toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le droit légitime d’Israël sur Jérusalem est souvent falsifié. Huit mythes sur «l’occupation» de Jérusalem


Le droit légitime d’Israël sur Jérusalem est souvent falsifié. Huit mythes sur «l’occupation» de Jérusalem

Le droit naturel et légitime d’Israël sur Jérusalem est souvent falsifié, interprété par des mensonges et une désinformation systématique.

La question de l’avenir de Jérusalem est sensible sur plusieurs plans et elle demeure toujours un sujet controversé dans toute négociation régionale et internationale.

Pourtant, depuis la création de l’Etat juif, et même avant, les droits souverains d’Israël sur Jérusalem sont bien ancrés dans l’Histoire et le Droit international.

Hélas, il existe de nombreux Israéliens insuffisamment conscients de leurs droits.

De fait, voici 8 points que vous devriez connaître à propos de notre combat pour Jérusalem :

Une majorité juive à Jérusalem existait déjà cent ans avant l’unification de la Ville

Un siècle avant la création de l’Etat d’Israël, il existait une majorité juive à Jérusalem. Toutes les sources et documents confirment que jusqu’aux années 1860 les Juifs constituaient une majorité dans la Ville sainte.

A la veille de la Première Guerre mondiale, les Juifs y représentaient près de 60% de la population, d’après les données du Mandat britannique, 40% étant répartis entre Chrétiens et Musulmans. Selon des recensements sur la population de la Ville, faits séparément par la Jordanie et par Israël en 1961 (six ans avant la guerre des Six Jours) 72% étaient Juifs, 22% musulmans et 5% chrétiens.

La Résolution 181 de l’ONU de 1947 et l’internationalisation de Jérusalem : une résolution retirée de l’ordre du jour face à l’invasion d’Israël par sept Etats arabes.

La proposition faite en 1947 par l’ONU d’internationaliser Jérusalem en corpus separatum et qui figure en annexe de la Résolution 181 de l’Assemblée générale de l’ONU, n’était qu’une recommandation non-contraignante. Il était prévu que 10 ans plus tard un référendum devait se tenir pour l’ensemble des résidents sur la question de la souveraineté de la Ville.

Soulignons qu’en 1948, lors du siège de Jérusalem imposé aux habitants juifs de la ville par les envahisseurs arabes, l’ONU fut complètement indifférente à leur sort. De fait, Israël a considéré que la proposition de l’internationalisation de Jérusalem manquait de fondement moral et deviendrait « nulle et non avenue » comme l’avait affirmé à l’époque le Premier ministre David Ben Gourion.

La partie arabe a été définie comme agresseur en 1948 et en 1967 par les instances internationales

L’invasion des pays arabes en 1948 a été définie comme un « acte d’agression » par le Secrétaire général de l’ONU. De même, en juin 1967, ce sont bien les Jordaniens qui ont déclenché la guerre sur le front Est. Ils avaient demandé à des divisions égyptiennes de combattre en Cisjordanie et ont permis à l’armée irakienne de traverser le territoire du royaume hachémite par les ponts du Jourdain.

Soulignons que le gouvernement israélien avait à deux reprises demandé, par l’intermédiaire des représentants de l’ONU, d’arrêter les hostilités mais les Jordaniens ont refusé et intensifié les tirs. En décidant d’entrer à Jérusalem-Est, Israël a donc commis un acte de légitime défense.

Après la guerre de 1967, l’ONU a voté en faveur d’Israël – contre l’Union soviétique et les Etats arabes

Après la guerre des Six Jours, l’Union soviétique a compris qu’elle n’était plus capable de défendre ses protégés arabes, et donc, elle a tenté sans succès de présenter Israël comme agresseur. Elle a déposé en ce sens, à deux reprises, une requête au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale, mais au moment du vote en séance plénière de l’Assemblée, seuls 36 pays ont soutenu sa requête et 80 ont voté contre.

Cela signifiait clairement que la communauté internationale avait bien compris qu’Israël avait agi en légitime défense. Ce vote a évidement des implications en Droit international et offre à Israël des avantages spécifiques.

Israël possède un droit de propriété privilégiée à Jérusalem

La portée juridique de l’échec des Soviétiques et des pays arabes à définir Israël comme agresseur fut renforcée par le juge Stephen M. Schwebel, ancien Président de la Cour internationale de Justice (CIJ) de La Haye. Il a publié un article précisant « qu’Israël a un droit privilégié sur le territoire qui était naguère la Palestine et notamment sur Jérusalem.

Ce droit de propriété s’applique en priorité sur celui de la Jordanie ou de l’Egypte. » Le juge Schwebel précise : « lorsqu’un Etat (la Jordanie) prend un territoire illégalement, l’Etat(Israël) qui le reprendra par un acte légal de légitime défense aura un droit privilégié par rapport à l’ancien titulaire de ce territoire. »

Les lignes de 1967 n’ont jamais été des frontières internationalement reconnues mais seulement des lignes d’armistice

Rappelons que l’accord d’armistice signé en 1949 entre Israël et la Jordanie ne détermine pas le tracé définitif des frontières entre les deux pays mais seulement les lignes de démarcation entre les deux armées imposées juste après la guerre d’Indépendance. Les Arabes avaient exigé d’insérer une clause précisant qu’aucune condition ne serait soulevée préalablement dans l’accord d’armistice pour déterminer le droit de chaque partie à résoudre le statut final par des moyens pacifiques.

En d’autres termes, il n’existait aucun statut politique relatif aux lignes de 1967, et de ce fait ces lignes ne représentaient pas des frontières internationales à la veille de la guerre des Six Jours.

Jérusalem ne figure pas dans la Résolution 242 et donc il n’y a aucune exigence de la diviser une nouvelle fois

La Résolution 242 du 22 novembre 1967 ne stipule qu’un retrait de territoires vers des « frontières sûres et reconnues ». Lord Caradon, l’ambassadeur britannique à l’ONU qui a rédigé cette résolution, avait rejeté la requête soviétique pour ajouter le mot « tous » avant le mot « territoires ». De ce fait, seule la version anglaise fait foi et toute autre interprétation de la résolution 242, qui dérive de la traduction officielle de l’Organisation des Nations Unies, ne peut être conformément acceptée.

La liberté du Culte pour toutes les religions n’est respectée à Jérusalem que depuis la présence israélienne

De 1948 à 1967, les Jordaniens ont empêché les Juifs de visiter les Lieux saints de la Vieille ville, notamment le Mur des Lamentations. Ils ont imposé également de sévères restrictions à la communauté chrétienne qui s’est réduite au fil des ans. Même pendant la période ottomane et sous le Mandat britannique les Juifs se battaient pour faire respecter leur droit de prier au Kotel (Mur occidental ou des Lamentations).

Dore Gold – CAPE





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Le droit légitime d’Israël sur Jérusalem est souvent falsifié. Huit mythes sur «l’occupation» de Jérusalem

    1. AARON

      JERUSALEM RESTERA REUNIFIEE. SOYONS CONTRE LA CREATION DE L ETAT PALESTION SI ON VEUT GARDER NOS TERRES. LA VERITE EST QUE CETTE CREATION DE L ETAT PALESTINIEN POUSSEE PAR L EUROPE ET L AMERIQUE ET PUIS L AUTORITE PALESTINIENNE N A RIEN A VOIR AVEC LA PAIX. IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE LES PALESTINIENS NE VEULENT PAS RECONNAITRE ISRAEL COMME NATION JUIVE. ILS VEULENT NOUS DETRUIRE ET PRENDRE TOUTES NOS TERRES. IL NE FAUT PAS OBULIER QUE NOUS AVONS VECU DEPUIS LONGTEMPS SUR NOS TERRES IL Y A 3000 ANS ET NOUS Y RESTERONS. MOI JE VIS A PARIS ET JE SOUTIENS ISRAEL ET SON PEUPLE CAR JE SUIS DANS LE MILIEU EVANGELIQUE JE LIS LA BIBLE ISRAEL EST UNE TERRE BIBLIQUE. JE SUIS D ORIGINE JUIVE ET JE SOUTIENS LE PEUPLE JUIF FACE A L ANTISIONISME DANS LE MONDE ENTIER. SI QUELQU UN N EST PAS D ACCORD QU IL ME TRAITE DE RACISTE JE N AURAI RIEN A FAIRE. ISRAEL APPARTIENT AU PEUPLE JUIF ET PUIS C EST TOUT.

    2. capucine

      Jérusalem doit rester UNE et INDIVISIBLE et NON NGOCIABLE
      ce qui est valable aussi pour les frontières actuelles d’Israël !!
      il n’y aura pas d’état palos sur la terre d’Israël ! faut pas rêver non plus !!

    3. Ixiane

      C’est le Roi David qui a acheté la terre ( le Mont du Temple) pour y construire la maison de l’Eternel ; et ceci il y a plus de 3000 ans .
      Et ce n’est pas les multiples invasions qui enlèveront le droit et la légitimité sur cette Terre à son peuple , les juifs .
      JERUSALEM a été, est, et restera au Peuple Juif d’Israël sur cette Terre Promise appelée Palestine , cette Palestine Juive ; Jamais Israël aurait dû accepter que les arabes se nomment « Palestiniens » : c’est la plus grosse falsification de l’histoire, la plus grosse Usurpation dont les arabes sont champions .
      En se nommant  » palestiniens » ils seraient légitimes sur cette Terre, aux yeux du lambda qui ne connait rien à l’HISTOIRE !
      Les gens ne comprennent pas pourquoi cette Terre n’appartiendrait pas aux « palestiniens » arabes car ils ne savent pas qu’ils ont usurpé le nom !
      Il reste effectivement une région arabe de cette Palestine , la Transjordanie, et c’est là-bas qu’on devrait les installer !

    4. robert davis

      La philo c’est bien,c’est aussi nécéssaire mais l’ACTION C EST MIEUX. On ne résoudra pas ce problème en discutant mais par l’ACTION. Ce qui ne veut, pas dire qu’il ne faut pas discuter car il ne faut pas laisser le terrain à l’ennemi. Cependant la discussion ne finit jamais,dans 100 and chacune des ^parties continuera à soutenir l’une son mensonge l’autre la vérité. Jusqu’à la fin des temps? Pourquoi toutes les nations donne l’avantage à l’action? leplus fort PREND ce qu’il estime être à lui et m^me …ce qui n’est,pas à lui (voir l’empire arabe!) et le conflit s’arrête!!!Qui aujoiurd’hui conteste l’empire arabe de l’arabie au maroc? personne bien que ces territoires ont été PRIS (volés diraient les arabes…)aux peuples d’origine qui l’habitaient. En faisant de la « politique juive » à savoir le blabla à l’infini,Israel disparaitra car ilo ne pourra pas lutter contre indéfinimment contre toutes les nations qui àl’onu veulent sa disparition sous le pretexte « palestinien ». Par contre sans ce pretexte ils n’auront pas d’argument et tôt ou tard ils arrêteront leurs attaques voyant qu’elles n’ont servi à rien. Il ne faut pas chercher à CONVAINCRE LE MONDE PAR LA PAROLE CAR CECI EST MISSION IMPOSSIBLE. PAR CONTRE C EST POSSIBLE PAR L ACTION.

    5. Marie

      La communication d’Israel est nulle: comment a t- on pu faire croire que Jérusalem Est n’appartenait pas aux juifs, c’est une très grave erreur du général Dayan Héros d’Israel qui a donné les lieux aidants à chaque religion après la victoire du 6 juin1967
      Mais auparavant Jérusalem a toujours été habité par un large majorité juive mais en 1948 les arabes de la Jordanie pays bidon inventé et construit sur 80 % de terres juives avec l’aide des sales et pourris anglais sous le commandement du général Baggot dit Glubb pacha a pris la ville et a tué ou expulsé 150000 juifs et la capitale d’Israël est passé sous le contrôle du roi fantoche Hussein de Jordanie comme toute la JUDEE Samarie
      Jérusalem appartient à Israël et personne ne la divisera: elle est la capitale éternelle du peuple Juif et d’Israel

    6. Marie

      Ixiane

      En 1948 Ben Gourion et son gouvernement ont débattu sur le nom de la restauration du Royaume de JUDEE qui s’étendait au delà du Golan , de la Jordanie et incluait Gaza
      L’ONU s’était permis de diviser les 20% des terres juives de La Palestine Juive en 2 Étaits l’in Juif et l’autre arabe mais sans frontières définitives
      Les arabes colons qui s’étaient installés en Palestine juive eurent en effet le culot d’usurper le terme de Palestine pour dire au monde que tout leur appartenait ce qui était une falsification de l’histoire mais aussi de la réalité sur le terrain
      Comment aurait on pu nommer la terre des hébreux , israélites, juifs, Judeens… qui étaient présent depuis 3500 ans sans se souvenir des 12 tribus et le fait que D,,,dit à Jacob : tu t’appelleras dorénavant ISRAEL.
      C’est ce commentaire biblique des douze tribus d’Israël qui a fait pencher la balance et en ignorant la mentalité arabe de négationniste et falsificateur de l’histoire
      Fallait il s’appeler par le terme injurieux dePalestine israélienne sachant que le terme de Palestine serait d’origine hébraïque qui voudrait dire : Rebelles et non venant du peuple crétois Phillistin ennemis d’Israël .
      Bien sûr les arabes et l’islam n’existaient pas et étant des nomades bédouins qui vivaient dans la péninsule d’Arabie

    7. jos

      En résumé vous êtes parfait.

      Ce qui me choque c’est de lire ça : « Comment aurait on pu nommer la terre des hébreux , israélites, juifs, Judeens… qui étaient présent depuis 3500 ans sans se souvenir des 12 tribus et le fait que D,,,dit à Jacob : tu t’appelleras dorénavant ISRAEL. »

      Non mais sérieux vous croyez encore que ces bouquins (oui juste des livres écrits par des hommes) disent la vérité?

      L’existence même de Jésus est une invention, alors Quid de Abraham, Moise, etc… bref toute l’histoire que vous étudiez à travers la Torah ou la Bible (pour les catho) est bidon. Cherchez un peu et vous verrez que des passages très important de votre « histoire imaginaire » ont été inventé. Exemple : ce ne sont pas des malheureux esclaves hébreux qui ont construit les pyramides et qui ont été libérés par Moise

      Bref, je suis du coté de ceux qui souhaitent un Etat Israelien mais n’utilisez pas des textes farfelus pour appuyer votre démonstration.

    8. Christian De Lablatinière Post author

      @jos: quoi que vous pensiez de la Torah ou de la Bible il n’en reste pas moins l’histoire et la recherche archéologique qui confirme qu’Israël et Jérusalem sont Juifs depuis au moins plus de 3 000 ans

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap