toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un soldat israélien veut « briser le silence » à propos de l’article du Monde


Un soldat israélien veut « briser le silence » à propos de l’article du Monde

 

Une analyse fouillée réalisé par des militaires mettant en cause les incohérences du témoignage rapporté dans l’article du Monde

La moindre des choses, quand on défend l’objectivité, est d’entendre tous les sons de cloche. Hier, nous avons lu avec un doute grandissant l’article du Monde, repris par tous les médias français et des milliers de blog et de pages, sur un tireur de char israélien exprimant ses doutes et présentant des règles d’engagement floues voire criminelles pendant l’opération Bordure Protectrice à Gaza en Juillet 2014.

Aujourd’hui, nous avons reçu un message d’un ancien combattant de Tsahal qui a participé à l’opération. Le son de cloche est assez différent et sur les mêmes critères de cohérence générale du fonctionnement d’une armée occidentale avec lesquels nous avons jugé l’article du monde, force est de constater que le message que nous avons reçu est plus satisfaisant.

Il ne veut aucune publicité et nous a demandé de masquer son nom mais nous connaissons son identité et le témoignage est de première main. Pour l’article, nous l’appellerons Tsanhanim!

Loading...

Tsanhanim a décidé de nous écrire après la lecture de notre post sur l’ONG « Breaking the Silence » et le témoignage pour le moins controversé de ce tankiste. Tsanhanim était au sein des parachutistes de Tsahal. Il a été déployé sur Raffah et Khan Younès, au sud de la Bande de Gaza, et il conteste d’autres éléments de cet article.

I) En premier lieu, l’ordre de « tirer sur tout ce qui bouge » :

Tsanhanim explique que les consignes étaient justement l’inverse,  de ne pas ouvrir le feu à l’aveuglette, notamment pour éviter les tirs fratricides. Voilà une consigne qui nous parait tout à fait cohérente avec une armée moderne (à ne pas confondre avec les gangs armés d’AK-47 qui pullulent au Moyen-Orient).

En effet, les règles élémentaires d’instruction sur le tir au combat (ISTC) imposent de s’assurer de sa cible et de son environnement, c’est-à-dire être certain de ce qu’on va détruire en prenant en compte ce qu’il y a autour et qui peut subir des dommages collatéraux. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre des systèmes d’armes plus lourds comme un canon de 105mm de Merkava III ou IV  mais aussi comme les mitrailleuses M2 de calibre 50 ou les FN Mag 7,62mm de l’armement secondaire (et pas les « mitraillettes » comme indiqué dans l’article du Monde…). Des tankistes en opération de combat qui tentent de tirer au 105 sur un voiture ou au calibre 50 sur un vélo sont soit des mythomanes féroces, soit de dangereux psychopathes dont même leurs camarades devraient se méfier. Donc les consignes reçues par Tsanhanim, d’éviter les tirs aveugles pour ne pas atteindre éventuellement des camarades sont des consignes d’une force armée moderne et opérationnelle qui prête une attention particulière aux conditions d’ouverture du feu et cela nous parait totalement cohérent avec le niveau de Tsahal, alors que les pseudos-consignes et la scandaleuse indiscipline de combat présentées dans l’article du Monde sont du niveau d’une milice d’amateurs criminels, type Etat Islamique ou Boko Haram.

Il existe cependant un moyen de vérifier rationnellement quel est le niveau discipline israélienne en termes de mise en œuvre de l’armement : le taux d’accidents de tir et de blessures par arme à feu à l’entraînement et en garnison. L’indiscipline incroyable dont parle l’article du Monde ne peut avoir qu’une très lourde conséquence d’erreurs et d’accidents sur les soldats israéliens eux-mêmes, leurs camarades et leurs proches. Or, vu que Tsahal fait une grande confiance à ses soldats, même lorsqu’ils vont à la plage en permission avec leurs armes et leurs munitions sans que la plage ne finisse en bain de sang involontaire, c’est bien le témoignage de Tsanhanim qui est le plus crédible sur la discipline des consignes d’ouverture du feu.

Et ce qui vient confirmer, s’il le fallait encore, ce que l’on vient de montrer, Tsanhanim nous précise que Tsahal a pu arrêter des personnes par dizaines dans les rues de la Bande de Gaza. On est donc très loin d’une bande de Rambos immatures qui considèrent toutes personnes comme des pigeons de foire à allumer sans ordre, alors même qu’en effet, la typologie asymétrique de ce conflit et l’absence d’une force ennemie régulière en uniforme invite Tsahal a considérer comme potentiellement hostile toute personne qui entrerait dans un périmètre de sécurité autour de ses forces.

Learn Hebrew online

II) Tsanhanim nous a parlé ensuite de maisons détruites. Il nous confirme que les troupes de Tsahal ont procédé à la destruction de maisons à cause d’un risque potentiel, même si non-avéré. Mais la différence dans les propos de Tsanhanim, c’est qu’il présente comme une élémentaire protection des troupes d’un danger potentiel, ce qui est là aussi tout à fait cohérent avec une armée moderne, qui a passé du temps et du budget à former ses soldats et qui est pragmatiquement économe en termes de pertes humaines.

Au-delà même de considérations compassionnelles, il faut garder à l’esprit que former un soldat opérationnel d’une armée moderne prend aujourd’hui beaucoup de budget et de temps d’instruction, de formation professionnelle, de spécialisation, d’entraînement et d’aguerrissement, sachant que ceux qu’on forme aujourd’hui transmettront ce savoir-faire à leur tour, conservant ainsi un retour d’expérience permanent qui produit des armées très expérimentées. On ne forme plus aujourd’hui, en deux semaines de pas cadencé, de la chair à canon que l’on va pouvoir jeter à volonté sur les mitrailleuses du Chemin de Dames.

On forme des soldats avec une éthique professionnelle (même si Tsahal est basé sur la conscription) avec un investissement financier, technique et humain que l’on espère bien faire fructifier le plus longtemps possible. Protéger ses hommes d’un risque inutile est donc un devoir primordial et essentiel pour une armée moderne et l’élimination préventive de ce risque est parfaitement justifié en temps de guerre où l’on est plus du tout dans le cadre d’une légitime défense mais bien d’un combat.

Loading...

III) Dans l’article du Monde, il est question d’une enquête à mener sur la cible avant de l’engager. Ce que cet article nomme « enquête » (et qui jette encore plus de doutes sur l’auteur de ce texte tant la terminologie employée est incohérente avec une opération militaire), cela s’appelle une évaluation de la menace et elle est gérée avec la pression temporelle, par la chaine de commandement de niveau tactique. Pour imager, un char ne tire pas dans une maison pour le plaisir, comme indiqué dans le Monde. Il le fait après avoir reçu un ordre de sa chaine de commandement, dans un contexte tactique précis et pour des raisons justifiées par l’évaluation à chaud de la menace, même si l’on peut découvrir a posteriori qu’elles ne l’étaient pas. Ce ne que si la chaine de commandement ou l’un de ses maillons a volontairement omis des éléments ou les a volontairement déformés que l’on peut parler de dysfonctionnement, voire de crime. Mais le souci de protection de ses forces est stratégiquement et humainement  justifié.

Ce principe de protection des troupes explique aussi, du moins en partie, l’interdiction stricte du pillage dont nous a parlé Tsanhanim. Il nous précise même que s’approvisionner en nourriture à Gaza était formellement interdit et que la seule tolérance concernait l’approvisionnement en eau, en cas de lenteurs de ravitaillement. On retrouve dans cette interdiction ainsi que dans son exception une logique tout à fait cohérente, encore une fois, avec une armée moderne à l’occidentale. L’interdiction du pillage est cohérente avec le droit international des conflits armés sur la protection des biens civils et elle a pour but de limiter les cycles de la vengeance réciproque, en exigeant des soldats qu’ils s’approprient pas des biens dont on pourra ensuite leur demander réparation, en justice ou en vengeance physique. Ce principe est même à la source du mot « Soldat », c’est-à-dire qui touche une « solde » pour ses services et est différent du guerrier qui se rémunère sur le butin.

Mais un autre aspect de cette interdiction concerne la protection des troupes et le risque bactériologique ou chimique. Les conquistadores espagnols aux Amériques, par exemple, ont fait de la guerre biologique en jetant dans des puits des draps et vêtements de malades du Choléra, décimant les populations indigènes qui se ravitaillaient en eau et propageaient la maladie par contagion. Dans une guerre asymétrique et du niveau de haine raciste que livrent les Palestiniens à Israël, le risque de nourriture et d’eau biologiquement contaminées ou chimiquement empoisonnées n’est absolument pas à négliger. Sans même parler de choses médicalement graves, une épidémie de gastro-entérite dans la promiscuité et les espaces confinés propres aux troupes en campagne serait plus efficace à freiner une offensive que plusieurs centaines de roquettes ou d’obus de mortier ! L’interdiction du pillage est donc humainement et tactiquement justifiée pour une armée moderne, toujours dans ce principe de protection des troupes, sans exclure toutefois, comme nous le dit Tsanhanim l’éventuelle possibilité de cas isolés.

Mais, même si ce principe de protection des troupes est admis et que Tsanhanim s’en félicite, il nous assure tout de même qu’il n’est pas appliqué dans la majorité des cas. Il cite notamment les tracts prévenant de l’arrivée de Tsahal ou de frappes imminentes. Bien sûr, cette mesure a pour but de permettre à la population civile (bien que cette notion soit très floue à Gaza…) de fuir ou de se mettre à l’abri (bien qu’on ne sache pas lesquels puisque tout est utilisé pour construire des tunnels offensifs vers Israël…), force est de constater qu’il est de bien piètre stratégie de révéler à l’adversaire ses plans, ses axes de progression et ses zones d’objectifs.

On a vu en Somalie en 1993 ou à la première bataille de Fallujah en 2004, les conséquences d’une perte d’initiative du combat en zone urbaine, où les choses peuvent mal tourner à une vitesse sidérante. Donner à l’ennemi à un ennemi aussi flexible que le Hamas les moyens de se préparer et de monter des embuscades en quelques minutes, c’est un terrible non-sens stratégique dont les conséquences pourraient un jour être très lourdes pour Tsahal. Quelles raisons peuvent expliquer ce choix risqué de prévenir l’ennemi par différents moyens (tracts, haut-parleurs et « roof-knocking ») ou d’épargner des bâtiments dont la configuration et la situation représentent des menaces potentielles d’embuscades, d’attentats, de tirs de précision, etc ? Pour les comprendre, il faut se référer à la tradition d’innovation et d’adaptabilité de Tsahal qui, dans le cas du traitement de la population civile en zone urbaine, s’adapte aux circonstances et innove, bien au-delà de ce qui lui est imposé par le droit des conflits armés, comme en ont attesté le Colonel britannique Richard Kemp et le Chef d’Etat-Major des Armées américain, le Général Martin Dempsey qui ont tous deux déclaré que Tsahal fait des efforts extraordinaires pour limiter les dommages collatéraux sur la population civile. Aux dépens de la sécurité de ses propres hommes, nous les Goys, on tient à le souligner.

Au final, laissons la parole à Tsanhanim qui a voulu lui aussi « briser le silence » à propos de l’article du Monde, repris en boucle par toute la presse française : « C’est une opération militaire, pas des vacances au Club Med. Ce n’est pas rose, une guerre. Encore un soldat qui a oublié pourquoi il se battait, un affront pour les frères d’armes tombés au combat. Signé Tsanhanim, un ancien combattant fier de son armée et de ses valeurs ! »

Et Tsanhanim nous offre la meilleure conclusion possible à toute cette affaire : Plusieurs journaux ont cité le caractère « dérangeant » des révélations de ces soldats auprès de l’ONG Breaking the Silence. Nous, on défie quiconque d’aller sur une zone de combat et d’y relever quelque chose qui n’est pas « dérangeant » ! La guerre « dérangeante », c’est comme un combat « violent », c’est un pléonasme d’une assourdissante débilité du niveau d’une eau « humide » ou d’un incendie « chaud » ! La guerre, c’est la guerre. Ceux qui ne comprennent pas ça n’ont qu’à continuer à jouer aux Lego !

Pug, avec Tsanhanim

Ces Goys qui défendent Israël







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Un soldat israélien veut « briser le silence » à propos de l’article du Monde

    1. Levray Dufault

      L’attitude de Tsahal n’est pas seulement a l’inverse des armées arabes qui s’attaquent exclusivement aux civils (femmes enfants et bébés compris) mais aussi a l’inverse des armées des US et de France:
      les US n’ont pas hésité a massacrer des millions de civils a Hiroshima afin de tuer les soldats japonais en nombre du tiers par rapport aux civils. La Japon s’apretait a signer leur reddition mais les US ont envoyé une 2eme bombe atomique pour le « plaisir » a Nagasaki tuant 3 fois plus de civils que de militaires japonais….A Bagdad ou au Pakistan le nombre des victimes civiles de l’armée des Etats Unis d’Amérique furent 3 fois a 4 fois plus nombreuses que les victimes des milices arabes armées!!
      Au Mali les français rigolaient devant la destruction massive de villages entiers de civils maliens……
      Aujourd’hui Israel n’a pas a se justifier!! A l’image des US et de la France Israel ne doit rechercher l’objectif dans une guerre que de tuer ceux qui tirent sur les juifs d’Israël même si pour atteindre ces assassins NOTOIRES ils doivent tuer des civils en plus grand nombre car le but est d’éviter que les gosses juifs d’Israël ne se fassent tuer et non point protéger les gosses de nos ennemis qui viendront nous tuer aussi dans les guerres de l’avenir…..Ne faisons pas en Israel ce que les US et l’Europe EXIGENT, contentons nous plutôt de faire comme eux!!

    2. Laurence

      Si Yoniii , ça se combat avec la vérité et Tsahal a toujours usité de celà et c’est ce qu’il faut qu’il continu à faire

    3. Jacques

      Merci à vous de rétablir les choses, et de le faire avec prudence et modération. Il n’y a que les bobos gauchos du Monde ou d’ailleurs qui pensent qu’une guerre est parfaitement propre, qu’elle ne fait jamais de victimes, ni de dégâts collatéraux, quand bien même on cherche au maximum à les éviter.
      Ces diffamateurs professionnels, experts militaires de salon et vrais antisémites, ne méritent que mépris.

    4. robert davis

      Excellent article et bravo à ce soldat israélien qui apporte le témoignage de quelqu’un qui était SUR PLACE contrairement à tous ces menteurs de journalistes français qui ne font que de la propagande anti-Israel dans leurs colonnes. Cela fait longtemps qu’on a compris que les médias en particulier français qui sont à la pointe du combat contre Israel ne font que suivre les consignes des gouvernements français qui ont ourdi un COMPLOT CONTRE ISRAEL DONT ILS VEULENT REMPLACER LA POPULATION JUIVE PAR UN POPULATION ARABE. Cela a marché tant que les Juifs enparticulier d’Israel ne comprenaient pas ce qui arrivait à cette presse à propagande et non faite pour apporter des nouvelles et aux politiciens israéliens polititquement encore plus bêtes que leur population. Actuellement cela ne devrait plus marcher on les informe quand même notamment dans les réseaux et bientôt dfans la presse au moins israélienne j’espère. La presse àpropagande a pour mission d’INVERSER SYSTEMATIQUEMENT LA VERITE ET CONVAINCRE PAR LA REPETITION INFINIE DE LEURS MENSONGES. C’est le système du nazi göbbels. Cela peu marcher tant que les nazis allemands,français ou arabes ONT L ESPOIR DE GAGNER LA GUERRE POLITIQUE mais cela ne marchera plus lorsque les politiciens israéliens et le peuple israélien FERA LE NECESSAIRE SUR LE TERRAIN POUR ENLEVER TOUT ESPOR AUX ENNEMIS D ISRAEL DE REMPLACER LES JUIFS PAR EXEMPLE EN EXPULSANT LES ARABES. Comme ce n’est pas encore le cas il faut s’attendre à être abreuvés de mensonges encore quelque temps…

    5. robert davis

      Jacques : ce ne sont pas des « diffamateurs » mais des CALOMNIATEURS. La diffamation consisre à propager illégalement la vérité, par exemple si je dis « M.X est un pédé » et si cela est vrai,je le diffame car je n’ai pas à crier ce fait sur tous les toits. Par contre s’il s’agit d’un MENSONGE C EST DE LA CALOMNIE par exemple si je vous accuse d’avoir volé la tour Eiffel.En outre les bobos de la gauche NE PENSENT PAS UN MOT DE CE QU ILS DISENT ILS FONT DE LA PR ANTI ISRAEL pour les raisons que j’ai expliqué déjà 1000 fois :ils veulent remplacer les Juifs d’Israelpar des arabes.Ils font de même en france d’ailleurs. Leur but est de remplir leurs poches au max pour s’acheter de belles maisons et de belles voitures. Ce qui arrivera aux peuples qu’ils veulent remplacer? ils s’en tapent et ils s’en moquent et ils s’en fichent!

    6. Jacques

      Vous avez raison, robert davis, c’est de la calomnie, une entreprise de diabolisation digne des nazis. Ce qui est effectivement différent de la diffamation.

    7. Jean v

      @Robert Davis

      Vous écrivez: « Excellent article et bravo à ce soldat israélien qui apporte le témoignage de quelqu’un qui était SUR PLACE contrairement à tous ces menteurs de journalistes français qui ne font que de la propagande anti-Israel dans leurs colonnes. »

      Je vous signale que le témoignage de ce soldat est anonyme et souffre donc de même manque de crédibilité que le texte du Monde. Il s’agit beaucoup plus d’un copier-coller d’un manuel de gestion de crise que d’un témoignage sincère. En outre, le niveau de langage et de rhétorique utilisé par ce « soldat » est trop sophistiqué pour un simple soldat conscrit de type « douchebag ». Sorry, try again.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *