toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Éric Zemmour déplore l’absence d’officiels français: « Napoléon fait honte aux élites françaises »


[Vidéo] Éric Zemmour déplore l’absence d’officiels français: « Napoléon fait honte aux élites françaises »

Le journaliste déplore l’absence de l’exécutif français aux commémorations de la défaite de Napoléon à Waterloo. « Aurait-on honte en France de l’Empereur ? », interroge-t-il.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “[Vidéo] Éric Zemmour déplore l’absence d’officiels français: « Napoléon fait honte aux élites françaises »

    1. Alice

      Exactement la réflexion que je me suis faite , les anglais eux memes ne comprennent pas le silence des français sur le grand homme qu’a été Napoléon
      chef de guerre , réformateur ….

    2. Marianne

      C’est grâce à Napoléon que les rues ont un numéro pair d’un coté de la rue et vis-versa, ce que le monde a repris dans l’année et par contre hollande, lui, aura assoupli l’examen du permit de conduire !

    3. Jacques

      Alauda, je crois qu’au-delà de la commémoration de cette défaite française, Zemmour insiste à raison, me semble-t-il, sur le mépris, pour ne pas dire une forme de négationnisme, qu’expriment nombre de responsables politiques (et autres) français à l’endroit de Napoléon.
      Une forme de « haine de soi » si caractéristique de la France du XIXème siècle…

    4. Alauda

      @Jacques,

      Connaissez-vous le parallèle de Washington et de Napoléon dessiné par François-René de Chateaubriand (Mémoires d’Outre-tombe) ?

      « Washington a laissé les États-Unis pour trophée sur son champ de bataille.  »

      Pour Napoléon, il écrit : « À l’instar des dieux d’Homère, il veut arriver en quatre pas au bout du monde. Il paraît sur tous les rivages; il inscrit précipitamment son nom dans les fastes de tous les peuples; il jette des couronnes à sa famille et à ses soldats; il se dépêche dans ses monuments, dans ses lois, dans ses victoires. »

      Tout oppose les deux caractères.
      Le premier circonspect, réfléchi, jette les bases d’un nouveau monde avec lenteur : « Ce ne sont pas ses destinées que porte ce héros d’une nouvelle espèce: ce sont celles de son pays; il ne se permet pas de jouer ce qui ne lui appartient pas; mais de cette profonde humilité quelle lumière va jaillir ! »

      Le second semble rivaliser avec les héros antiques, en conquérant mu par le désir d’inscrire son nom dans la légende. Que lui importe les pieds gelés de ses soldats en Russie (1812) et le sang versé ! Empereur autoproclamé, il s’était couronné lui-même ! La grandeur incontestable du personnage est tout de même conjuguée à un égo si surdimensionné, une telle mégalomanie qu’il va finir par se perdre, après avoir mis l’Europe à feu et à sang.

      Chateaubriand juge à l’aune des résultats : « La république de Washington subsiste; l’empire de Bonaparte est détruit. »

      Le descendant de petite noblesse, attentif à l’avenir qui se dessine sous ses yeux, souligne un rapprochement possible, avant d’entériner son opposition à un personnage qui n’a pas su gagner le cœur d’une nation qui avait proclamé la Liberté comme valeur première :  » Washington et Bonaparte sortirent du sein de la démocratie: nés tous deux de la liberté, le premier lui fut fidèle, le second la trahit. »

      En tant que femme, je sais ce qu’on lui doit en terme de recul de droits fondamentaux… 🙂

    5. Jacques

      J’ai lu les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand (« une oeuvre prodigieuse » ainsi que le disait de Gaulle), et je sais l’hostilité de F.-R. de Chateaubriand à l’endroit de Napoléon. Son courage, aussi, quand la menace du courroux impérial l’environnait de toutes parts, et que tous supplièrent l’enfant de Saint-Malo de faire profil bas.

      Mon but ici n’est pas de défendre Bonaparte, dont je sais combien l’ivresse du pouvoir sans partage qu’il s’était attribué – se mettant lui-même sa couronne sur le chef – l’a conduit à des folies, telle la campagne de Russie ou autres ; c’est hélas le lot de ceux que le pouvoir « use » jusqu’à en perdre toute mesure, voire la raison.
      Non, je voulais juste rebondir sur ce quil me semble être le propos de Zemmour ici, à savoir dénoncer une fois de plus cette expression bien française de la haine de soi (de l’identité française, de nos qualités – et cela malgré nos défauts, mais qui n’en a pas ?) au travers de ce mépris affiché pour TOUT Napoléon, sans même faire l’effort de faire la part des choses.
      Car tous les moyens sont bons aujourd’hui pour ces dirigeants indignes que nous avons pourtant élus, pour dénigrer notre pays, et cela dans des buts bien peu avouables.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap