toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

En Allemagne, les visites éducatives des camps de concentration ne sont pas obligatoires pour certains élèves


En Allemagne, les visites éducatives des camps de concentration ne sont pas obligatoires pour certains élèves

Un député bavarois ne souhaite pas imposer ces visites aux élèves musulmans ni à ceux inscrits dans des établissements spécialisés. Trois arguments assez surprenants sont évoqués pour justifier cette exception.

Durant leur scolarité, les lycéens bavarois sont tenus de visiter un ancien camp de concentration ou un centre de documentation sur le nazisme en approfondissement du programme scolaire consacré à l’étude du Troisième Reich et de l’Holocauste. Une obligation assez rare en Allemagne, la plupart des Länder se contentant de conseiller ce type de sortie scolaire, mais qui ne vaut pas pour tous les élèves.

C’est pour cela que, début mai, le député bavarois Günther Felbinger, membre du petit parti Freie Wähler («Électeurs libres»), a proposé d’étendre cette obligation à tous les élèves de Bavière. L’objectif: que les jeunes inscrits dans des filières d’enseignement technique ou que ceux qui fréquentent des établissements spécialisés en raison de leurs difficultés d’apprentissage puissent eux aussi prendre conscience de l’horreur de l’Holocauste en se rendant dans un de ces lieux de mémoire.

Cette idée de visite obligatoire d’un ancien camp de concentration à été lancée à l’origine par le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster. Comme il l’expliquait début 2015 au quotidien Neue Osnabrücker Zeitung, «la théorie et les cours, c’est une chose, l’expérience concrète sur place, appréhender de façon plastique, c’en est une autre».

1 – Enfants de réfugiés disposant de papiers allemands  seraient non-concernés par l’histoire de l’Europe.
Mais le parlement de Bavière, tenu par la très conservatrice CSU, la branche bavaroise de la CDU, a rejeté la proposition du député avec des arguments pour le moins troublants, rapporte le quotidien bavarois Main Post. Le député CSU Klaus Steiner a ainsi argué que parmi les élèves qui fréquentent une «Mittelschule», un type d’établissement scolaire destiné aux élèves qui envisagent des études courtes, se trouvent de nombreux enfants de réfugiés et de migrants, ce qui selon lui pose problème :

«Parmi eux se trouvent de très nombreux enfants issus de familles musulmanes, qui n’ont aucun rapport avec notre passé. Nous devons aborder ce sujet avec prudence avec ces enfants.»

2 – Certains évoquent un inaptitude intellectuelle à visiter un ancien camp

À ses yeux, les élèves inscrits dans un établissement spécialisé ne constituent, eux non plus, un public apte à visiter un ancien camp de concentration :
«Une approche attentive est nécessaire, surtout vis-à-vis des élèves qui souffrent d’un handicap cognitif et émotionnel.»
«L’époque nazie est-elle trop compliquée ?» s’interroge le quotidien bavarois Augsburger Allgemeine, faisant écho aux réactions des députés de l’opposition. Gisela Sengl, députée verte au parlement bavarois, estime par exemple que, «pour comprendre les atrocités qui ont été commises durant l’époque nazie, on n’a pas besoin d’avoir un certain QI».
Pour comprendre les atrocités qui ont été commises durant l’époque nazie, on n’a pas besoin d’avoir un certain QI.

3 – Les musulmans ne sont pas concernés
Günther Felbinger, députée verte au parlement bavarois, a également qualifié de non-sens l’argument de Klaus Steiner selon lequel il ne faudrait pas imposer ces visites aux élèves musulmans, soulignant que «les enfants musulmans doivent aux aussi se confronter à l’histoire allemande».
Bien que le Troisième Reich occupe toujours une place centrale en cours d’histoire dans les lycées allemands, la visite d’un ancien camp de concentration ne semble plus aller de soi. En 2012, le quotidien berlinois Der Tagesspiegel rapportait ainsi que le nombre de groupes d’élèves visitant le camp de concentration d’Oranienbourg, situé au nord de Berlin, s’était réduit de moitié entre 2007 et 2011.

La question que soulève ce type d’exception indique que beaucoup d’Européens considèrent un musulman comme un étranger et que l’histoire de l’Europe ne le concerne pas. Cela sous entend qu’il n’a pas à se pencher sur l’histoire des locaux puisqu’il devrait un jour rentrer « chez lui ».

Source: Slate.fr





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “En Allemagne, les visites éducatives des camps de concentration ne sont pas obligatoires pour certains élèves

    1. Pinhas

      Ainsi ces musulmenteurs pourront toujours se persuader que les camps de la mort n’ont jamais existé .

      Qu’on les y traine de force ces salauds adorateurs d’hitler .

    2. MOLIERE

      Puis qu’il devrait un jour rentrer chez lui ? Tu crois au père noel , tu es bien naïf mon garçon . Ils s’accrochent avec leurs griffes et leurs dents ici , c’est pas demain qu’ils foutront le camps . Tu n’as cas ouvrir les yeux et regarder l’invasion actuelle .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *