit matin, les pompiers durent intervenir. Ils trouvèrent emprisonné dans la cabine, avec Mgr Ricca, un jeune homme qui fut identifié par les services de police.

      Le nonce Bolonek demanda que Ricca soit immédiatement éloigné de la nonciature et que Haari soit licencié. Et il obtint l’accord du secrétaire d’état, le cardinal Angelo Sodano.

      En dépit de sa résistance, Ricca fut transféré à la nonciature de Trinidad et Tobago, où il resta jusqu’en 2004. À ce poste aussi, il entra en conflit avec le nonce. Et il finit par être rappelé au Vatican et par ne plus faire partie du corps diplomatique en poste à l’étranger.

      Quant à Haari, au moment de quitter la nonciature, il demanda à ce que des malles lui appartenant soient envoyées au Vatican en tant que bagage diplomatique, à l’adresse de Mgr Ricca. Le nonce Bolonek refusa et les malles finirent par être déposées dans un bâtiment extérieur à la nonciature. Elles y restèrent quelques années, jusqu’au moment où, depuis Rome, Ricca déclara qu’il ne voulait plus en entendre parler.

      Lorsque les malles furent ouvertes pour en éliminer le contenu – c’est ce qu’avait décidé le nonce Bolonek – on y trouva un pistolet, qui fut remis aux autorités uruguayennes, et, en plus des effets personnels, une quantité énorme de préservatifs et de matériel pornographique.

      En Uruguay les faits que l’on vient de rapporter sont connus de plusieurs dizaines de personnes : des évêques, des prêtres, des religieuses, des laïcs. Sans compter les autorités civiles, depuis les forces de sécurité jusqu’aux pompiers. Des gens qui, pour beaucoup d’entre eux, ont eu une expérience directe de ces faits, à différents moments.

      Mais au Vatican aussi, il y a des gens qui en ont connaissance. Le nonce de l’époque, Bolonek, s’est toujours exprimé avec sévérité à propos de Ricca, lorsqu’il informait Rome.
      Et pourtant une chape de silence vis-à-vis du public a couvert ces antécédents du prélat jusqu’à aujourd’hui.
      En Uruguay, certains respectent la consigne de silence par scrupule de conscience. D’autres par obligation professionnelle. D’autres encore parce qu’ils ne veulent pas présenter l’Église et le pape sous un mauvais jour.
      Mais au Vatican il y a des gens qui ont participé activement à cette opération de dissimulation. En freinant les enquêtes menées depuis l’époque des faits jusqu’à aujourd’hui. En occultant les rapports rédigés par le nonce. En veillant à ce que le dossier personnel de Ricca reste vierge. En agissant ainsi, ils ont aidé celui-ci à commencer une nouvelle et prestigieuse carrière.

    3. Cathy

      Je n’aime pas sa façon de faire – ça s’appelle de la délation comme dans les années 40. qu’elle nettoie devant sa porte cette fausse grenouille de bénitier…

    4. MisterClaivoyant

      * Les chrétiens depuis 2 000 ans sont coupables d’antisémitisme, il y a de moins en moins de chrétiens, mais font du mal encore aux juifs, et à la rigueur sont du coté des nazislamistes. Une honte!

    5. BENJAMIN

      BOF….Madame BOUTIN…BOF,BOF ET BOF. INSIGNIFIANTE ET PEU CREDIBLE….ELLE NE REPRESENTE QU’ELLE MEME ET SURTOUT PAS LES CHRETIENS !!!! A OUBLIER !!

    6. PAUL

      twitter est un outils a manier avec d’infini précaution ; je ne suis pas fan , laissons à mme Boutin le bénéfice de la fausse manip

    7. PAUL

      4.Alice ; le lobby gay me hérisse les poils , qu’il soit au Vatican , à la Knesset , à la Maison Blanche , à Rabat , Tunis ,Katmandou , en passant par Trifouillis les Oies et Curbangou les Bretelles
      vous comme moi savons les turpitudes humaines qui n’ont ni nationalité , ni religion précises , ni couleurs de peaux définies

    8. Alice

      Paul nous sommes absolument d’accord, ma démonstration est du niveau de celle de Boutin, si on veut retourner les « ordures » on peut le faire , c’est une démonstration par l’absurde

    9. Alice

      par hasard je suis tombée sur cette info sur la BBC
      Nicholas Winton est né en 1909 dans le quartier Hampstead à Londres. Ses parents étaient des juifs allemands installés à Londres deux ans avant sa naissance. Leur nom de famille d’origine était Wertheim, mais ils l’ont changé en Winton pour mieux s’intégrer[réf. nécessaire]. Ils se sont convertis au Christianisme et Nicholas Winton fut baptisé6.

      En 1923, Winton entre à l’école Stowe, qui venait tout juste d’ouvrir. Il la quitte avant l’obtention de son diplôme, étant donné qu’il fréquentait l’école de nuit puisqu’il était bénévole a la Banque Midland. Il est alors parti à Hamburg, où il a travaillé à la banque Behrens pour ensuite travailler à la Banque Wasserman à Berlin. En 1931, Il déménage en France où il travaille à la Banque nationale de crédit à Paris. Il retourne à Londres et devient courtier à la Bourse de Londres[réf. nécessaire].

      Le sauvetage des enfants juifs[modifier | modifier le code]
      Peu de temps avant Noël 1938, Nicholas Winton s’apprêtait à partir en Suisse pour faire du ski. Il y renonce pour venir à Prague aider un ami engagé dans le sauvetage de Juifs qui lui demandait de l’aide. Après avoir visité un camp de réfugiés, il monte sur place seul une organisation pour sauver les enfants juifs des nazis. Son bureau était une table à manger dans un hôtel de la Place Venceslas.

      En Angleterre, la Chambre des communes avait approuvé un décret permettant aux réfugiés de moins de dix sept ans de pouvoir s’installer dans le pays à la condition d’y trouver un lieu d’accueil et de déposer cinquante livres en garantie pour un éventuel billet de retour chez eux.

      Nicholas Winton, alors âgé de vingt-neuf ans organisa leur transport par huit trains de Prague à Londres. Le neuvième et plus important convoi ne put jamais quitter la gare de Prague, bloqué par l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne. Les 250 enfants qui devaient être à bord ont disparu.

      Ce geste héroïque passa inaperçu pendant un demi-siècle, jusqu’en 1988. Pendant cinquante ans, les enfants ne surent pas à qui ils devaient leur sauvetage. Son histoire ne fut connue que le jour où sa femme Greta découvrit une serviette de cuir dans un grenier contenant des listes d’enfants et des lettres de leurs parents.

    10. Marcel

      Merci Alice pour l’info. Je ne connaissais pas ce Nicholas Winton/Wertheim.
      Un juste parmi tant d’autres…Qu’il se repose en paix !

    11. Yéochoua

      En tout cas, si des Juifs se sont prononcés en faveur de cette chose, ce n’est pas au nom du judaïsme. Qu’ils relisent leurs « classiques », ou qu’ils les lisent, ils tomberont sur le principe d’abomination. Et même s’il est très à la mode aujourd’hui de dire que tout n’est pas blanc ou noir, il faut éviter de se griser en rendant impur le pur et pur l’impur (confession du rituel de Kippour).

    12. Pierre Régnier

      Bonjour Alice

      Je suis suffisamment critique envers l’église catholique pour apporter ici mon soutien à une phrase de Di Falco que, dans votre commentaire 4, vous trouvez « insupportable pour un chrétien » :

      « On pouvait par exemple étendre au PACS les mêmes droits que ceux du mariage sans pour autant modifier le sens et le contenu du mariage tel qu’il est défini dans le code civil. »

      C’est exactement ce que je pense (mais il est vrai que je ne suis plus chrétien) et je crois que c’est à cela qu’il faudra revenir quand la loi détruisant le mariage aura été abrogée.

    13. jankel

      PERSONNE ne sait ce qu’est l’homosexualité ( En fait Homo-Erotisme selon Jean Bergeret) pas même les Psychanalyste qui n’ont compréhension que du processus de développement freudien et ses avatars et n’ont accès qu’aux seuls homo-érotiques qui DEMANDENT UNE AIDE psychologique…. Soit environ UN pour mille …? (Et encore???)
      Personne ne comprend pourquoi certains deviennent homo-éroticistes et on déclare Inutile Toute Recherche!???
      On ignore tout, donc on sait tout…! Ainsi fonctionnent en effet les ignares prétentieux qui savent par essence ce que tous ignorent…Hallucinant
      Au lieu de ficher la paix aux homo-éroticistes on (ils) prétend(ent) à leur Normalité et on oublie du même mouvement, les imperfections psychoaffectives massives (liées à ces mêmes troubles!) chez bien des Hétérosexuels officiels….! On évacue ainsi bien des soucis en effets mais pas pour le bien de l’espèce humaine en tout cas.

    14. Pierre Régnier

      jankel

      « Les imperfections psychoaffectives massives chez bien des hétérosexuels officiels » ne sont plus guère niées aujourd’hui.

      Ce que, pour ma part, j’ai trouvé très hypocrite, dans la loi de prétendue « extension à tous » du mariage, c’est le fait de DÉTRUIRE le mariage et l’organisation sociétale qui lui était liée, pour le redéfinir d’une manière exigée par une petite minorité d’homosexuels égoïstes ne voulant pas s’assumer comme tels et qui, jusque là, avaient justement exigé – selon moi à juste titre – que soit reconnu leur droit à la différence.

    15. Alice

      Pierre Régnier
      sur un lien que l’on m’a envoyé j’ai lu que la pédophilie avait été inventée par les juifs .. et autres conneries
      je citais Di Falco , j’aurais aussi pu parler du secrétaire « particulier  » du précédent Pape , donc on balaye devant sa porte et on tourne 7 fois sa langue dans sa bouche avant de balancer des saloperies comme le fait Boutin .

    16. Sandy

      Madame Christine Boutin, Présidente d’Honneur du Parti Chrétien-Démocrate et ex Ministre de la République, par son tweet a prouvé qu’elle était antisémite. Je demande donc solennellement au Parti Chrétien-Démocrate de lui enlever son titre de « Présidente d’Honneur et de l’exclure du Parti, comme a procédé le Front National de Madame Marine Le Pin envers l’antisémite notoire Jean-Marie Le Pin, ex Président d’Honneur du Front National. Car dans le cas contraire le Parti Chrétien-Démocrate pourra être considéré comme raciste et antisémite.

    17. doudou

      si c’est vrai que des juges juifs ,ont autorisé les mariages gay,honte à eux;notre religion interdit la cohabitation d’un homme avec un autre homme ,c’est contre nature,il y a de quoi etre homophobe,et,il ne faut pas s’etonner que les goys se permettent de nous critiquent. »l’antisemitisme est de toutes façons dans leurs genes,christine boutin et tant d’autres qu’ils aillent en enfer

    18. yohanam

      Si je me trompe pas dans le livre Vayikra (lévitique pour les chrétiens qui ne savent pas) 18 : 22 il est dit : « Ne cohabite point avec un mâle, d’une cohabitation sexuelle: c’est une abomination. » et Vayikra 20:13 dit encore : »Si un individu cohabite avec un mâle, d’une cohabitation sexuelle, c’est une abomination qu’ils ont commise tous les deux; qu’ils soient punis de mort, leur supplice est mérité. ». Hashem nous a donné ces ordonnances afin que nous soyons un peuple saint, bon assassiner une jeune fille non mais le mariage gay STOP. Oui elle (Mme BOUTIN) n’aurais pas du écrire cela mais ceux qui on voté pour seront jugé devant Hashem

    19. Armand Maruani

      Les Juifs , toujours les Juifs et encore les Juifs .
      Tout est de leur faute .

      Mais quand ils vont nous lâcher la grappe ????

      Madame Boutin d’ici quelques années vous serez réveillée par le muezzin et vous irez faire allégeance au Calife de Barbés et Chateau Rouge .

      Et ce sera la faute des Juifs .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap