toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La démission permanente par Shmuel Trigano


La démission permanente par Shmuel Trigano

La gestion autant médiatique que politique de l’attentat de l’Isère est de très mauvais augure pour les Juifs français comme pour la société  civile en générale. L’attentat ponctue une évolution qui va dans le mauvais sens. Tout d’abord, il n’a suscité que de l’inertie horrifiée.  La victime – un « français moyen » comme le dit ingénument un journaliste – a montré, rétroactivement, que, sans Charlie Hebdo, l’Hypercacher aurait été passé en pertes et profits des « tensions inter-communautaires ».

Valls a parfaitement exprimé celà en claironnant qu’il faudra s’habituer à vivre avec »le terrorisme ». La traduction pour les Juifs, plus précisément cibles de la guerre de religion qu’une partie de l’islam mondial leur livre tous azimuths, c’est qu’ils vivront dans une insécurité endémique et qu’ils doivent s’y habituer.

C’est là où le bât blesse car la réaction du gouvernement est singulièrement en dessous de ce qui devrait être requis d’un Etat qui se respecte. L’illustration la plus marquante fut celle du président Hollande qui, au lieu de nommer l’ennemi, soit l’islamisme, se contenta de fustiger « le terrorisme » comme si il y avait là une fatalité neutre et impersonnelle, un danger comparable à celui des victimes de la route.

Loading...

Quant à « la guerre de civilisation » de Valls, elle n’opposerait pas l’islam à l’Occident – soit le motif des djihadistes – mais ce dernier à « la barbarie ». Comment l’Europe pourrait-elle d’ailleurs comprendre quelque chose à ce qui lui arrive? En ayant renoncé à assumer son identité « judéo-chrétienne », elle est impotente à saisir ce qui la menace en tant qu’Europe, à savoir une guerre de religion… Que l’interprétation djihadiste de l’islam soit récusée par des musulmans modérés, c’est un fait, mais qui ne change rien à la situation.

Plus qu’une guerre de religion, cependant, du point de vue de l’Etat, l’antisémitisme djihadiste est le symptome objectif d’une guerre civile dont l’enjeu ne concerne pas uniquement la « sécurité » mais la nation et le pouvoir politique. Or, la gestion sécuritaire de la situation écarte toute possibilité d’y faire face.

Elle maintient « à feu doux » l’incendie et voue les Juifs à une condition sacrificielle, à l’abnégation silencieuse du martyre. Leur « sacralisation » et leur célébration (« quand on touche à un Juif on touche à… ») n’est qu’un prix de consolation à ceux par qui le scandale pouvait arriver. Leur silence sur la réalité de la situation permet de maintenir le spectacle de la paix publique et de la pacification nationale.

C’est ce qui explique pourquoi tout ce qui perturbe cette cérémonie est sèchement mis au ban du débat public. Dans le système idéologico-sécuritaire qui est mis en place la « naturalisation » de l’antisémitisme, sa dépolitisation permettent d’accréditer la fable du gouvernement, la définition erronée de la situation, dont la finalité vise à le dispenser d’une décision politique (car l’enjeu de la normalisation de l’islam en France concerne l’Etat, son autorité) et nationale (car l’enjeu de l’intégration d’une population massive récente dans le paysage national concerne la nation, son identité, sa culture).

La récente réunion de « l’instance de dialogue avec l’islam » illustre cette démission. Bertrand Cazeneuve, au flegme pourtant utile, y a prononcé un discours de complaisance et de flatterie  qui a démontré que les discours fermes du premier ministre n’étaient, de facto, pas suivis d’effets politiques réels. Ce fut une occasion râtée, comme le fut la création du CFCM par Sarkozy, d’entamer le processus de réforme de l’islam préparant son intégration dans le consensus républicain.

C’est la seule religion à ne pas s’être réformée pour se régler sur la souveraineté de l’Etat et s’adapter à l’identité nationale. Son retard est dû à l’histoire, certes, mais c’est un retard dont les musulmans eux-mêmes subissent les conséquences. C’est là où la politique du « dialogue », de la conciliation, des cérémonies de pacification est un leurre. C’est à l’Etat d’assumer l’obligation de sa souveraineté.

Learn Hebrew online

Rappelons que la laïcité est un acte régalien de l’Etat qui se sépare des religions en leur imposant une ensemble de réformes pour que leurs fidèles se conforment au code civil. C’est la façon française de garantir la citoyenneté.

Shmuel Trigano pour Europe Israël News

*Une chronique sur Actualité Juive du 2 juillet 2015.

Loading...




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La démission permanente par Shmuel Trigano

    1. Menager

      La prochaine étape est l’attaque de la Constitution. Le Mal part d’en haut parce qu’il organise ceux qui viennent pour nous tuer dans nos chaumières. Le Mal part d’en haut, il n’y a plus un seul espace libre ni pour les Juifs, ni pour les chrétiens, ni même pour les bouddhistes, pour ceux qui décident de ne pas croire. Le Mal est organisé par les politicards malveillants qui sont eux-mêmes à la solde de capitaux devenus malpropres.
      Le Mal part d’en haut. Déjà les politicards véreux en action aux Etats-Unis ont tenté de saborder la Constitution américaine ou bien ils tentent d’y tailler des brèches aux fins de la fragiliser, puis de la contourner, de la détruire finalement. C’est simple à comprendre, nos constitutions, aussi bien française qu’américaine sont fondées sur l’héritage judéo-chrétien. Nos films, notre culture, qui nous parlent intrinsèquement reprennent, et c’est très facile à identifier, dans la guerre du Bien contre le Mal, les grandes figures judéo-chrétiennes.
      Pour une raison que nous ne maîtrisons pas, les politicards ont décidé tout simplement de renverser cet héritage. Ils ne s’arrêteront donc pas à des peuples, qu’ils veulent même remplacer s’ils les dérangent trop. Et si l’on veut au final conserver son idéal, judéo-chrétien, il ne nous reste plus qu’à partir. Car ils le feront, ils renverseront toute chose établie sur des bases stables. A la place, ils mettront le chaos parce qu’ils sont devenus impuissants face aux grands capitaux, à la mondialisation, à la fuite de ceux qui veulent vivre libres.
      Les politicards ne maîtrisent plus rien et sont dépossédés du peu de pouvoir qu’il leur restait. Ils ont choisi en outre d’honorer et de solliciter des nations de tradition ennemies depuis toujours à la culture judéo-chrétienne occidentale. En effet, dans l’Histoire de chaque peuple, nous avons eu à souffrir des barbares en tout temps. Mais il en est qui n’ont jamais accepté la moindre conversion. Or, tous les autres barbares se sont convertis et ont revendiqué et même défendu âprement l’héritage judéo-chrétien. Aujourd’hui, ils le jettent simplement à la poubelle parce que leur centre d’intérêt s’est tourné vers les nations orientales, qui appartiennent à l’autre religion monothéiste, l’islam. Mais les seuls barbares qui n’ont jamais abdiqué leur religion pour celle, judéo-chrétienne, sont bel et bien les musulmans. Et s’ils sont venus chez nous, souvenons-nous que c’était quand même pour tuer, pour piller, pour réduire en cendre, pour frapper à coups de sabres, pour enlever et déporter ceux qu’ils n’avaient pas tués parmi les nôtres. Ils ne sont jamais venus en amis. Et quand ils l’ont fait parfois, ces dernières décennies, ils disent aujourd’hui sans vergogne eux-mêmes qu’ils sont venus pour s’installer durablement, pour prendre, et pour convertir, pour tuer si nous ne le voudrions. Et nous ne le voulons car il nous plaît d’être libres. Et il nous plaît de ne jamais choisir la religion des monstres, des buveurs de sang et des pourfendeurs de pauvres gens, chrétiens, juifs, bouddhistes, etc. Et donc, parce que ces gens-là ont simplement choisi d’être chrétiens, juifs, bouddhistes, etc, les musulmans trouvent plus facile de les tuer et c’est tout ce qu’ils ont trouvé parce que leur religion n’est pas capable de leur donner, de leur fournir un autre type de réflexion intellectuelle et spirituelle. Il n’y a pas d’autre matériel intellectuel possible en islam que tuer celui qui est différent. Donc, devant une telle aberration mentale et morale, il convient de faire sa valise et partir, non par lâcheté, mais par nécessité dès lors que ces monstres sont encouragés par les autres monstres qui nous gouvernent. S’ils n’étaient pas encouragés, auraient-ils pu faire le dixième et même le millième de tout ce qu’ils nous font. Quantité des nôtres ont déjà été tués égorgés, dans le silence le plus total. Ce ne sont pas les journaux nationaux qui en parlent mais les journaux locaux. Quand on prend le temps de rassembler toutes les informations sur ces faits divers, on découvre que leur signal, de prendre le pays même par les égorgements, par les armes explosives, etc, a déjà retenti. Nous sommes déjà en retard. Cela s’est fait en grande partie en nous maintenant dans l’ignorance la plus totale.
      En clair, les gouvernants ont ordonné aux journaux nationaux de ne pas révéler aux victimes à massacrer, ce qu’il est en train de se passer chez eux. Le sang des Français a déjà coulé et la guerre a déjà commencé. Contre nous de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé… Et pour longtemps.
      Donc, oui, il reste aux Français juifs à partir très certainement. Mais il reste aussi à la plupart des Français chrétiens à partir car je pressens un carnage.
      En effet, sous le coup de la peur, certains se sont déjà convertis à l’islam…
      Le pire est donc à venir.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *