toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Yom Yeroushalayim 2015 : Jérusalem en chiffres


Yom Yeroushalayim 2015 : Jérusalem en chiffres

Israël s’apprête célébrer ce dimanche le Yom Yeroushalayim, qui marque la réunification de Jérusalem après la reconquête, lors de la Guerre des Six jours, des quartiers occupés par l’armée jordanienne depuis la Guerre d’Indépendance. Pour l’occasion, le Bureau central des statistiques a publié un ensemble de données sur la capitale de l’Etat hébreu.

Yom Yeroushalayim

Yom Yeroushalayim

Population

Le « nombril du monde » est la ville la plus peuplée d’Israël, avec 829 9000 habitants (fin 2013), dont 522 300 juifs et autres (63 %), ainsi que 307 600 arabes (37 %). La population de la capitale a augmenté de 14 600 résidents (19 100 naissances, 3 100 emménagements et 7 400 départs) en un an. La plupart des Hiérosolomytains qui quittent la ville choisissent de s’installer à Beit Shemesh, Tel Aviv et Beitar Illit (localité juive orthodoxe au sud de Jérusalem en Judée). Les nouveaux résidents sont en général issus de Bnei Brak, Tel Aviv-Yaffo ou Beth Shemesh.

Le taux de fécondité général des Hiérosolomytaines s’élève à 3,87 enfants par femme en âge de procréer et dépasse ainsi le taux national (3,03). La composition moyenne d’un ménage à Jérusalem est de 3,9 individus, un chiffre là-aussi plus élevé que la moyenne nationale (3,3 âmes par foyer). A titre de comparaison, à Tel Aviv, le ménage moyen compte 2,3 âmes.

Economie

Seuls 51 % des résidents de Jérusalem en âge de travailler occupent un emploi, contre une moyenne nationale de 64 % dans l’ensemble du pays. 58 % des habitants de la capitale sont propriétaires de leur habitation (ou vivent dans un logement appartenant à un proche), un chiffre là-aussi inférieur à la moyenne dans le reste du pays (68 %).

Fait surprenant, 11 % des ménages hiérosolomytains ne disposent pas d’un compte en banque (ce qui représente quelque 24 500 foyers, soit environ 120 600 personnes), contre seulement 3 % au niveau national.

En 2013, Jérusalem comptait quelque 36 400 entreprises actives, ce qui représente 7 % des compagnies du pays.

Le nombre de Hiérosolomytains ou de sociétés siégeant à Jérusalem possédant un véhicule a augmenté de 40 % en dix ans.

Qualité de vie

88 % des adultes hiérosolomytains sont satisfaits de leur vie, un chiffre légèrement plus élevé que la moyenne nationale (85 %). Quelque 30 % des résidents de la capitale (45 % des habitants juifs) se disent satisfaits du nombre d’espaces verts et de parcs dans leur quartier, alors que plus de la moitié (55 %) des Israéliens en général sont heureux de leur environnement résidentiel.

Le nombre de personnes qui se considèrent comme pauvres est le plus élevé des grandes villes israéliennes : 28 % des Hiérosolomytains se sentaient pauvres en 2014 comprenant 18 % de la population juive et 45 % de la communauté arabe.

Religion

Plus du tiers des résidents juifs de Jérusalem (35 %) se définissent comme orthodoxes, 18 % se disent religieux, 12 % se considèrent comme traditionnalistes plutôt religieux, 14 % affirment être traditionnalistes peu pratiquants et 20 % se qualifient laïques.

Yaël Ancri Israpresse





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Yom Yeroushalayim 2015 : Jérusalem en chiffres

    1. Rony d'Alger

      La sémantique est très importante. Il ne faut pas dire l’armée jordanienne puisqu’elle ne se nommait pas ainsi au moment de la guerre d’indépendance, mais L’ARMÉE TRANSJORDANIENNE. Cette appellation a le mérite de souligner que cette partie de la palestine que les britanniques avaient décidé de dédier aux seuls arabes, c’est à dire 78%, n’avait aucune légitimité historique puisque ledit nom consacrait seulement le positionnement géographique; AU DELÀ DU JOURDAIN=TRANSJOURDAIN. SOULIGNONS ÉGALEMENT QUE LES ARABES TRANSJORDANIENS, EN FAIT LA LÉGION ARABE COMMANDÉE ESSENTIELLEMENT PAR DES OFFICIERS BRITANNIQUES, EUX MEMES SOUS LES ORDRES DE GLUBB PACHA, DE SON VRAI NOM, SIR JOHN BAGOT GLUBB, EGALEMENT SUJET BRITANNIQUE, LORS DE L’OCCUPATION DE LA PARTIE EST DE JÉRUSALEM CHASSA TOUS LES SURVIVANTS JUIFS. MAIS ISRAËL EN 1967, N’EXPULSA AUCUN ARABE DE CETTE PARTIE EST. MORALITÉ: ISRAËL=  » TROP BON, TROP CON « .

    2. robert davis

      Je suis d’accord avec Roni d’Alger, la sémantique est trés importante puisque c’est d’elle que dépend la politique d’aujourd’hui et de demain. Les arabes d’Israel,de Judée/Samarie sont des jordaniens puisque la Transjordanie leur avait donné la nationalité jordanienne. Quant à ceuxc de Jerusalem ce n’estpas parce que les travaillistes avec leur stupidité habituelle leur a donné la nationalité israélienne qu’il faut maintenair cette erreur jusqu’à ce que mort s’ensuive ou ad vitam eternam. Les erreurs sont faites pour être corrigées et Israel en a la possibilité et le droit puisque ces arabes ne se conduisent pas en citoyens. En outre les arabes n’ont jamais pratiqué la réciprocité.Il est grand temps de modifier au moins par étapes la politique du PROFIL ULTRA BAS du/des gouvernements d’Israel et expulser ces arabes vers ramallah dans un premier temps et vers la Jordanie ensuite..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap