toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Iran: L’Ayatollah Ali Khamenei, a accusé les Etats-Unis d’avoir orchestré la guerre au Yémen


Iran: L’Ayatollah Ali Khamenei, a accusé les Etats-Unis d’avoir orchestré la guerre au Yémen

Barack Obama s’est employé à rassurer les monarchies du Golfe inquiètes de l’influence croissante de l’Iran.

Le chef suprême iranien a accusé samedi les Etats-Unis de s’occuper du golfe Persique uniquement pour ses propres intérêts, les exhortant à retirer leurs forces rapidement, a rapporté dimanche l’agence Fars.

« La sécurité du Golfe Persique est liée aux pays de la région qui partagent des intérêts communs et non les États-Unis, » a déclaré l’ayatollah Ali Khamenei aux responsables, selon l’agence de presse semi-officielle Fars. « Par conséquent, la sécurité du Golfe Persique devrait être maintenue par les pays de cette région », a-t-il conclu.

Le président américain Barack Obama a accueilli les dirigeants arabes à Camp David pour apaiser leurs préoccupations en matière de sécurité, et des pourparlers nucléaires entre les négociateurs iraniens et les six puissances mondiales conclus à Vienne.

Khamenei a également affirmé que l’influence américaine dans la région mènerait à l’instabilité et par conséquent à l’insécurité, et accusé Washington d’avoir orchestré la guerre au Yémen.

Par ailleurs, jeudi, une patrouille navale iranienne a tiré sur un pétrolier commercial battant pavillon de Singapour dans le golfe Persique, après que l’Iran a détenu un cargo battant pavillon des îles Marshall pendant plus d’une semaine sur une allégation de dette du navire marchand envers la république islamique.

Les forces navales des États-Unis ont récemment envoyé des navires commerciaux battant pavillon américain dans le détroit d’Ormuz.

En avril, un convoi de cargos iraniens qui se dirigeait vers le Yémen, éventuellement avec des armes sophistiquées destinées aux rebelles Houthi, a fait demi-tour après que les États-Unis ont envoyé un porte-avions pour surveiller les mouvements des navires iraniens dans la région.

Barack Obama s’est employé jeudi à rassurer les monarchies du Golfe inquiètes de l’influence croissante de l’Iran, à l’occasion d’un sommet à Camp David qui s’est conclu sur des déclarations de principes mais peu d’engagements concrets.

Réaffirmant « l’engagement inébranlable » des Etats-Unis envers ses partenaires arabes, le président américain a souligné que son pays était prêt à aider à répondre à « toute menace extérieure » contre leur intégrité territoriale. Dans un communiqué, les Etats-Unis et les six pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) ont par ailleurs dénoncé les « activités déstabilisatrices de l’Iran » au Moyen-Orient.

La conférence de presse de M. Obama dans la résidence présidentielle située en pleine forêt, à une centaine de kilomètres au nord de Washington, pourrait cependant être insuffisante pour dissiper la méfiance des monarchies vis-à-vis de la stratégie américaine envers Téhéran.

La conclusion de l’accord sur le nucléaire iranien, qui doit être finalisé d’ici fin juin, a été érigée en priorité par le président américain.

Mais en négociant avec l’Iran chiite, il a froissé les monarchies sunnites du Golfe qui redoutent que la République islamique, très active dans la région, du Yémen à la Syrie, soit de plus en plus considérée comme un interlocuteur légitime.

Mais la perspective — dans le cadre de l’accord — d’une levée des sanctions qui étranglent l’économie iranienne inquiète vivement les pays du Golfe. Ces derniers redoutent que cette manne financière ne fasse que renforcer l’interventionnisme de Téhéran dans la région, à l’image de son soutien aux rebelles chiites houthis au Yémen.

Washington martèle depuis plusieurs mois que l’accord sur le nucléaire iranien permettra de supprimer l’une des principales menaces à la sécurité de cette région et qu’il ne s’agit pas « d’un rapprochement plus large » avec la République islamique. Le président américain a d’ailleurs tenu à souligner qu’apaiser les tensions dans la région passerait à terme par « un dialogue plus large incluant l’Iran et ses voisins du Golfe ».

« L’objectif d’une coopération sur le sécurité n’est pas de perpétuer une confrontation sur le long terme avec l’Iran ou même de marginaliser l’Iran », a-t-il souligné.

Le président américain a, au contraire, jugé que le renforcement des capacités des monarchies du Golfe pourrait leur permettre de faire face à l’Iran dans une position « de confiance et de force ».

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap