toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Union Européenne proroge ses sanctions contre la Russie jusqu’en 2016.


L’Union Européenne proroge ses sanctions contre la Russie jusqu’en 2016.

L’Union  Européenne décide de prolonger les sanctions jusqu’en 2016.

L’UE a voté pour une prolongation de six mois, des sanctions économiques contre la Russie, a dit aux médias internationaux, lundi, Susanne Kiefer, la responsable en communication aux affaires étrangères de l’UE.

Les sanctions seront maintenues jusqu’au 31 janvier 2016, «avec pour objectif, la mise en place de l’accord de Minsk » a-t-elle écrit sur Twitter.

La Suisse ne fait formellement pas partie de l’Europe  mais on peut s’attendre à ce qu’elle suive en cela l’Europe, selon le site web russe RT.

Les ministres des Affaires étrangères  en réunion au Luxembourg ont décidé de sanctions qui étaient originellement  imposées en réponse à l’annexion par la Russie de la  péninsule de Crimée, et de son aide militaire aux séparatistes de l’Est de l’Ukraine.

Les sanctions comprennent des restrictions sur les prêts aux grandes banques nationales russes, ainsi qu’à la défense et aux Cies pétrolières.

En outre l’UE impose des restrictions sur les fournitures d’armes et  d’équipement militaire à la Russie, ainsi que sur des technologies militaires, des technologies à usage mixte, des équipements high-tech et des technologies pour la production de pétrole.

Par contre, aucune sanction n’est imposée contre l’industrie gazière de Russie.

En réponse, le porte-parole du président, Dmitry Peskov a dit aux journalistes «Ce n’est pas la Russie qui a initié les mesures restrictives, Le Kremlin pourrait répondre de manière analogue».

“La politique des sanctions fait du tort non seulement aux activités commerciales en Russie mais aux contribuables européens également” a dit Peskov.

Les résidents d’ethnie russe d’Ukraine et ceux qui parlent ukrainien se sont souvent affrontés à propos de l’avenir de leur pays. Certains veulent des liens plus étroits avec l’Union Européenne ; d’autres espèrent que le pays reviendra en quelques à son précédent statut  proche de ce qu’il fut dans le passé, un satellite soviétique.

Il y eut une flambée de guerre civile quand le Président pro-Russie, Viktor Yanukovych, a décidé de ne pas signer l’accord pour des relations plus étroites avec l’UE, ce qui a conduit à des protestations nationales de grande envergure.  Il a été démis de ses fonctions en février 2014 et eut pour successeur, le Président Petro Poroshenko, qui fut élu le 25 mai 2014.

Durant l’intérim, une guerre civile sauvage s’empara du pays, qui se prolongea par une guerre entre l’Est et l’Ouest, pas seulement en Ukraine mais aussi dans d’autres anciennes républiques soviétiques.

L’Accord de Minsk – “Minsk II” — a été élaboré à Minsk par les dirigeants de l’Ukraine, de Russie, France et Allemagne, le 11 février après l’effondrement du protocole de cessez-le feu de Minsk le 5 septembre 2014.

Le nouvel accord appelait à  “un cessez-le feu immédiat et complet en particulier dans les districts de Donetsk et Lugansk en Ukraine” et effectif au 15 février 2015. D’autres éléments de l’accord comporte un retrait des armes lourdes des deux côtés pour créer une zone de sécurité tampon de 52 km (31 miles) pour l’artillerie de précision de 100mm, une zone tampon de 70 km (43 miles) pour les multiples lanceurs de roquettes (MRLS) et une zone de 140km (87 miles) pour divers systèmes missiles tactiles.

Au lendemain du retrait, un dialogue devait reprendre sur les modalités conduisant  à des élections locales en accord avec la législation ukrainienne et la Loi de l’Ukraine sur “l’ordre temporaire de gouvernance locale en particulier dans les districts de Donetsk et Lugansk” – et aussi sur l’avenir de ces districts.

Il y avait également d’autres éléments. Cependant, l’accord est loin d’être mis en pratique en totalité : le leader séparatiste Dmytro Yarosh a annoncé qu’il se réservait le droit de continuer le combat, qualifiant Minsk II  d’“inconstitutionnel.” Son corps ukrainien de Volontaires est prêt à lutter “jusqu’à complète libération des terres ukrainiennes  aux mains des occupants russes,” a-t-il dit.[Ndlr : il fait partie de la droite radicale et nationaliste, leader du mouvement Secteur droit (Pravy Sektor). Il a été élu député le 26 octobre 2014. Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt international auprès d’Interpol depuis le 25 juillet 2014 lancé par la Russie]

Tandis qu’Alexander Zakharchenko leader des séparatistes pro-russes a dit que le cessez-le feu ne s’appliquait pas au Debaltseve, où les forces armées russes se sont selon les américains activement déployées pour aider les séparatistes à évincer les troupes ukrainiennes. Zakharchenko a promis de poursuivre le combat au Debaltseve. [Ndlr : Il est actuellement chef d’Etat et Premier Ministre de la République rebelle de Donetsk qui a déclaré son indépendance de l’Ukraine le 11 mai 2014.]

Voilà pour le cessez-le feu du 12 février qui devait aboutir à l’accord de Minsk, et qui aura servi de Saint Graal pour au moins quatre groupes de travail de l’Union européenne mis en place le 6 mai pour traiter des questions politiques, de sécurité, économiques et humanitaires.

Image à la Une: le Ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov (archive photo) – Photo Credit: Kobi Gideon / Flash 90

Source: The Jewish Press – Par Hana Levi Julian
Traduction Europe Israël
© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif-







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’Union Européenne proroge ses sanctions contre la Russie jusqu’en 2016.

    1. sarah

      Je ne suis pas communiste, ni pro-russe pour deux sous. Mais je suis contre les sanctions contre la Russie : boycott et sanctions sont des actes de guerre.
      La Russie fera payer à l’Europe un jour ou l’autre. Nous savons quel genre d’homme est est Poutine : l’humilier et humilier son pays de cette manière ne présage rien de bon pour l’avenir.
      Il s’alliera avec l’Iran ou d’autres pays musulmans et est-européens (Biélorussie, Hongrie, Serbie et même Grèce) et fondra sur l’Europe et peut-être même sur Israël. (Ezechiel 39 et Daniel 2 : 32 à 44 bien que je ne sois pas croyante mais c’est trop troublant. Cliquez sur Images pour voir les cartes)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap