toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Texte intégral de l’intervention d’Éric Zemmour au Tribunal mercredi 24 juin 2015


Texte intégral de l’intervention d’Éric Zemmour au Tribunal mercredi 24 juin 2015

OPINION

Je vous avoue que j’ai longuement hésité à venir à l’audience. Mon avocat me déconseillait plutôt de me déplacer, pour conserver disait-il, aux débats leur caractère technique. J’ai décidé pourtant d’assister à cette audience. D’abord par respect des magistrats, de la cour, et au-delà, des institutions de la République. Mais aussi par curiosité. Je voulais comprendre ce qu’on me reprochait. Comprendre quelle loi ou quelle partie de la loi j’avais enfreint. Après tout, nul n’est censé ignorer la loi. Je voulais comprendre pourquoi le procureur, le représentant de l’État, m’attaquait pour des propos qui ne faisaient pourtant que décrire des faits, une réalité, amplement retranscrite : «Des bandes étrangères venues d’Europe de l’Est écument notre pays», ça passe ; mais quand on dit: «Des bandes de Tchétchènes, Kosovars, Roms, dépècent, dévalisent, violentent, ou dépouillent», ça ne passe pas. Lui n’est pas déféré, moi, je le suis.

Je comprends bien le point de vue du procureur : il favorise la concision. L’ellipse est préférée à la description clinique. Madame le procureur préfère la pudeur des impressions à l’impudeur du réalisme. Mais cette querelle littéraire est-elle de la compétence de ce tribunal ? Il faut alors qu’elle aille au bout de cette logique littéraire. Qu’elle m’indique les bons mots et les mauvais mots, les mots autorisés et les mots interdits. Qu’elle redéfinisse les canons de la profession de journaliste. Que celui-ci ne soit plus tenu d’informer de ce qu’il voit, mais d’abord d’informer ce qu’il ne voit pas, mais qu’il est bon de voir.

J’avoue ma perplexité. Je n’ose penser que ce ne sont pas les mots qui comptent, mais ma personne. Il y a quatre ans, le procureur m’avait expliqué que ma notoriété fort grande avait pour corollaire une responsabilité aussi grande. Je constate qu’en quatre ans, j’ai encore pris du galon, puisque je suis davantage responsable, et donc davantage condamnable, qu’un ministre de l’intérieur lui-même.

Mais j’ai compris en écoutant avec soin ces débats, que ce ne sont ni mes mots ni ma personne qui importaient, mais mes pensées. Même pas mes pensées, mais mes arrière-pensées. Dans le passé, nous avions ainsi le tribunal de l’Inquisition qui dénichait la persistance des pensées hérétiques chez des marranes convertis au catholicisme. Nous avons eu, plus récemment, les grands procès staliniens qui traquaient les intentions contre-révolutionnaires.

À la suite de la parution de mon livre, Le Suicide français, le premier secrétaire du parti au pouvoir, avait dénoncé la zemmourisation de la société. Le premier ministre avait expliqué que mon livre n’était pas digne d’être lu, le ministre de l’Intérieur avait appelé à manifester contre moi, et le président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale avait sollicité de mes employeurs qu’ils mettent fin à mes collaborations à leurs médias. Marie-Anne Chapdelaine, une députée d’Ille-et-Vilaine, me chassait carrément de France : «Monsieur Zemmour, la République, on l’aime ou on la quitte ». Aujourd’hui, je vis la version judiciaire de cette offensive médiatico-politique. On prétend faire du droit, mais derrière les arguties, ce n’est qu’une bataille politique pour me faire taire.

Il y a six mois, des millions de Français défilaient dans la rue pour défendre la liberté d’expression. Les malheureuses victimes de Charlie Hebdo avaient subi aussi une condamnation judiciaire venue d’un tribunal islamique qui les avait condamnés à mort pour blasphème. Si je comprends bien, ce qui m’est reproché, la liberté d’expression, c’est bon pour les dessinateurs de Charlie, mais ce n’est pas bon pour moi. Parce qu’eux sont gentils, et moi, je suis méchant. Eux, ont des bonnes arrière-pensées, et moi j’en ai de mauvaises. Si je comprends bien, nous vivons toujours sous le règne de la phrase de Saint-Just : «Pas de liberté pour les ennemis de la liberté». Cela s’appelait la Terreur.

Éric ZEMMOUR





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Texte intégral de l’intervention d’Éric Zemmour au Tribunal mercredi 24 juin 2015

    1. Yéochoua

      Vous dites monsieur Zemour, que la liberté d’expression, c’est bon pour les dessinateurs de Charlie, pas pour vous, mais ce n’est pas parce qu’ils seraient gentils et vous méchant, c’est parce qu’ils ont été assassinés uniquement, en vous souhaitant de survivre à la haine.
      C’est un peu sans vouloir vous flatter comme l’attitude vis-à-vis des Juifs : on les pleure pour la période sombre de la Shoah, mais on s’enflamme contre eux quand ils peuvent se défendre et terrasser leurs ennemis.

    2. Cathy

      Je pense que quelque part les vérités balancées par Monsieur Zemmour font peur car par son biais, il révèle par exemple les dangers d’une immigration massive et contre-productive…Et ça chut !!! Il ne faut pas le dire.

    3. Sophie

      Je dit : Bravo Monsieur !
      Il y a peu de gens qui oseraient faire ce que vous faites, dire ce que vous dites et prendre des risques qui peuvent vous mettre en danger (qu’Hashem Tout-Puissant vous garde et vous protège) !

      Bravo, vous êtes la voix d’un peuple envoûté !
      Merci, vous êtes la conscience d’un pays trompé !

    4. Pilou

      C’est du grand, Eric Zemmour, avec un plaisir intellectuel à le lire dans une lucidité de visionnaire.

      Que ça plaise ou non, personne ne parviendra à museler, le personnage, quand il aura des choses à dire et c’est tant mieux.

    5. MisterClaivoyant

      Si nos Médias pouvaient parler aussi clair et aussi juste qu’Eric Zammour, que lui ne fait pas dans l’amalgame; seulement appel « un chat un chat ». peut-être au « chat » vaut mien l’appeler un bourricot.

      La vérité d’Eric Zemmour est claire, ce qui n’est pas clair, c’est ce qui nous disent les Médias, « dans le politiquement correcte », mais pour faire de l’antisémitisme ne se privent pas. De là, qui vont lui reprocher ses « arrières pensées », car cela fait partie de la divination avec la boule de cristal, sur la censure qu’il faut appliquer aux journalistes qui disent la vérité, qu’il ne faut pas dire, dans un pays démocratique!

    6. Jacques

      Zemmour, droit dans ses bottes jusque devant le tribunal de l’inquisition.

      Il n’y a pas à dire, Eric Zemmour est courageux. Bien d’autres que lui, soit ne se seraient pas déplacés, soit auraient rétropédalé devant les juges.

    7. Pinhas

      Bravo ! Monsieur ZEMMOUR , les Français ,les vrais , ceux qui l’aiment .

      Je ne parle pas des (Français de souche ) mais de nous tous , toutes religions mises à part de nous qui aimons notre pays .

      Vous êtes notre porte parole car ceux qui pense que la France n’est pas envahie , pas salie , pas terrorisée , pas en guerre , ceux-la ne vivent pas ici ou alors savent ce qu’ils font et auront des comptes à rendre plus-tard .

      On nous a vendu à nos ennemis , oui vendu car comme des esclaves nous subissons ces cauchemars permanents et nos enfants ont peur .

      Peur de ces mauvais regards , de ces insultes , de ces violences de la part des mauvais musulmans .

      J’écris mauvais musulmans car heureusement il y a encore quelques bons Français de confession musulmane qui aiment la France et ne l’offense pas en se grimant et se couvrant des pieds à la tête avec des housses noires .
      On en à marre de ces musulmenteurs qui veulent soumettre la France et qui rejettent nos valeurs , nos coutumes .

      Alors oui , en tant que Français de confession Juive j’approuve vos paroles Monsieur ZEMMOUR et bientôt la France entière les approuvera .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap