toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Vente de Rafale au Qatar: «Pas de contrepartie» assure Hollande


[Vidéo] Vente de Rafale au Qatar: «Pas de contrepartie» assure Hollande

La France a signé un contrat pour la livraison de 24 Rafale au Qatar. Six seront livrés en version biplace et 18 en version monoplace. Le Qatar a pris une option pour 12 avions de combat supplémentaires…

Ce contrat, d’une valeur de 6,3 milliards d’euros, a été signé par le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier et, pour l’Etat du Qatar, par le général Ahmad al-Malki qui a supervisé les négociations sur cette acquisition.

Présent lors de cette signature, François Hollande s’est félicité de cette «bonne nouvelle pour l’industrie française, pour l’économie française et l’emploi». Le président français faisait à cette occasion une escale de quelques heures à Doha avant de se rendre au sommet du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe, en Arabie saoudite.

Pour beaucoup, une question demeure : y a-t-il eu des contreparties à la signature de ce contrat colossal pour un appareil brocardé et ayant subi jusque là nombre d’échecs à l’exportation notamment avec le Brésil. S’exprimant à Doha, le président français est formel : «Il n’ y a pas eu de contreparties», a-t-il clamé.

«Ce contrat ne fait pas l’objet d’autres négociations», a-t-il insisté, ajoutant aussitôt après que «notre diplomatie a été particulièrement active (…) la France est regardée comme un pays fiable». Et d’admettre qu’il «y a des discussions qui sont engagées dans d’autres domaines pour l’attribution de lignes aériennes».

Les avions de Qatar Airways, qui desservent déjà Paris, «pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine», affirme en effet le journal Le Monde, qui lie cette ouverture du ciel français à l’accord sur les Rafale.

Pour l’heure, le Rafale a engrangé trois contrats de vente. Le premier a été signé avec l’Egypte le 16 février, pour 24 appareils. Dans le second, annoncé en avril, l’Inde s’est engagée pour l’achat de 36 avions. En outre, Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense était dimanche aux Emirats arabes unis où il a également discuté de l’avion de combat français.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “[Vidéo] Vente de Rafale au Qatar: «Pas de contrepartie» assure Hollande

    1. Laurence

      Merci , dans 10 ans quand les avions seront livrés , nous viendrons vous demander des comptes Mr Hollande , quand ils viendront nous attaquer !

    2. sarah

      Hollande et Le Drian se mettent à quatre pattes devant les pétromonarchies du Golfe. Je ne dirai pas plus : je risque d’être très vulgaire.
      La contrepartie consiste à installer les compagnies qataries dans les aéroports des grandes villes de France en sachant que ces compagnies seront largement aidés avec l’argent du pétrole de ce pays, donc pourront casser les prix : c’est la mort des compagnies françaises. Le syndicat des pilotes d’Air France est très en colère ce soir et l’a fait savoir.

    3. PAUL

      Après les pilotes, les hôtesses et stewards d’Air France montent au créneau pour s’opposer à l’attribution de droits de trafic supplémentaires à Qatar Airways, à l’occasion de la vente de rafale au Qatar. Leurs trois syndicats représentatifs, le SNPNC-FO, l’UNAC et l’UNSA Aérien, ont dénoncé mardi dans un communiqué commun la « schizophrénie » du Gouvernement français et la « concurrence déloyale » des compagnies du Golfe, en se disant prêts à se mobiliser.

      Les trois syndicats, qui ont représenté les deux tiers des voix aux dernières élections professionnelles en avril 2015, rappellent que la France et l’Allemagne se sont associées « pour dénoncer auprès des autorités européennes la concurrence particulièrement déloyale des compagnies du Golfe », qu’ils accusent d’être « perfusées à coups de dizaines de milliards de subventions par leurs gouvernements ».

      Du coup, l’attribution de créneaux « qui viendront directement concurrencer Air France et d’autres compagnies françaises » relève selon eux de la « schizophrénie » .

      Celle-ci « ne peut être que préjudiciable au pavillon français et aux 100 000 emplois générés rien qu’en région Ile de France ainsi qu’au million d’emplois induit par le secteur du transport aérien au niveau national » , estiment-ils.

      Le SNPNC-FO, l’UNAC et l’UNSA Aérien expriment « leur vive inquiétude » : « nos emplois sont les premiers concernés, les autres suivront » , préviennent-ils.

      De la même manière que les pilotes du SNPL Air France, les trois syndicats de navigants commerciaux soulignent le poids économique de leur employeur : « les 6 milliards que représente la vente des Rafales ne doivent pas mettre en péril les 25 milliards d’euros de chiffre d’affaire que génère le groupe Air France-KLM » .

      Ainsi, ils se tiennent « prêts à se mobiliser » . L’objectif : rappeler au gouvernement français ses engagements en matière de « concurrence déloyale et pour le soutien de l’emploi aérien français » .

      Evoquant les rapports Abraham et Leroux, qui ont conclu à la possible « mortalité » de toutes les grandes compagnies européennes, les trois syndicats demandent au Gouvernement « de prendre conscience de l’urgence à mettre en place une régulation de la concurrence qui est aujourd’hui éminemment déloyale dans l’espace aérien européen » .

      Lundi, les pilotes du SNPL Air France ont brandi la menace d’une grève, tandis que le Président de la République, François Hollande, a considéré comme « légitime » l’attribution de nouveaux droits de trafic au regard des demandes
      ​ ​exprimées par les aéroports de Nice et de Lyon.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *