L’avocat Gilles-William Goldnadel, membre du parti LR (ex-UMP), assurera la défense de Florian Philippot dans le procès opposant celui-ci au Qatar.«C’est une affaire qui me plaît bien, qui me ressemble», explique-t-il àLibération, confirmant une information d’abord publiée dans le Point.

Gilles-Willam Goldnadel croisera ainsi le fer avec les défenseurs de l’Emirat : Jean-Pierre Mignard, un ami personnel de François Hollande, et Francis Szpiner, proche, lui, de l’ex-UMP.

Rendue publique le 1er juin, la plainte du Qatar pour diffamation porte sur divers propos tenus par Florian Philippot dans les médias. Le vice-président frontiste y accuse le pays de financer l’islamisme armé, mais aussi d’avoir «corrompu» une partie des élites françaises. Florian Philippot sera au tribunal de Nanterre le 26 juin en vue d’une probable mise en examen.

Loading...

Le choix de Gilles-William Goldnadel ne semble pas tenir qu’aux qualités professionnelles de l’avocat, tant celui-ci cumule les casquettes. Il s’agit de«transcender les clivages politiques», explique une source anonyme auPoint. Ce n’est sans doute pas tout : outre son appartenance à LR, MGoldnadel est également président de l’association France-Israël, membre du comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France et chroniqueur dans le  magazine Valeurs actuelles.

Jean-Patrick Grumberg commente le choix de Me Goldnadel:

Gilles-William Goldnadel a accepté d’assurer la défense de Florian Philippot, attaqué en diffamation par le Qatar pour avoir déclaré que ce pays finance le terrorisme.

Ce choix de mon éminent juriste ami est bien entendu critiqué. Comment un défenseur d’Israël peut-il assurer la défense du numéro 2 du Front national, se demandent en substance un certain nombre de commentateurs.

Je ne vais pas défendre Gilles-William Goldnadel, il n’a pas besoin de moi : il est avocat ! Il n’a d’ailleurs pas à être défendu de ses choix professionnels.

Je veux cependant dire deux ou trois choses à ceux qui l’attaquent, drapés d’une légitimité qui relève plus de l’allergie que de la crampe d’estomac.

Learn Hebrew online
  • En direction de ma confrère Ségolène de Larquier, du Point d’abord : mettez-vous à jour, Goldnadel n’est plus membre du comité directeur du CRIF.
  • Aux autres : Gilles-William Goldnadel ne partage pas les idées du Front national. Politiquement proche de Nicolas Sarkozy, pondérément libéral et pro-israélien, il les combat, en s’étonnant que les idées des partis d’extrême gauche, le Front de gauche, les communistes, les Verts, bénéficient de l’aveugle mansuétude des opposants du FN. Sans doute que les 100 millions de morts du communisme ne sont pas si grave.
  • Histoire vraie : de passage à Netanya en Israël pour une conférence, Goldnadel croise un francophone dans la rue qui l’interpelle et lui dit : « comment avez-vous pu accepter de défendre Buisson ? » Goldnadel lui répond tout sourire, en s’approchant du type et faisant mine de lui parler à l’oreille pour que personne n’entende : « je suis avocat ! »
  • A un ami financier qui affirmait choqué ne pas comprendre comment Goldnadel a pu accepter de défendre Philippot, je rappelais que lui-même a jadis monté un dossier de financement pour le site Médiapart, donc pour cette *#@!# de Plenel. Pourquoi ? Parce que c’était son métier. Certains auraient des droits que d’autres n’ont pas ?
  • Les gauchistes ont l’habitude de voir le verre à moitié vide, jamais le verre à moitié plein. Dans la même semaine, Goldnadel décidait d’attaquer en justice Jean Claude Lefort pour sa glissade antisémite (Goldnadel mérite les applaudissements : aucune des figures juives morales et donneuses de leçons n’ont déposé plainte contre Lefort), et il a accepté l’excellent dossier Philippot.
  • Défendre Philippot n’est pas défendre le Front national, mais profiter de l’occasion pour donner une claque au Qatar. Quel démocrate serait assez stupide pour refuser ça ?
  • Défendre Philippot contre le Qatar n’est pas défendre le Front National ni des idées qui puent. Ce n’est pas défendre des propos qui choquent la conscience d’un juif – ce que par amalgame beaucoup reprocheront à Goldnadel.
  • Défendre Philippot dans ce dossier, c’est défendre la liberté d’expression, menacée par le Qatar. Défendre la liberté d’expression serait donc une faute ?La liberté d’expression doit-elle être refusée au Front national ?
  • Ce serait donc cela, le « front républicain contre le FN  » ? La gauche pense que oui, mais plusieurs personnalités de gauche soutiennent le Qatar…
  • Sans aller jusqu’à Voltaire à qui l’on prête (à tort) d’avoir dit « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire », Goldnadel ne pourrait offrir son talent pour que Philipport dise ce qu’il à a dire ? Les mêmes qui citent doctement Voltaire dénonceraient Goldnadel en bonne conscience ?Lamentable.

Ce que Philippot a dit du Qatar est d’ailleurs, et incidemment, exactement ce que Dreuz dit du Qatar depuis de nombreuses années : nous savons et affirmons qu’il finance le Hamas. Philippot est poursuivi pour avoir dit ce que nous-même disons. Cela ne fait pas de nous des extrémistes de droite. Et cela ne fait pas de Philippot un défenseur du christianisme, d’Israël, du libéralisme.

A tout choisir, je suis ravi qu’un juif engagé auprès d’Israël défende ces propos là.

Défendre Philippot dans ce dossier revient à une chose à laquelle j’ai toujours cru : s’il fait beau et que Besançenot dit qu’il fait beau, je ne hurle pas à l’antisioniste.

Loading...

Je conclus en rappelant que le Qatar est infiniment plus dangereux pour les Juifs du monde que le Front national. On peut débattre de qui des deux est le plus dangereux pour la France.

S’il faut poser des questions de conscience, c’est à l’avocat juif du Qatar dans ce dossier, me semble-t-il, qu’il faut les poser, et étrangement, celà n’est pas apparu opportun à certains qui critiquent Goldnadel.

Quand à l’avocat socialiste Mignard qui défend le Qatar : il est de tradition que les socialistes soutiennent le Qatar, qu’ils présentaient ces jours-ci comme de grands défendeurs de la cause des femmes.

Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info