toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Qui finance l’ONG d’extrême gauche Breaking the Silence, auteur d’un rapport anti-israélien ?


Qui finance l’ONG d’extrême gauche Breaking the Silence, auteur d’un rapport anti-israélien ?

Qui finance l’ONG « Breaking the Silence »qui a publié un rapport anti-israélien repris en coeur par Le Monde et l’AFP, principaux vecteurs de la haine anti-juive ?

Le débat autour du financement des ONG d’extrême-gauche fait débat depuis plusieurs années en Israël. L’exemple de Breaking the Silence est probant.

Loading...

Dès la première page du rapport de Breaking the Silence (BtS) sur l’opération Bordure protectrice, le ton est donné : « Ce document a été produit grâce aux dons généreux du Christian Aid (Grande Bretagne), du fond d’aide de l’Eglise danoise, du Secrétariat pour les droits de l’Homme et les lois humanitaires internationales, de l’Open Society Foundations et de Trócaire (agence officielle de développement de l’Eglise catholique irlandaise NDLR) ». Trois fonds chrétiens sur cinq.

Un peu plus bas, on peut lire la liste des donateurs réguliers de l’ONG : là aussi, les fonds chrétiens sont nombreux, mais ils se partagent le financement de Breaking the Silence avec des organismes étatiques comme le département fédéral (ministère NDLR) des affaires étrangères suisse ou encore l’ambassade du royaume de Norvège à Tel Aviv.

Le Secrétariat pour les droits de l’Homme et les lois humanitaires internationales est quant à lui un conglomérat palestinien siégeant à Ramallah réunissant des fonds suédois, suisses, danois et néerlandais.

Cette organisation a annoncé avoir transmis en 2014 11 millions de dollars à des ONG palestiniennes et israéliennes, parmi lesquelles BtS. Le 2 août, elle accédait à la demande de neuf organisations et leur accordait une « subvention spéciale » pour enquêter sur les « crimes de guerre » commis par Israël, en insistant sur la nécessité « de coordonner leurs efforts de documentation afin de fournir une base tangible » à de futures actions en justice contre Israël.

Le New Israel Fund, le fonds qui a financé les ONG dont les rapports ont servi de base au sulfureux rapport Goldstone sur l’opération Plomb durci, fait également partie des mécènes de BtS.

Cette liste, non exhaustive, lève le voile sur un phénomène qui préoccupe depuis plusieurs années la société israélienne : le financement, à raison de plusieurs centaines de millions de shekels par an, d’organisations non-gouvernementales d’extrême-gauche, dont les objectifs vont majoritairement à l’encontre des intérêts israéliens, par des Etats ou des organismes étrangers.

Learn Hebrew online

Lorsque Breaking the Silence publie, avec l’aide de fonds étrangers, un rapport aussi tendancieux sur Tsahal, qui est repris ensuite par les médias internationaux et sert de base à la campagne de délégitimisation d’Israël, il semble évident que l’objectif poursuivi par ces donateurs est loin d’être impartial.

Imaginons un seul instant que la France transmette des dons à une version britannique de Breaking the Silence, qui produirait un rapport sur les exactions commises par l’armée anglaise en Afghanistan. Ce genre de situation causerait immédiatement une crise diplomatique sans précédent entre les deux pays. Et pourtant, plusieurs pays versent régulièrement des fonds à des organismes politiques tels Breaking the Silence.

Mais lorsque des députés israéliens ont tenté de limiter ces transferts financiers qui, in fine, servent à diaboliser Israël aux yeux du monde, ils ont été accusé de vouloir limiter la liberté d’expression et « empêcher le monde et la société israélienne de voir » les crimes qu’Israël commet.

Loading...

Le seul changement obtenu par la législation israélienne est que, désormais, les ONG doivent publier, chaque trimestre, le détail des dons étrangers perçus. On apprend ainsi, sur le site de BtS, qu’elle a reçu, en 2014, 2,3 millions de shekels de fonds étrangers au total. La plus grande donation (134 000 euros) provient d’un organisme allemand, Misereor, qui se définit comme « combattant la pauvreté dans le monde ».

Contacté par Hamodia pour tenter de comprendre le rapport entre sa profession de foi et les activités de Breaking the Silence, Misereor n’a pas réagi, à l’heure où nous mettons sous presse.

Laly Derai pour Hamodia





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Qui finance l’ONG d’extrême gauche Breaking the Silence, auteur d’un rapport anti-israélien ?

    1. Alauda

      Christian Aid (membre d’Alliance ACT, conseil oecuménique, Fédé luthérienne) ; Église danoise évangélique-luthérienne.
      Open Society Foundations : Georges Soros, fondateur.
      Trocaire fait partie du réseau CIDSE et CARITAS.

      Les 2/3 du budget de MISEREOR proviennent de l’argent des contribuables allemands. « Le ministère de la coopération n’assortit pas l’attribution des fonds de recommandations ou de prescriptions politiques. », peut-on lire sur leur site à la page « about us ».
      Toutefois, rien n’est moins sûr qu’Angela connaisse la destination des 2/3 des 134 000 euros en question.

    2. germon

      RE: Bigelman
      J’avais reçu son article il y a deux mois déjà et il m’avait intrigué par sa parfaite rédaction: pas de faute de syntaxe,d’ orthographe – ce qui est rare de nos jours – le tout bien développé; l’ayant relu qques jours avant sa publication dans les inévitables Le Monde, Guardian et HaAretz, nous avons été convaincus qu’il s’agissait bien d’un FAUX.et MENSONGER. Il reste à déplorer que nos mises en garde depuis dix ans, les sonnettes que personne n’a voulu entendre, à savoir que les « réseaux sociaux étaient un tremplin pour le renouveau de l’antisémitisme par l’extrème gauche, les tiers-mondistes, les ONG « humanitaires », le laxisme de certaines de nos institutions mais aussi des « laissez-faire » au nom de la démocratie et de l’insupportable « free speech » made in USA qui règne en Israël. En France, nombre de ministres sont en train de casser la culture et la civilisation françaises au nom d’uniformisation et d’une égalisation par l’instruction de la bétise, de l’ignorance et du lèchage de bottes islamique. En Janvier on invite Abbas mais pas Netanyahou, Obama ne reçoit pas ce dernier à Washington, la Maire de Paris se prosterne sur la tombe d’Arafat, On fait de Charlie – ramassis de caricatures ineptes une icône mais on oublie que Charb porte la responsabilité de l’assassinat de 16 personnes. Le CRIF invite chaque année des individus – Presse et politiciens – qui une fois le dîner avalé, se dépêchent de diaboliser, manipules (AFP) mentir, insulter les Juifs Français et bien sûr Israël, est-ce toujours nécessaire d’inviter cette clique qui n’a d’yeux que pour les pétro-monarchies dont le Qatar ?

    3. Amouyal

      Le crif est totalement largué et ne comprend rien a la situation réellle de l entreprise de diabolisation orchestrée tout en haut de certains etats européens , dont la france, mais ce qui est pire c est que le gouvernement israelien , officiellement  » de droite » est aligné sur les memes bevues et continue a laisser agir ces antisemites payés par l argent des dictatures arabo fascistes !

    4. GENTY JEAN PAUL

      Je ne suis pas certain que le CRIFsoit entièrement largué et ne comprenne rien, Le CRIF est infesté et infiltré par ces « libres penseurs » de gauche qui sont profondément anti-sémites ! Oui hélas l’anti-sémitisme est toujours bien vivant en France, en Europe et dans l’Église catholique autant que dans l’Èglise protestante. et surtout l’extrème gauche ceux là même qui nous traîtent de racistes dès que l’on profère la moindre critique à l’égard des palestiniens! Pire, ils font TOUT pour inculquer à nos enfants dès les premières classes à l’école la haine du juif ou d’Israêl
      ! Nous en avons pour exemple cette « magnifique » réforme de l’enseignement que promeut une ministre dont les origines ne laissent même pas de place au doute ! Malgré le peu d’entousiasme qu’elle a suscité ce gouvernement la soutient bec et ongle et c’est avec beaucoup d’appréhension pour leurs enfants que la communauté juive mais aussi une grande partie des francais de souche voient s’intaurer l’antisémitisme latent de ces prétendus « anti-racistes »!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *