toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Brice Couturier (France Culture) : « L’ensemble des médias français est brutalement ou discrètement hostile à Israël »


Brice Couturier (France Culture) : « L’ensemble des médias français est brutalement ou discrètement hostile à Israël »

Brice Couturier est catholique, journaliste, producteur de radio et écrivain français. Les chroniques matinales de Brice Couturier sur France Culture font régulièrement l’objet de critiques de la part de la gauche, en particulier concernant les positions économiques « néo-libérales » qu’il professe au quotidien en l’absence de tout contradicteur.

Actualité Juive : Comment jugez-vous le traitement du conflit-israélo-palestinien par les médias français ?

Brice Couturier : Partial depuis longtemps et c’est ce qui m’inquiète. Chaque année qui passe, le point de vue sur Israël est un peu moins neutre et un peu plus engagé. La tonalité générale est de plus en plus ouvertement anti-israélienne, pas seulement en France mais dans la quasi-totalité de l’Europe occidentale. Pour prendre un exemple, il est impossible de mettre en parallèle les attentats terroristes islamistes qui ont frappé la France avec ceux que connaît Israël, quand bien même ils sont commis avec les mêmes méthodes. A Noël, plusieurs attentats ont eu lieu et n’ont pas été reconnus comme terroristes par la France, qui a préféré parler de « déséquilibrés ». Mais enfin, des « déséquilibrés » qui foncent dans la foule en voiture, en criant Allah Akhbar, ça rappelle quelque chose, non ? C’est une technique qui avait été utilisée quelques semaines plus tôt en Israël, notamment sur des quais de tramway ! Que nous soyons victimes du même terrorisme, là-bas et ici, c’est une réalité qui n’a pas droit de cité…

A. J. : Percevez-vous des différences notables dans le traitement du conflit israélo-palestinien entre les  médias français et leurs homologues anglo-saxons ?

B. C. : De moins en moins. En France, il y a une espèce d’auto-aveuglement général. En Grande-Bretagne, cela ne vaut guère mieux. Aux États-Unis, le spectre idéologique est beaucoup plus large et certains médias sont plus favorables à Israël. En France, je n’en vois guère à part les médias juifs. L’ensemble des médias est brutalement ou discrètement hostile à Israël, presque sans exception. Tout cela interroge. Il faut se demander pourquoi, sous quelle influence, et dans quel but. Une explication banale, mais qui me convient bien, c’est celle-ci : pour l’extrême gauche, la figure du prolétaire, à laquelle elle ne croit plus, a été remplacée  par celle du Palestinien. Celui-ci est devenu l’incarnation de toutes les souffrances, de toutes les humiliations. De même qu’on essaie de faire tenir à Israël le rôle autrefois tenu par l’Afrique du Sud : le «  nouveau pays de l’apartheid »… C’est également scandaleux. Cela démontre une méconnaissance de la réalité israélienne où les Arabes israéliens sont, sous certains aspects, mieux traités que les Juifs. Notamment par le fait qu’ils peuvent aller à l’université sans avoir fait l’armée, ce qui n’est pas le cas des Juifs. Et il ne me semble pas que les Noirs sud-africains aient pu accéder à l’université dans leur pays…

« Pour être écouté des médias, il faut afficher “ La paix maintenant “ »

A.J.: Comment expliquez-vous cet intérêt des médias pour le conflit israélo-palestinien, et peut-être plus largement pour Israël ? 

B. C. : D’intérêt pour Israël, je pense qu’il n’y en a aucun. Le vrai problème, c’est la méconnaissance d’Israël. Les médias sont systématiquement défavorables envers l’État hébreu. Quand ils vont sur place, c’est toujours pour montrer le mur de séparation, construit après des attentats qui ont tué des dizaines et des dizaines d’Israéliens, alors qu’on ne parle jamais du mur qui sépare l’Égypte de Gaza. Il y a également chez les médias français la volonté de complaire à nos concitoyens de confession musulmane ; de prendre fait et cause pour le Hamas – terroriste – parce qu’on a vu des jeunes de banlieue manifester pour cette organisation. Or je ne comprends pas que mes copains algériens s’identifient à la cause palestinienne avec laquelle ils n’ont rien à voir. Cela joue un rôle prépondérant car les médias constatent que ce public est nombreux et remuant, alors que le public juif est faible numériquement et a moins d’influence sur le plan médiatique, contrairement à ce que l’on dit. À part Alain Finkielkraut, et dans une moindre mesure Bernard-Henri Lévy, je n’en vois plus guère, des « intellectuels juifs ». Aujourd’hui, la communauté juive ne s’intéresse guère à l’idée de répercuter sa culture, de proposer une vision juive du monde. Cela explique pourquoi Israël est devenu un angle aveugle. Pourtant, le sort d’Israël préfigure le nôtre dans bien des domaines, par exemple dans le domaine des start-up. On connaît la Silicon Valley, beaucoup moins son équivalent israélien.

Il y a une autre chose qui m’énerve, c’est de voir certains se croire obligés de dire « Je suis juif, mais je ne soutiens pas le gouvernement israélien ». On ne demande pas aux Algériens de dire « Je suis d’origine algérienne, mais je ne soutiens pas Bouteflika » ! Pour être audible sur le conflit israélo-palestinien, aujourd’hui, en France, quand on est juif, il faut commencer par afficher sa désapprobation d’Israël. En tout cas, de son gouvernement. Pour être écouté des médias, il faut afficher « La paix maintenant ».

A.J.: Dans une chronique prononcée sur France Culture quelques jours après les assassinats de Mohammed Merah en mars 2012, vous faisiez déjà le lien entre traitement de l’information et passage à l’acte en France…

B. C. : J’ai voulu aborder dans cette chronique l’idée du « pas d’amalgame ». Je relève que cette injonction, assez fondée, s’élève quand des hommes tuent des Juifs à Toulouse, à Bruxelles ou à Vincennes en criant « Allah Akhbar ». Je suis d’accord avec cela : les musulmans de mon pays ne sauraient être tenus pour co-responsables ; contrairement aux commanditaires de ces meurtres qui se cachent, dans quelque pays lointain… Mais on oublie toujours de renverser l’argument contre les djihadistes eux-mêmes. Ils tuent des Juifs français pour, prétendent-ils, « venger les enfants palestiniens ». Pas d’amalgame ? Quel rapport entre un Juif qui fait ses courses pour shabbat dans une épicerie un vendredi après-midi et un soldat de Tsahal ? Cette asymétrie m’exaspère. Il y a toujours un méchant et un gentil dans l’affaire. Et le méchant c’est toujours le Juif.

Source: ACTUJ





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Brice Couturier (France Culture) : « L’ensemble des médias français est brutalement ou discrètement hostile à Israël »

    1. sarah

      Brice Couturier, Malek Boutih aujourd’hui sur cette page. S’il n’en reste que quelques-uns pour sauver les juifs qui sont attachés à Israël par la parole (et c’est déjà beaucoup), ce seront ceux là. Ce sont eux les nouveaux Justes.
      Pas ceux qui sont remplis de haine envers Israël et en adoration, par contre, devant un Islam même bruyant, intolérant et misogyne (la burqa est l’aspect le plus visible de cette misogynie ).

    2. Marcel

      C’est tellement rare de jours de voir et d’entendre des journalistes HONNÊTES en France, que lorsque je lis ou en entend un qui parle avec un tel courage et
      une telle lucidité, je ne peux alors qu’applaudir et soutenir ! Merci de tout cœur Brice ! Continuez, et surtout restez comme vous êtes…
      Les perles sont d’une grande valeur, plus que l’or et l’argent…

    3. San Remo

      « Une méconnaissance de la réalité israélienne où les Arabes israéliens sont, sous certains aspects, mieux traités que les Juifs. »
      Bravo à ce journaliste non juif mais hautement lucide sur ce pays! si les israéliens et juifs l’étaient également,nous pourrions aussi avec une certaine honnêteté s’attaquer à des vrais problèmes de discriminations en Israel à la lumière desquels on serait bien étonner de constater qu’il vaut peut être mieux être musulman en Israel que juif éthiopien ou alors dans une moindre mesure « sépharade » (nouvelle qualification juridique depuis la jurisprudence de la Cour suprême israélienne. Pour ces derniers, es ascenseurs sociaux ne décollent pas de RC et 2ème étage…
      L’autre avantage majeur de cette lucidité serait de casser le voile de l’Etat soit disant apartheid à l’égard des arabes. A défaut , les journalistes gaucho d’Aaretz font le bonheur des médias français et bien entendu des autres.

    4. janis

      A u début des années 2000, Brice Couturier recevait quelques personnages publics sur France Culture pour débattre sur le conflit Israël-Gaza:
      Gurfinkel devait y participer mais n’est pas venu.
      Il a été remplacé à la dernière minute par Frederic Encel.
      Hélas durant toute l’émission, Encel s’est écrasé devant Pascal Boniface dont on connait l’aversion pour Israël.
      Couturier a pourtant, à plusieurs reprises, tendu des perches à Encel par des questions qui ouvraient des arguments de défense envers Israël, mais Encel n’en a saisi aucune.
      C’est souvent l’attitude péteuse des Juifs qui interviennent dans les médias français, car ils en dépendent.
      Couturier m’avait confié qu’il était sorti de ce débat profondément dépité.

    5. Menager

      C’est bien dit, mais malheureusement il faut parler aujourd’hui de façon plus déterminée. Il y a bien un amalgame. Quant aux modérés musulmans, où sont-ils quand les nôtres sont tués ? Aurélie CHATELAIN (tuée pourquoi ? pour avoir résisté et tenté d’empêcher de se faire tuer. C’est normal car c’est l’instinct de survie et nous l’avons tous). Ce chef d’entreprise dernièrement ? (tué pourquoi ? La tête plantée sur un grillage entre un drapeau de merde d’islam et une profession de foi du même ordre). Qu’avait-il fait ? Il avait licencié une « chance pour la France » et ce dernier n’a jugé bon que de lui couper la tête et de l’exhiber fièrement comme il l’a fait. Si c’est possible, quelle sorte de gens dirigent le pays, mon pays, celui de mes aïyeux ? Qui est aux commandes et dans pour quel projet de société ?
      C’est bien de continuer à être gentil. Tous les gens qui ont été tués par ces cauchemars ambulants, qui n’ont d’humains que l’apparence, et qui sont des monstres, étaient gentils eux aussi. Et le fait d’être gentils n’a pas empêché qu’ils soient tués. Les touristes sur la plage de Sousse, étaient gentils eux aussi, et eux aussi ont été tués par rafales. Et celui qui les a tués l’a fait tranquillement comme pour cet Anglais tué en plein Londres, par un de ces monstres, avec son sabre, les mains et les bras pleins de sang humain.
      Il n’y a pas de musulmans modérés. Il n’y a pas d’humains musulmans. Il n’y a pas de gentils musulmans. Il n’y a pas de musulmans pris de pitié. Il n’y a pas de musulmans qui soient empathiques. Il n’y a pas de musulmans capables d’avoir de la sympathie pour ceux qui n’appartiennent pas à leur secte. Il n’y a pas chez ces sectaires abominables la moindre humanité. Car ici, et partout, les seules choses qu’ils nous exposent avec fierté, pour ne pas dire avec arrogance, avec un orgueil imbécile, c’est toujours la même violence sanguinaire. L’islam c’est sanguinaire. C’est la seule chose qu’ils nous montrent. Ils n’ont rien d’autre, en vérité, à montrer au monde. Ils n’en sont pas capables et ne sont pas maîtres de leurs sens et même de leur force, de leurs pulsions. Ce sont des êtres étranges. On ne peut les comprendre quand bien même on essaierait. On reste dégoûté, et contre cette chose immonde, il faut s’armer jusqu’aux dents, pour être prêts à défendre coûte que coûte chaque centimètre carré de sa peau. Je crois qu’Israël fait bien de toujours préparer ses jeunes gens au service militaire pour leur apprendre convenablement le maniement des armes et les entraîner physiquement à l’endurance et à la résistance. C’est un très bon point, un point qui montre un état d’esprit sain. On est sain de corps et d’esprit en effet quand on lutte contre celui qui prétend vous rayer de la carte parce que vous n’êtes pas comme lui.
      Excusez-moi d’être parfois d’une seule pièce, mais assez de parlotes et allons vers l’action. Nous ne sommes pas, nous ne serons pas défendus par nos politicards qui sont véreux, donc, il nous revient de nous défendre, comme Israël le fait, à juste titre. Israël dit : « personne ne vient me tuer. »
      Je trouve que c’est une position intelligente et saine. J’espère qu’Israël reste dans cet état d’esprit. L’Australie dit la même chose et c’est là aussi une position qui reflète l’intelligence et la santé mentale et morale, comme pour Israël. Y a-t-il d’autres candidats à la Résistance ? La France de nos politicards et de nos médias a préféré baissé son froc et se faire enc…..
      Pour cela, on ne peut avoir aucune admiration et nous sommes légitimes dans nos arguments.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap