toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le chercheur Nabil Mouline analyse le programme, les inspirations et les méthodes du nouveau “califat” de l’Etat islamique


Le chercheur Nabil Mouline analyse le programme, les inspirations et les méthodes du nouveau “califat” de l’Etat islamique

En quoi la stratégie développée par «l’Administration de la sauvagerie» rompt-elle avec le djihadisme d’Al-Qaida?

Nabil Mouline Pour les leaders historiques d’Al-Qaida, il fallait déterritorialiser le combat, penser de manière globale, et s’attaquer en priorité à «l’ennemi lointain», incarné par la puissance américaine. C’est sur ce principe qu’ont été conçus les attentats du 11-Septembre.

Abu Bakr Naji, lui, veut au contraire reterritorialiser l’action djihadiste en proposant une stratégie que j’appelle «glocale»: on pense toujours globalement, mais on agit d’abord localement. C’est dans cet esprit que les dirigeants de l’organisation Etat islamique ont préféré se doter d’une base territoriale au coeur même du monde musulman et assurer leur autonomie financière avant de se lancer à l’assaut du monde. Même si cela n’empêche pas que des attentats soient perpétrés çà et là au nom de la lutte contre les Occidentaux.

Pourquoi Abou Bakr al-Baghdadi a-t-il si vite proclamé le «califat», pourtant décrit comme l’étape finale par le théoricien de «l’Administration»?

Plaquer une théorie sur une réalité est complexe. Il y a évidemment un décalage avec les véritables pratiques, ne serait-ce que parce que le terrain de réalisation des opérations n’est pas celui envisagé par le livre. En revanche, Daech utilise clairement le discours de Naji pour légitimer son action.

Le texte sert à mettre en récit «l’épopée de l’Etat islamique». Il fonctionne comme une sorte de «manifeste légitimateur». Il est vraisemblable que Baghdadi et ses lieutenants se sont précipités pour proclamer le califat de l’Etat islamique de peur que d’autres factions (Al-Qaida ou Al-Nosra, notamment) ne les doublent. Ils se sont ainsi assuré une forme de monopole.

Quelles sont les sources d’inspiration de l’ouvrage?

Il y a bien sûr des penseurs islamistes reconnus comme l’Egyptien Sayed Qotb, le Palestinien Abdallah Azzam, le Syrien Abou Moussab al-Souri et surtout le Jordano-Palestinien Abou Qatada al-Filistini. Mais Naji s’inspire aussi, sans les citer nommément, d’auteurs et de stratèges non musulmans tels que Mao Zedong, Clausewitz, Che Guevara et même Régis Debray!

Il dit à cet égard qu’un djihadiste ne doit avoir aucun scrupule à utiliser les travaux et les méthodes occidentaux. La thèse de Naji consiste d’ailleurs à soutenir que seul un parti ou un groupe qui sait concilier «lois universelles» et «lois islamiques» pourrait reconstituer le califat et dominer le monde.

Les technologies et les outils de communication qu’utilise Daech sont du reste de facture très occidentale…

Les hommes de Daech sont en réalité «occidentaux» dans tous les domaines, militaire, mais aussi politique et administratif. Même leur perception de l’islam est très occidentalisée. Ils considèrent en effet l’islam non seulement comme une foi mais plus encore comme une identité, et une entité politique : c’est presque du nationalisme.

C’est finalement la conception de l’Etat-nation occidentale qui est en train d’être exprimée en termes religieux. Le nom de l’organisation est lui-même occidental si l’on y prend garde : l’Etat est une notion occidentale, et même l’adjectif «islamique» l’est en ce sens qu’il exprime la volonté de créer une société uniforme.

On a vu se multiplier cette année des attentats en Arabie saoudite. Pourquoi ?

L’Arabie saoudite est un des objectifs prioritaires de l’EI; ils sont en train d’y appliquer la première étape du programme d’Abu Bakr Naji, qui est la démoralisation et l’affaiblissement. Ils cherchent ainsi à semer la discorde en s’attaquant à plusieurs cibles, notamment chiites. L’Arabie saoudite est en effet une étape incontournable pour reconstituer l’unité originelle de la oumma.

D’abord parce que le royaume, gardien de l’orthodoxie sunnite, reste un redoutable concurrent d’un point de vue religieux, et ensuite, d’un point de vue plus pragmatique, parce qu’il possède la mainmise sur le pétrole. Enfin, l’Arabie saoudite, c’est bien sûr aussi les lieux saints de l’islam qu’un calife se doit obligatoirement de contrôler. Dans la vision messianique de Daech, la conquête du monde commencera à La Mecque.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap