toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Marine israélienne mérite d’être remerciée pour avoir stoppé la flottille vers Gaza en conformité avec le droit international


La Marine israélienne mérite d’être remerciée pour avoir stoppé la flottille vers Gaza en conformité avec le droit international

C’est avec un grand professionnalisme et un sens de la responsabilité que la Marine israélienne a procédé à l’interception réussie du navire suédois « Marianne de Göteborg », à bord duquel avait embarqué, entre autres, l’ancien président tunisien Moncef Marzouki, qui a pris part à la « Flottille de la liberté III », un convoi pro- Hamas pseudo-humanitaire de quatre navires voulant briser le blocus maritime légitime de la bande de Gaza.

En accord avec la loi internationale, la marine israélienne a demandé au navire de changer de  cap. Après son refus, la marine a intercepté le navire dans les eaux internationales pour l’empêcher de briser le blocus légal de la bande de Gaza”.

Le blocus est légal dans les eaux internationales

Une décision opérationnelle a été faite de prendre le contrôle du « Marianne de Göteborg »  pour faire respecter le blocus à une certaine distance de la zone du blocus.
Un blocus peut être imposé par la mer, y compris dans les eaux internationales, tant qu’il ne fait pas obstacle à l’accès aux ports et aux côtes des États neutres.
Israël n’a nullement violé la liberté de navigation dans les eaux internationales en arraisonnant la « flottille pseudo-humanitaire », même à distance des « eaux territoriales » (on peut même se demander si cette notion est d’ailleurs applicable à la bande de Gaza, compte tenu de son statut indéterminé en droit international).
En vertu du droit maritime international, si un blocus maritime est en vigueur, aucun bateau ne peut entrer dans la zone bloquée. Cela comprend à la fois les navires civils et ennemis. Un État peut prendre des mesures pour appliquer un blocus. Tout navire qui viole ou tente de violer un blocus maritime peut être capturé ou même attaqué en vertu du droit international.

Le droit international énonce qu’un navire est considéré comme essayant de porter atteinte à un blocus à partir du moment où un navire lève l’ancre avec l’intention de violer le blocus. Ici, il faut noter que les manifestants ont indiqué leur intention claire de violer le blocus par le biais de déclarations écrites et orales. Par ailleurs, le parcours de ces navires a indiqué leur intention claire de le faire, en violation du droit international.

Israël avait donc le droit de choisir le moment le plus opportun pour procéder à l’arraisonnement du bateau à défaut de voir le commandant du navire obtempérer à l’interdiction formulée de poursuivre sa navigation et cela avant même qu’il ne pénètre dans les « eaux territoriales » de la bande de Gaza. L’expérience montre que ce type d’opération est plus difficile à réaliser près des côtes, du fait de l’intense navigation côtière.
Compte tenu de l’intention explicite du « Marianne de Göteborg » de violer le blocus naval, Israël a exercé son droit en vertu du droit international pour faire appliquer le blocus.

En conformité avec le droit international, Tsahal lance un avertissement avant la prise du contrôle du bateau

Il convient de noter que avant de prendre possession du « Marianne de Göteborg » , des avertissements explicites ont été directement transmis au capitaine du navire exprimant l’intention d’Israël d’exercer son droit d’appliquer le blocus. La Marine israélienne a pris le contrôle de ce navire participant à la flottille par des moyens pacifiques et de façon ordonnée dans ce but. Ces avertissements et sommations sont d’usage dans le droit de la guerre.
L’Accord de San Remo sur le droit international applicable aux conflits armés en mer dit, au paragraphe 67:

«  Les navires marchands battant pavillon des États neutres ne peuvent être attaqués que s’ils transportent de la contrebande ; violent un blocus. Ils ne peuvent être attaqués qu’après avertissement préalable (…) »

Le navire a décidé d’ignorer ces avertissements. Un commando d’élite de la marine israélienne l’a donc arraisonné pacifiquement comme le permet le droit international en cas de non résistance.

Cette unité d’élite des forces spéciales s’appelle Shayetet, c’est l’équivalent des Special Boat Services britanniques ou les Navy Seals américains. Elle est une des unités la plus décorées de l’armée israélienne. Tous les membres de cette unité sont formés à la guérilla, les raids maritimes, terrestres ou aériens, et ont tous reçus un encadrement sur le droit international maritime.

La Marine Israélienne est résolue à maintenir le blocus maritime sur la bande de Gaza indépendamment des diverses provocations lancées par des pseudos-humanitaires qui ont pour but de délégitimer Israël et son droit à protéger ses citoyens des tirs de roquettes du Hamas.

m2
La « flottille » a tenté de forcer un blocus régulier au regard du droit international.

En septembre 2011, la commission d’enquête Palmer de l’ONU qui enquêtait sur les incidents qui ont entouré l’accostage de la première Flottille pour Gaza, a conclu que le blocus naval de Gaza est légal sur la base du droit à la légitime défense en période de guerre.

Eric Posner, professeur de Droit international à l’University of Chicago Law School, note que les blocus sont légaux en temps de conflit armé (tels que le blocus de l’Iraq par les forces de la Coalition pendant la Première Guerre du Golfe), et que  des conditions de guerre existent sans aucun doute entre Israël et le Hamas.

Ruth Wedgwood, un professeur de Droit international et de Diplomatie à la School of Advanced International Studies de l’université Johns Hopkins, estime aussi que selon le Droit des conflits armés, Israël a le droit d’empêcher même des navires neutres d’expédier des armes au Hamas.

Allen Weiner, présentement professeur à la Stanford Law School, dit que « le blocus israélien lui-même contre Gaza n’est pas illégal ».

Ici il faut réaffirmer un soutien inconditionnel à l’armée d’Israël dans sa lutte contre le Hamas qui est placé sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des États-Unis d’Amérique, de l’Union Européenne, du Japon, de l’Égypte et d’Israël. A Gaza, le Hamas a tué plus de personnes que l’armée israélienne n’y a éliminé de terroristes durant toutes ses opérations militaires d’auto-défense.

Le Sud d’Israël a subi depuis années des attaques du Hamas. En lançant des roquettes, l’organisation terroriste palestinienne sème la terreur sur les populations juives. La vie sous les missiles est intolérable. Enfants traumatisés, parents sous calmants. Des dizaines de roquettes se sont abattues quotidiennement sur les villes de Sdéroth, d’Ofakim, d’Ashdod où d’Ashkelon.

Selon la quatrième Convention de Genève sur le droit de la guerre, un pays a le droit d’établir un blocus contre un autre pays ou un territoire depuis lequel des attaques sont lancées contre son territoire. Or, depuis l’an 2005, les terroristes de la bande de Gaza tirent régulièrement des obus de mortier, des roquettes et des missiles sur Israël (plus de 30.000 en dix ans, qui ont tué 33 civils, en ont mutilé 165, et en ont blessé 2000). Le blocus de la bande de Gaza est donc légal, tout comme l’est l’arraisonnement de tout navire tentant de le violer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh ( avocat tunisien) pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.

Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “La Marine israélienne mérite d’être remerciée pour avoir stoppé la flottille vers Gaza en conformité avec le droit international

    1. michel boissonneault

      j’approuve le travail bien fait , le tsahal a respecter ses gens mais les islamogauchistes vont profiter de cette gentillesse pour encore dénigrer Israel donc il aurait été obligatoire d’agir avec conviction comme l’été dernier lorsque le tsahal a envahi gaza pour détruire les tunnels….. je m’explique ses gens supposé humanitaire alors j’aurait pris la décision de les escorter jusqu’en syrie car eux avec leur guerre civil ont vraiment de besoin d’aide…
      du même coup ont pourrait voir leur courage et leur conviction pacifiste

    2. DAN

      Il aurait été bienvenu de dérouter les  » PS eudo agneaux  » financés avec les impôts des Français vers la Daesh en Syrie.
      Pour sur, ils auraient été accueilli avec de beaux sourires aiguisés !
      Et on aurait été débarrassé de ces bourricots qui ânonnent ce que les médias poussent aux crimes disent et qu’ils ont entendu de la situation a Gaza sans savoir que mis a part une petite bande aux frontières d’Israël et de l’Egypte, Gaza Capitale des Philistins ( Palestiniens ), est très résidentielle.

    3. Elia

      S’ils ont respecté le droit international, alors il y a rien à redire ! Seulement à les boycotter !

    4. Ixiane

      Ils s’en sont fait du travail , ces humanitaires , pour livrer 2 colis !!!! i panneau solaire et un brumisateur !!!
      Quelle bande de rigolos, ces suédois !!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap