toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Armée de l’air du Yémen est tombée aux mains des Houthis


L’Armée de l’air du Yémen est tombée aux mains des Houthis

La prise en main par les Houthi  de la force de l’air yéménite a mené à l’intervention militaire saoudienne au Yémen, tandis qu’Al-Qaïda profite de l’absence de forces locales pour avancer dans les régions stratégiques du pays.

Deux avions militaires ont décollé le 25 Mars depuis la base aérienne de al-Daylami à Sanaa, sous contrôle Houthi, pour lancer une attaque contre la résidence du président yéménite dans le quartier al-Maasheeq d’Aden. Quelques heures après l’opération, une intervention militaire dirigée par l’Arabie Saoudite a commencé avec de multiples attaques qui ont annoncé le début de l’opération Tempête Décisive. Bien que l’opération ait officiellement pris fin 25 jours plus tard, les frappes aériennes se poursuivent.

L’armée de l’air yéménite, établie en 1934, est l’unité militaire la plus ancienne au Yémen. C’est la première fois, cependant, que l’armée de l’air est impliquée dans un conflit politique direct, et c’est également la première fois qu’un élément autre que l’Etat yéménite fait appel à elle. L’ancien président Ali Abdallah Saleh et ses adversaires comptaient sur différentes forces dans des situations de conflit dans le passé.

L’implication de l’armée de l’air yéménite n’a pas été seule à provoquer une intervention militaire directe de l’Arabie saoudite. La chute de la force armée yéménite la mieux organisée et efficace aux mains des Houthi a mis des millions de dollars de l’aide militaire américaine pour l’armée de l’air à leur disposition directe. Comment est-ce arrivé, et quelles sont les conséquences de la chute de l’armée de l’air yéménite dans les mains de milices?

Loading...

Al-Monitor a appris que dans les jours qui ont suivi le départ de Sanaa vers Aden du président Abed Rabbo Mansour Hadi Aden en fuite devant les Houthis, ces derniers ont ordonné au chef de l’armée de l’air yéménite, Maj. Gen. Rashid al-Jund, et à son chef d’état-major Abdul Malik al-Zuhairi de se préparer à lancer des attaques séparées sur le gouvernorat de Marib et sur la résidence de Hadi à Aden.

Au début de Mars, l’armée de l’air a refusé d’obéir aux ordres des Houthis, disant qu’elle ne prenait ses ordres dans ces questions que du président ou du ministre de la Défense et qu’il n’y avait aucune raison militaire pour prendre une telle mesure. Par conséquent, les Houthis ont resserré l’étau sur les forces de l’air et nommé un chef qui les soutient: Brig. Gen. Khader Salem. Ils ont également interdit aux anciens dirigeants, Jund et Zuhairi, de pénétrer dans la base. Cette étape a marqué peut-être le changement le plus significatif dans l’équilibre des pouvoirs en faveur des Houthis entre les éléments yéménites armés et le gouvernement.

Les membres des forces de l’air (en particulier les pilotes) suivent une formation militaire rigoureuse et essentielle. Par conséquent, les Houthis ne pouvaient pas utiliser le favoritisme et la loyauté pour employer leurs pilotes, comme ils le faisaient avec ceux dans d’autres positions – lorsque les chefs de l’armée et de la marine annonçaient leur loyauté envers les Houthis dans différents gouvernorats – parce que ces tâches ont besoin de compétences spécialisées. Ils ne pouvaient pas exploiter les forces aériennes aussi facilement qu’ils le souhaitaient. La plupart des pilotes ont refusé d’obéir aux ordres des dirigeants Houthi pour lancer des attaques militaires sur la résidence du président à Aden.
Par conséquent, les Houthis ont dû utiliser la méthode de la carotte et du bâton. Des sources de l’armée de l’Air ont déclaré à Al-Monitor que le premier raid aérien par des avions de chasse de la base aérienne de al-Dulaimi à Sanaa ont coûté aux Houthis plus de 100 pistolets Glock et des milliers de dollars versés aux pilotes pour exécuter l’opération.

Le contrôle des Houthis sur les forces de l’air ne s’est pas fait du jour au lendemain. Ce fut le résultat d’une série de tentatives prudentes pour contrôler ce qui restait de l’armée. Depuis qu’ils ont repris Sanaa en Septembre 2014, les Houthis ont resserré l’étau sur les unités militaires affiliées avec leurs ennemis de longue date, telle que la 1ère division blindée autrefois dirigée par Ali Mohsen al-Ahmar.

Cependant, lors de la chute de Sanaa, les Houthis ont évité la participation d’autres forces militaires, en particulier celles qui ont été bien formées, telles que les forces aériennes. Au lieu de cela, ils ont cherché de l’influence dans ces unités militaires en imposant à Hadi après la signature de l’accord de paix en Septembre de les désigner en propre. Sous la pression des Houthis, Hadi a émis une décision militaire le 27 décembre de nommer plusieurs de leurs dirigeants – y compris un de leurs chefs des campagnes précédentes, Zakaria al-Shami – aux forces armées du Yémen. Al-Monitor a appris que lorsque les Houthis plus tard ont voulu utiliser des hélicoptères pour filmer leurs rites religieux d’en haut, ils ont reçu une note officielle de Shami permettant aux avions militaires de voler. Dans le passé, le commandement avait refusé ce type de demande, mais la nomination de Shami comme commandant en chef adjoint lui a permis de donner de tels ordres.

Les Houthis n’étaient pas les seuls dans leur inimitié contre l’armée de l’air yéménite, la seule force capable de tenir la haute main sur l’Etat. D’autres parties yéménites – tels que Saleh et al-Qaïda, qui avaient exercé une certaine influence sans atteindre l’armée de l’air – étaient également en désaccord avec elle. Au cours des dernières années, jusqu’à la mi-Février, l’armée de l’air du Yémen a été la seule unité militaire à se livrer à une guerre directe avec al-Qaïda, qui avait perpétré des assassinats coûtant la vie à des dizaines de dirigeants de la Force aérienne et à des pilotes.

Learn Hebrew online

Par exemple, quatre hélicoptères de l’armée de l’air se sont écrasés à Sanaa depuis que le nouveau pouvoir a pris les commandes en 2012. L’ancien Commandant de l’armée de l’air, Mohammed Saleh al-Ahmar avait refusé de céder le contrôle sans entremise internationale, que l’émissaire de l’ONU Jamal Benomar a négocié en Avril de cette année. En 2013, Ahmar a dit à Al-Saeedah que ses forces avaient dirigé plus de 800 vols de reconnaissance aérienne de la base aérienne d’Al-Anad en 2011-12, quand Al-Qaïda contrôlait le  gouvernorat d’Abyan, dans le sud.

En Juin 2012, lors d’une visite par Al-Monitor de la Brigade 21 Mika à Abyan, qui était restée sous contrôle d’Al-Qaïda depuis presque un an, plusieurs soldats ont dit que les seuls approvisionnements aériens qu’ils ont reçus ont été ceux largués par des pilotes yéménites. L’aide larguée par les forces de l’air d’Arabie Saoudite – qui officiellement ne participaient pas à la guerre contre al-Qaïda – a raté sa cible et est tombée aux mains d’al-Qaïda, en dépit de la technologie de pointe des avions saoudiens.

Les Houthis ont poussé l’armée de l’air yéménite dans le conflit politique actuel au Yémen, ce qui a non seulement conduit à une intervention militaire, mais a aussi endommagé l’appareil militaire, ses bases aériennes et les aéronefs. Pendant des années, l’Arabie saoudite et les États-Unis ont fourni des millions de dollars pour la lutte contre al-Qaïda, qui désormais ne se heurte plus à aucune opposition de toute autre unité militaire avec l’effondrement de l’armée de l’air yéménite. Al-Qaïda a donné libre cours à ses membres pour des opérations de contrôle de régions très importantes, sans aucune résistance. La prise du  gouvernorat de Hadramaout le 3 Avril en témoigne.

Loading...

MiG-21 de l’armée de l’air du Yémen et un hélicoptère Mil Mi-17 sur une base près de l’aéroport international de Sanaa le 28 mars March 2015. (photo by REUTERS/Khaled Abdullah)

Farea al-Muslimi – Source al Monitor – 29 avril 2015
Traduction Europe Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *