toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le tueur djihadiste de Tunisie: “Aucun signe d’extrémisme, il ressemblait juste à un type normal.”


Le tueur djihadiste de Tunisie: “Aucun signe d’extrémisme, il ressemblait juste à un type normal.”

Le manuel de l’État islamique ‘Comment survivre en Occident’ enseigne aux musulmans « comment vivre une double vie, comment garder sa vie privée secrète, comment survivre en terre inhospitalière, comment s’armer et renforcer les musulmans pour le jour où le Djihad viendra dans votre pays, et dans le voisinage ….

Si vous êtes converti à l’islam, vous devriez essayer de cacher votre Islam autant que possible … Si vous êtes né musulman: alors ne montrez pas de manière trop évidente que vous êtes devenu un musulman pratiquant … Si vous êtes un musulman pratiquant, et que vous portez déjà une barbe, alors ne la retirez pas, sinon vous attireriez une attention non désirée sur vous-même. C’est-à-dire que votre famille, vos amis et collègues deviendraient plus soupçonneux du fait que vous l’avez retirée, les forçant à vous espionner encore plus. « 

“Le tireur de Tunisie: un étudiant assidu qui aimait la breakdance.” Reuters, 27 juin 2015:

Habillé d’une manière très relax, d’un short foncé, un collier et un T-shirt, il ressemblait à n’importe quel autre jeune tunisien parmi les baigneurs allemands, britanniques et irlandais qui s’imprégnaient de la chaleur de la Méditerranée sur l’une des longues plages de sable blond de Tunisie.

Il aura suffi de cinq minutes seulement pour que Saif Rezgui, armé d’une Kalachnikov noire dissimulée dans son parasol, sème l’horreur à travers la station de l’Imperial Marhaba, faisant 39 morts au milieu des chaises longues et des transats.

Ce fut la pire attaque du genre dans l’histoire moderne de la Tunisie. L’État islamique [nos articles précédents] en a revendiqué la responsabilité bien que selon les autorités, Rezgui, étudiant de 24 ans, n’était sur aucune liste de surveillance du terrorisme ou un militant connu.

Des témoins affirment que le tireur, habillé comme un touriste, n’a guère attiré l’attention. Il a ouvert le feu tout à coup, avançant depuis la plage jusqu’à la piscine et l’hôtel, sélectionnant les étrangers, poursuivant ses victimes alors qu’elles fuyaient  à l’intérieur.

Selon une source policière, Rezgui était apparemment bien informé de la configuration de l’hôtel. Il a eu le temps de recharger son fusil au moins deux fois avant d’être finalement confronté et abattu par la police devant l’hôtel.

Les touristes paniqués fuyaient la plage, courant au milieu des parasols, certains chutant sur les chaises longues en plastique blanc, à l’endroit où leur corps plus tard sera recouvert de serviettes et de draps. Les marches menant à l’hôtel baignaient dans le sang.

« C’était une vision d’horreur, il tuait d’une manière incroyable. Il était clair qu’il connaissait l’hôtel, il était partout « , a déclaré Neil, un touriste anglais en train de quitter Sousse avec sa femme. « Une tuerie de sept minutes. Aucun signe que c’était un extrémiste, il ressemblait juste à un jeune type normal. « 

Destination touristique populaire, la Tunisie a émergé du bouleversement politique après son soulèvement de 2011 contre l’autocrate Zine el-Abidine Ben Ali. Loué pour sa transition vers la démocratie, le pays est également aux prises avec la hausse du militantisme islamiste.

Les autorités tunisiennes étaient déjà sur le qui-vive, deux mois après la fusillade de 21 touristes étrangers au Musée du Bardo, par des hommes armés, arrivés en bus, qui ont tué des visiteurs japonais, français et espagnols.

Comme les attaquants du Bardo, le jeune tireur tunisien semble selon les sources de sécurité, avoir été la proie de recruteurs extrémistes, radicalisé et attiré loin de sa vie d’étudiant en un très court laps de temps.

Depuis le soulèvement de 2011 et dans la tourmente qui a suivi le début de la transition du pays, la Tunisie a vu des imams radicaux et des groupes ultraconservateurs étendre leur influence, prendre en charge des mosquées et mettre en place des écoles religieuses.

Plus de 3.000 Tunisiens se battent pour l’Etat islamique et d’autres groupes en Irak, en Syrie et en Libye voisine. Certains ont averti qu’ils reviendront mener des attaques dans leur patrie, l’une des nations les plus laïques dans le monde arabe.

Selon les informations officielles, Rezgui était un étudiant consciencieux, d’une famille stable, aimant la fête et pratiquant la break-dance.[Voir notre article précédent].  Dans un schéma similaire à d’autres djihadistes de Tunisie, il semble avoir été en contact avec des prédicateurs extrémistes il y a environ six mois, a déclaré une source de sécurité officielle.

Les deux tireurs du Bardo ont également été radicalisés dans leurs mosquées locales par des extrémistes conservateurs. Ils ont été envoyés en Libye pour leur formation et n’ont montré aucun signe extérieur de leurs nouvelles croyances extrémistes.

« C’était un bon élève et il assistait toujours à ses cours, » a déclaré le Premier ministre Habib Essid. « Nos enquêtes montrent qu’il n’a pas révélé de signes d’extrémisme, ou de liens avec des terroristes. Il n’était même pas sur une liste de surveillance. « …

L’État islamique a salué l’opération de l’homme armé contre ce « bordel ».

«J’étais sur la plage quand il a commencé à tirer. Nous avons tous couru vers l’hôtel, mais il nous a suivis. Il ciblait les étrangers mais pas les tunisiens « , a déclaré Wadia, un serveur.

« En voyant un tunisien, il a crié, «Dégage de là» et a tiré sur les étrangers. »

SOURCE

national-bardo-museum-shooting

MAJ : Mise à jour 30 juin 2015 :

Confirmation que le tueur de la plage a bien été entraîné en Libye avec les djihadistes du musée du Bardo.

Penser qu’il puisse exister un djihad mondial avec une idéologie unifiée et un but unique, pourrait passer pour de “l’Islamophobie,”…..et pourtant….

“Tunisie: le tireur de la plage a été entraîné en Libye avec les tueurs du Bardo” par Bouazza ben Bouazza,Associated Press, 30 juin 2015:

TUNIS, Tunisie (AP) — L’un des responsables en chef de la sécurité a dit que le tireur, auteur de la fusillade qui a coûté la vie à 38 touristes, en grande majorité des britanniques sur la plage de Sousse avait été entraîné en Libye en même temps que les attaquants du musée du Bardo en mars dernier.

SOURCE







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Le tueur djihadiste de Tunisie: “Aucun signe d’extrémisme, il ressemblait juste à un type normal.”

    1. Debout

      La femme de l’islamiste décapiteur Salhi : » nous sommes des musulmans normaux… »
      L
      e tireur de Sousse : »il paraissait un type normal… »

      Vu le nombre croissant de « déséquilibrés » et de « gens normaux », je commence sérieusement à m’ inquiéter pour la santé des autres !!…

    2. Jacques

      C’est sûr que si un musulman « normal » peut commettre ce genre d’horreur, qu’est-ce que ça doit être pour un musulman qui paraît fanatisé !!

      Ah ben ça doit être comme dans l’Etat islamique tiens : du sang au petit déjeuner, du sang au déjeuner, puis au goûter et bien sûr encore du sang au dîner !
      Je fais de l’humour noir, mais c’est dramatique. Et nos dirigeants et autres pseudo-journalistes bien-pensants qui refusent de voir la réalité…

      Normal premier porte bien son surnom, il est là pour détruire…

    3. Alauda

      Le mot « normal » est chargé d’ambiguïté lorsqu’il s’applique à de l’humain.
      Il vient du latin « norma », la règle. Autant les dimensions d’un frigo ou d’un pot de yaourt sont dites à juste titre normales dans un monde où tout est normé, autant un humain n’est jamais tiré au cordeau. Mais à force de vivre dans un univers totalement soumis aux règles de calcul, les gens finissent par accepter pour eux-mêmes et les autres ce concept technico-industriel et ils en viennent à regarder les autres avec les yeux de leur propre sens de la normalité. Le jugement sur la normalité est faussé : cela ne vaut pas un pet de cheval.

      Comme la première règle de ce genre d’individu est de ne pas se faire repérer, il est logique qu’il passe pour conforme au milieu dans lequel il évolue. Sa conformité mimétique n’est que le reflet d’une stratégie de caméléon. L’habit ne faisant pas le moine, laissons aux adeptes de la normalitude la paresse de ne pas chercher d’autres critères pour pressentir la rectitude ou la perversité des personnalités inconnues que nous côtoyons quotidiennement.

    4. Elia

      On dirait que tuer et dépecer les humains, est le métier de ces humanoïdes venus faire la guerre aux terriens de souche.
      Et pourtant, je ne crois pas qu’ils viennent de la planète Mars ou de la galaxie d’Andromède !
      Ne peut-on pas les expédier au fin fond de notre univers , vers les 72 vièrges ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap