toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Manuel Valls: La question de l’islam serait « un enjeu électoral » en 2017


Manuel Valls: La question de l’islam serait « un enjeu électoral » en 2017

Manuel Valls a admis lundi, en le regrettant, que la question de l’islam serait « un enjeu électoral » en 2017, affichant pour sa part sa conviction d’une religion musulmane « pleinement compatible avec la République ».

Le Premier ministre clôturait lundi un « forum » organisé à l’Assemblée nationale sur le thème « République et islam : ensemble relevons le défi », quelques jours après la première réunion de la nouvelle instance de dialogue du gouvernement avec les musulmans de France et un débat interne organisé par Les Républicains de Nicolas Sarkozy.

Un islam des Lumières

Le Premier ministre a dit « assumer » le fait de mener ce « débat », mais « avec la volonté de le faire avec le respect de l’autre », sous-entendant que c’était l’inverse chez ses adversaires de droite et du Front national. Manuel Valls a appelé lundi à ne pas faire de l’islam « un enjeu électoral ». « Mais je ne suis pas naïf », a-t-il poursuivi, « je sais que ça sera un enjeu électoral, à tous points de vue et pour beaucoup de monde ».

La tenue de ce débat avait été critiquée par un des principaux responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, qui accusait les responsables politiques de trop « mettre en avant l’islam ». « On ne fait pas de fixation sur l’islam », a répliqué Jean Glavany, un membre de l’Observatoire de la Laïcité.

« Mais nous avons bien conscience ici qu’il y a un problème. Comme le disait Camus, + ne pas nommer les choses c’est ajouter à la misère du monde + », a plaidé cet élu socialiste des Hautes-Pyrénées.

Le débat s’est achevé sur un double appel : l’un « aux responsables politiques qui se réclament de la République » afin « qu’ils relèvent le défi sans démagogie politicienne ni surenchère populiste mais sereinement et fermement en se référant aux valeurs de la République » ; et l’autre aux Français musulmans « afin qu’ils aident à la construction d’une relation apaisée avec la République par la promotion de l’islam de France comme un islam des Lumières, moderne et tolérant ».

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Manuel Valls: La question de l’islam serait « un enjeu électoral » en 2017

    1. Marianne

      Hors sujet, mais la BCE avait bien « cédé » 175 milliards à des banques françaises à un taux inférieur à 1%, tandis que ces dernières ont à leurs tours prêté cet argent au gouvernement grec à des taux variant de 5 à 8%.

      Donc, il est urgent de changer de sujet et revenir un peu sur l’autre plaie française, l’islam.

      La Grèce est déjà envahie par l’islam, mais si l’UE coupe la branche, la France perdra encore 175 milliards et l’Allemagne n’aura pas à mettre à nouveau la main à la poche.

      Alors, peut être que l’UE se sera effondrée en 2017, et la France sera en guerre civile.

    2. Alauda

       » La promotion de l’islam de France comme un islam des Lumières, moderne et tolérant »……….. Depuis trois, on est servi ! Jamais vu un tel prosélytisme d’État en faveur des autres confessions.

    3. sarah

      L’islam ne serait pas un enjeu dans ce pays si on n’avait pas laisser rentrer en masse des musulmans en France depuis cinquante ans, musulmans dont une bonne partie ne s’est pas intégrée et est même venue gonfler les rangs de la délinquance, de la criminalité et du terrorisme..
      Et on continue avec les migrants ou plutôt les clandestins de Lampedusa dont les trois quart au moins sont musulmans.

    4. Marianne

      L’UE ne veut pas se débarrasser de la Grèce à cause de sa dette, qui n’en a pas, mais parce que la Grèce est totalement envahie par les musulmans, ils coupent la branche pourrie.

      La France sera le deuxième pays à quitter l’UE !

    5. Jacques

      Désolé, mais islam, ou plus précisément Coran, et lumière, c’est antinomique.

      Glavany a pour une fois bien parlé : « mal nommer les choses, c’est ajouter à la misère du monde ». Il faut simplement aller au bout de la logique, ne pas avoir peur et dire ce qu’est l’islam, partout et toujours depuis que cette religion a été inventée, donc ce qu’il en sera en France si nous lui permettons encore de se développer.
      N’en déplaise à tous les bonimenteurs politiques, médiatiques ou autres – sans même parler des adeptes mahométans de la Taqiya.

    6. David

      Je ne connais aucun pays Musulmans qui soit tolérant en plus le mot tolérant veut dire qu’on aime pas l’autre mais on le tolère tout simplement .Les musulmans dans le monde ne s’intègrent pas dans les pays où ils émigrent et jamais ils ne s’intégreront (déclaration de feu le Roi du Maroc) mais ils essaient de façonner ces pays à leurs convenances
      Mr Valls si je comprend on est prêt à fermer les yeux sur les agissements de cette communauté musulmane qui ne s’intégrera jamais pour s’accrocher au pouvoir peut importe le mal que vous faites à votre France

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap