toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Canada pourrait proposer de qualifier le Boycott d’Israël de «crime haineux»


Le Canada pourrait proposer de qualifier le Boycott d’Israël de «crime haineux»

Le gouvernement canadien exprime sa « tolérance zéro » pour les boycotteurs d’Israël.

Le gouvernement canadien pro-Israël aurait l’intention d’inclure le boycott d’Israël comme crime de haine, rapporte ce lundi la Canadian Broadcasting Corporation (CBC).

Une telle mesure viserait des organisations telles que l’Église Unie du Canada, les Quakers canadiens, des groupes de protestation sur les campus et les syndicats. Cela soulèverait aussi des questions juridiques en vertu de la Charte des droits et libertés du Canada.

Le Premier ministre canadien Stephen Harper est incontestablement le chef d’Etat le plus pro-israélien de tous les gouvernements du monde. Il était en parfait accord avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou lors de sa visite en Israël l’an dernier.

Le Ministre des Affaires étrangères récemment retraité, John Baird, en Janvier a signé un accord avec Israël pour combattre le mouvement Boycott Israël, et les ministres du gouvernement ont dit qu’ils vont montrer une «tolérance zéro» envers les groupes qui font partie de Boycott, Divest et Sanction (BDS). Il a décrit le mouvement Boycott d’Israël comme «le nouveau visage de l’antisémitisme.»

Le Ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a récemment déclaré que le boycott d’Israël ne peut être séparé du discours de haine antisémite et des récentes attaques terroristes contre les Juifs en France.

CBC a demandé au gouvernement d’expliquer la signification de «tolérance zéro», et Blaney a répondu que le Canada a « l’un des ensembles les plus complets de lois contre la haine comme nulle part ailleurs dans le monde. »

L’année dernière, le Canada a modifié sa définition des discours de haine pour y inclure les déclarations faites contre «l’origine nationale» et pas seulement la race et la religion.

Cela a soulevé des craintes chez les défenseurs des libertés civiles que les propos anti-israéliens pourraient être classés comme des déclarations contre les Juifs.

Le concept d’associer Israël aux Juifs est au cœur même de la communauté juive libérale, et central aussi pour les Juifs qui n’ont aucun intérêt dans le judaïsme en Israël. Qu’ils le veuillent ou non, la haine d’Israël et des Juifs les identifie de plus en plus avec Israël par le fait qu’ils sont Juifs.

Cela peut plaire ou non, mais inévitablement, les «Juifs» ne peuvent être séparés d’Israël. On peut aimer ou pas, mais le «peuple d’Israël» signifie Juifs d’ »Israël. » – Partout. La question est de savoir si cette définition a un support légal.

Learn Hebrew online

CBC a signalé que les Quakers du Canada ont écrit une lettre au ministre des Affaires étrangères, Rob Nicholson en mars « préoccupés » du fait que les boycotts étaient décrits comme des actes d’antisémitisme.

Le bureau de Blaney n’a pas spécifiquement dit que ce serait le cas, mais a noté qu’il est illégal de promouvoir la haine contre un «groupe identifiable».

En Israël, il est illégal de boycotter le pays. Cependant, les protestations de BDS dans d’autres parties du monde sont essentiellement violentes, avec des affrontements fréquents avec la police comme en France.

En France, le discours de haine défini comme crime inclut des déclarations visant des personnes «d’origine nationale», et des militants de BDS ont parfois été accusés d’avoir violé la loi.

La Belgique envisage une loi similaire. Sur le papier, il semblerait que l’interdiction pour un groupe de promouvoir le boycott d’un pays – et Israël est le seul pays qui est ciblé  en raison de sa politique – est une violation de la liberté d’expression.

En réalité, de telles protestations sont souvent comme le terme utilisé par l’Autorité palestinienne « résistance », un mot de code pour encourager les terroristes à tuer des Juifs.

Image à la Une: Israël est le seul pays ciblé par BDS.

 Source: The Jewish Press – 11 mai 2015 –  Par By: Tzvi Ben-Gedalyahu
Traduction Europe Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Le Canada pourrait proposer de qualifier le Boycott d’Israël de «crime haineux»

    1. esther

      J’ai une proposition équilibré et juste : si Israël est boycotté , alors Israël doit boycotter les territoires palestinien. Aucun shekel, ni aucun matériel non indispensable ne doivent y être envoyé. On verra qui souffrira le premier de ce boycott.

    2. michel boissonneault

      mon nom est Michel Boissonneault , je suis membre du parti Conservateur , je suis fière de mon Premier Ministre Stephen Harper car si les gauchistes de merde qui ferment les yeux de façon volontaire les gestes odieux fait dans tout les pays arabo-musulmans mais critique Israel lorsque ce pays ne fait que ce défendre contre les attaques de ses voisins …… oui le hamas est responsable de crime , oui la syrie , l’iran , la turquie ect ect ect donc avant de condamner Israel il y a tant de pays responsable de massacre donc le Canada est réveiller et j’en suis fière

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *