toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jean-Charles Brisard : «la décapitation, une marque de fabrique de l’État islamique. Nous sommes passés d’un terrorisme importé à un terrorisme implanté»


Jean-Charles Brisard : «la décapitation, une marque de fabrique de l’État islamique. Nous sommes passés d’un terrorisme importé à un terrorisme implanté»

La propagande de Daech sur Internet suscite toujours des vocations, explique le président du Centre d’analyse du terrorisme, Jean-Charles Brisard.

L’attentat commis dans une usine à Saint-Quentin-Fallavier, quelques mois après ceux de «Charlie Hebdo» et de l’Hyper Cacher, vous surprend-il ?

Jean-Charles BRISARD : Malheureusement, ce n’est pas surprenant. Une réplique était attendue. D’abord parce que la France est plus que jamais engagée dans la lutte contre l’État islamique. Ensuite, parce que nous ne sommes pas parvenus à endiguer les flux de Français djihadistes vers le théâtre syro-irakien.

Enfin, parce que la propagande de Daech continue à se développer sur Internet. Elle suscite des vocations et incite les sympathisants à commettre des attentats.

Un homme a été décapité. Que pensez-vous de ce mode opératoire? Quelle est sa signification ?

La décapitation de l’une des victimes, marque de fabrique de l’État islamique, est pour les terroristes un moyen de signer leur acte. On note également que les moyens utilisés sont rudimentaires. S’il est trop tôt pour parvenir à des conclusions définitives, cet acte terroriste semble conçu localement et commis par un ou des individus isolés plutôt que par un groupe véritablement organisé. Il s’agit sans doute pour eux de répondre à l’appel à tuer des Français lancé par l’État islamique en septembre 2014.

La singularité de cet attentat vient de la cible choisie. Jusqu’ici, les islamistes avaient choisi des cibles symboliques: la rédaction de Charlie Hebdo, une épicerie kacher ou encore une église. Cette fois, ils se sont attaqués à un site d’importance vitale contenant des produits dangereux. Le projet était de faire le maximum de dégâts et de victimes.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Jean-Charles Brisard : «la décapitation, une marque de fabrique de l’État islamique. Nous sommes passés d’un terrorisme importé à un terrorisme implanté»

    1. Pinhas

      Pas de pitié pour ces ordures .

      Un petit tour en avion et hop dehors à 5000 mètres sans parachute bien sur !

      Il a glissé chef !

      Non mais sans blague , il faut déjà mettre une chose au point , la fameuse double nationalité .

      Soit tu es Français , soit tu es algérien ou autres mais pas les deux .
      Trop facile de jouer sur les deux tableaux .

      Tu choisi de rester ( marocain ) ok plus aucune prestation sociale etc ….

      Pour beaucoup d’entre nous nos Familles venues en France de Pologne ou d’autres pays ont choisi la Nationalité Française .

      Il faut surveiller de très près tous ces faux Français qui sortent leur drapeaux à la moindre occasion .

      Ces ennemis de la France n’ont rien à faire ici .

      Je suis pour la déchéance de la Nationalité Française et dans le cas présent il est impératif d’agir .

    2. Michel P.

      La « décapitation » est une méthode de terrorisme d’origine Tchétchène à ce que l’on dit.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap