toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Prix de la mauvaise foi journalistique attribué à Libé : En Israël, comme ailleurs, le gouvernement ne finance plus les artistes qui crachent sur le pays


Prix de la mauvaise foi journalistique attribué à Libé : En Israël, comme ailleurs, le gouvernement ne finance plus les artistes qui crachent sur le pays

Un certain Nissim Behar, qui prétend être correspondant à Tel Aviv, signe un nouveau torchon anti-israélien dans Libération titrant: « En Israël, le gouvernement ne finance pas les artistes qui ne lui plaisent pas« .

Ce Nissim Behar, inconnu à Tel Aviv ou sur les réseaux sociaux, s’offusque que le gouvernement israélien ait décidé de couper les financements aux artistes qui ne « seraient pas dans la ligne gouvernemental ». Ciel quel crime ! Et bien sur, il n’y a qu’Israël et son gouvernement « d’extrême droite », selon l’appellation consacrée chez Libé, que le gouvernement ne finance pas les artistes opposants.

Bien sur partout ailleurs, en Europe, en Asie, en Chine, en Russie ou en Afrique, tous les gouvernements financent les artistes opposants, c’est bien connu n’est-ce pas ?

Loading...

Ce cher Nissim, grand pourfendeur d’Israël, en rajoute des kilos (de bashing) à propos de la nouvelle ministre de la Culture, Miri Regev, qu’il qualifie « d’extrême droite, une ancienne haut gradée de Tsahal » parce qu’elle appartient au Likoud et qu’elle ancienne militaire, donc forcément d’extrême droite.

Visiblement le Nissim en question ne connait guère la scène politique israélienne, dommage pour un correspondant à Tel Aviv, pour qualifier ainsi le Likoud de parti d’extrême droite.

En Israël, comme partout ailleurs, les classifications à la française droite- gauche n’ont guère de sens. Mais s’il fallait faire un parallèle avec la France, tout connaisseur de la scène politique israélienne rapprocherait plutôt le Likoud des Républicains de Sarkozy, et non de l’extrême droite.

Dommage également que ce Nissim, qui prétend être de Tel Aviv, ne sache pas qu’en Israël tout le monde est un ancien militaire…

Mais qu’importe quand il s’agit de salir Israël à Libé on n’y va pas avec le « dos de la cuillère ».

Or donc ce méchant gouvernement israélien ne souhaite plus financer les artistes opposants. Preuve déjà qu’il les finançait précédemment.

Learn Hebrew online

Mais, finance-t-on les artistes opposants en France ? Dans le reste de l’Europe ?

Dès qu’un nouveau gouvernement est mis en place en France la chasse aux sorcières des fonctionnaires et directeurs proches de l’opposition se met en place dès les premières semaines de l’élection d’un nouveau président… Nissim doit l’ignorer.

Il en est de même partout en Europe. Quand l’opposition devient majorité et qu’elle prend le pouvoir elle fait « le ménage » de personnels jugés fidèles à l’ancienne majorité.

Loading...

Il en est de même pour les subventions artistiques en France, comme en Europe.

Imaginez Sarkozy ou Hollande  finançant des artistes ayant soutenu leur opposant ? Grotesque ! En général cela leur vaut un bon contrôle fiscal…

Alors que dire du sort des « artistes opposants » en Russie, en Chine, ou dans les pays Arabes ?

Mais Libé par la plume d’un pseudo Nissim se livre au sport favori des médias français: l’Israël bashing. Qu’un palestinien se casse un ongle quelque part et Libé, comme Le Monde, titreront sur 5 colonnes à la Une…

Alors pensez donc, Israël a eu l’audace de financer des artistes opposants pendant des décennies et ose aujourd’hui ne plus avoir envie de financer des artistes qui oeuvrent à salir le pays.

C’est effectivement trop pour tout ceux qui n’attendent qu’un prétexte pour cracher leur venin anti-israélien à la moindre occasion….

S’il fallait délivrer un « Prix de la mauvaise foi journalistique » cet article de Libération du prétendu journaliste inconnu Nissim serait en bonne place pour être nominé.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Christian De Lablatinière pour Europe Israël News





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Prix de la mauvaise foi journalistique attribué à Libé : En Israël, comme ailleurs, le gouvernement ne finance plus les artistes qui crachent sur le pays

    1. patricia

      C est plutot Israel qui ne plait pas a certains artistes, artistes a 2 balles. Je n ai pas envie de lire ni leurs livres de gauchistes ni voir leurs films sans interet souvent d une lenteur extreme.

    2. Yes

      Corrigez moi si je me trompe mais je ne connais aucun correspondant français en Israël qui soit pour Israël….
      Ça me dégoute!
      Je les expulserais du pays ces merdes qui profitent de la tolérance des israéliens….

    3. Aude

      Patricia, leurs films ne sont pas que d’une lenteur extreme. Ils sont plus que mediocres, ennuyeux, et sont souvent anti-israeliens. Je ne me souviens plus des titres mais par 2 fois, j’ai appele l’ambassade de France pour exprimer ma colere. On m’a repondu : On ne peut interdire, Israel est une democratie. Bien, On n’interdit rien, et voila ou nous en sommes !!!…

    4. Jacques

      « En Israël, comme partout ailleurs, les classifications à la française droite- gauche n’ont guère de sens. Mais s’il fallait faire un parallèle avec la France, tout connaisseur de la scène politique israélienne rapprocherait plutôt le Likoud des Républicains de Sarkozy, et non de l’extrême droite. »

      De toute façon c’est simple : Libé étant un ramassis de gens d’extrême-gauche, tout ce qui est moins à gauche qu’eux est forcément à droite : ainsi, les socialistes qui sont un peu trop complaisants avec l’économie de marché seront taxés de « libéralisme », terme honni ; et les partis de droite seront qualifiés d’extrême-droite. Quant au FN, il sera diabolisé, qualifié de fasciste, de néo-nazi, tout ce qu’il dit, même si c’est une chose banale, sera qualifié d’horrible, etc.
      C’est un effet d’optique basique, somme toute… et qui sert aussi à situer les gens de « Libé »…

    5. Alain Y. Cerf

      Libération appartient à Patrick Drahi. Il serait temps que ce dernier nettoie les écuries d’Augias.

    6. madeleine

      J’AI LU, PAR HASARD, LE TORCHON QU’EST LIBERATION. JE SUIS SIDEREE PAR LE TON HYPOCRITE, SOI-DISANT BIEN-PENSANT, FAUX ET PLEIN D’ANGELISME IDIOT. DE PLUS, SES JOURNALEUX SONT EN ADORATION DEVANT LES MUZZ ET REPANDENT UN ANTISEMITISME QU’ILS CROIENT SUBTIL MAIS QUI SE VOIT COMME LE NEZ AU MILIEU D’UN VISAGE. « LES CONS OSENT TOUT, C’EST A CELA QU’ON LES RECONNAIT ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *