toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’auteur saoudien Turki Al-Hamad : « Nos jeunes subissent un lavage de cerveau ; nous devons assécher l’idéologie de l’État islamique à la source »


L’auteur saoudien Turki Al-Hamad : « Nos jeunes subissent un lavage de cerveau ; nous devons assécher l’idéologie de l’État islamique à la source »

Dans une interview télévisée, l’auteur saoudien Turki Al-Hamad évoque le discours extrémiste très répandu en Arabie saoudite qui incite de nombreux jeunes à rejoindre l’État islamique, et déclare : « Pour stopper l’EI, il faut commencer par assécher son idéologie à la source. » 

Extraits de l’interview diffusée sur Rotana Khalijiyya TV les 13 et 14 juillet 2015 :

Turki Al-Hamad : Regardez n’importe quel groupe islamiste : ils répètent que leur but premier est d’établir de nouveau le Califat. Le Califat c’est de l’histoire. C’est fini, c’est du passé.

Loading...

Journaliste : Il est impossible de le réanimer.

Turki Al-Hamad : Impossible. Vous ne pouvez pas réunir un Malaisien, un Saoudien et un Égyptien et leur imposer un calife, auquel vous donnez l’autorité absolue. C’est impossible, mais ils refusent de l’accepter, et ils vivent le mythe du Califat. J’appelle cela un mythe car il n’y en aura jamais. Ils finiront par percuter le mur de la réalité. Un État nation est la base de tout. Si vous en faites quelque chose de stable et de prospère, et si cet État garantit les droits de l’Homme, il peut devenir un État modèle. Si chaque État s’occupait de ses affaires, le monde serait beau. Mais si chaque État essaie d’imposer son propre modèle au reste du monde, c’est le chaos, et l’Iran en est un exemple.

[…]

Nous ne devrions pas entrer dans le débat des origines de l’EI : les Etats-Unis, l’Iran, etc. Le fait est que l’EI existe. Qui alimente l’EI ? Nos propres jeunes. Qu’est-ce qui incite nos jeunes à rejoindre l’EI ? La culture dominante, la culture qui est implantée dans les esprits des gens. Ce sont nos jeunes qui bombardent à Al-Ahsa, à Qatif, au Koweit, à Taif. Ce sont nos propres jeunes. Vous pouvez voir dans les vidéos de l’EI les volontaires en Syrie qui déchirent leurs passeports saoudiens. Ce sont nos jeunes.

[…]

La question est : comment pouvons-nous stopper l’EI. Nous ne pouvons pas le faire en les combattant, mais en les asséchant à la source. Je ne parle pas de sources financières ou de ses sources étrangères. Nul besoin de trouver qui se tient derrière l’EI pour le combattre. Je ne parle pas de remonter aux sources financières de l’EI. Tout cela est important, mais ce qui compte le plus, ce sont les sources idéologiques. Les jeunes qui ont rejoint l’EI ont été guidés par la notion de martyre. Ils ont été animés par une motivation religieuse extrémiste. Appelez-les « mal avisés », appelez-les « déviants », ou appelez-les comme il vous plaira, mais la vérité est qu’ils ont subi un lavage de cerveau avec ce discours et cette idéologie. Pour arrêter l’EI, il faut d’abord assécher son idéologie à la source. Autrement, vous coupez l’herbe mais laissez les racines. Il faut arracher ces racines. Ces racines sont dans l’esprit des gens et nulle part ailleurs.

Learn Hebrew online

Journaliste : Comment se fait-il que tant de Saoudiens tombent sous le charme de l’organisation État islamique ? Croyez-vous que la pensée religieuse saoudienne et certains prédicateurs jouent un rôle…

Turki Al-Hamad : Absolument.

[…]

Loading...

Il y a une overdose de religion en Arabie saoudite. Je dis toujours que la religion ressemble aux médicaments : vous en avez besoin pour votre santé, mais s’il y en a trop, elle devient toxique.

[…]

Le discours religieux qui prédomine ici est extrémiste. Il vous fait détester les autres. Sans même que nous vous en rendiez compte, ce discours vous mène à la haine de soi, car vous voudriez vivre votre vie, mais il y a (trop) d’interdictions. Laissez-moi vous donner un petit exemple sur les contradictions au sein de nos personnalités : Un jeune Saoudien a été arrêté à Dubaï. On l’a attrapé ivre, en compagnie d’une prostituée. On les a arrêtés car ils faisaient trop de raffut. Ils se disputaient à propos d’un certain prédicateur islamique. Le Saoudien s’est mis en colère quand elle a blasphémé contre le cheikh en question.

[…]

Notre discours culturel est extrémiste et doit être réformé. Qu’importe le moment ou l’endroit, nos jeunes entendent : ne faites pas ceci, ne faites pas cela. Tout est proscrit, interdit ou honteux. Ce sont les notions qui nous entourent. Du coup, les jeunes ont recours à la drogue – ce qui est un problème en Arabie saoudite – ou à l’extrémisme. Parfois, ils ont recours à la drogue, puis se repentissent et rejoignent l’extrémisme.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’auteur saoudien Turki Al-Hamad : « Nos jeunes subissent un lavage de cerveau ; nous devons assécher l’idéologie de l’État islamique à la source »

    1. Yéochoua

      Pas très crédible : c’est le représentant d’un Etat islamique qui s’exprime contre un Etat islamique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *