toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Camp David : L’Arabie Saoudite Snobe le Sommet américain sur l’Iran


Camp David : L’Arabie Saoudite Snobe le Sommet américain sur l’Iran

Netanyahu a bravé Obama par un discours au Congrès. Le Roi Salman l’insulte par une rebuffade royale, tout simplement.

Salman, le nouveau roi d’Arabie saoudite manifeste son irritation face à l’empressement du président Barack Obama de coopérer avec l’Iran sur son programme nucléaire et  snobe un sommet aux Etats-Unis en envoyant son prince héritier à sa place.

La monarchie a expliqué dans une annonce inattendue, que le roi Salman n’assistera pas à la réunion prévue à Camp David, parce qu’il est trop occupé avec la crise au Yémen.

La version officielle est que le roi ne peut assister « en raison du calendrier du sommet, de l’accord de cessez-le-feu humanitaire prévu au Yémen et de l’ouverture du Centre d’aide humanitaire du roi Salman. »

Deux jours plus tôt, la Maison Blanche s’était félicitée de la réunion prévue entre le président Barack Obama et le roi Salman comme un lieu « pour renforcer leurs consultations étroites. »

Des consultations étroites?

Depuis que le roi Salman est monté sur le trône en Janvier après la mort du roi Abdullah, il y a eu des changements drastiques dans l’attitude publique de Riyad. Ouvertement le royaume a montré son opposition à Obama et aux autres membres du P5 + 1 favorables à un accord avec l’Iran sur son développement nucléaire comme si c’était une fin en soi au lieu de chercher un moyen de mettre un terme à la menace nucléaire de l’Iran.

Le royaume a également une peur bleue du désir évident de l’Iran de dominer l’ensemble du Moyen-Orient.

L’Arabie Saoudite et Israël sont en phase et ont la même lecture de la question. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou est allé à Washington pour prêcher son évangile  contre toute confiance accordée à l’Iran et le président Obama a refusé de le rencontrer au prétexte que ce discours était deux semaines avant les élections générales en Israël.

Obama avait hâte de rencontrer le roi Salman, une nouvelle occasion de montrer comment il peut continuer à avancer sur une voie à sens unique avec l’Iran tout en introduisant un passager dans l’autre sens.

Le Roi Salman, comme le Premier ministre Netanyahu, ne fait pas de gesticulation politique comme Obama.

Certains analystes maintiennent que l’absence du roi au sommet n’est pas un « camouflet » pour Obama et que la crise au Yémen est plus urgente.

Mais le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait rencontré le roi Salman jeudi et avait dit, « Je vous verrai la semaine prochaine. » Kerry était aussi avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Juber lorsque le cessez-le-feu au Yémen a été annoncé.

Le vendredi, l’Arabie saoudite a envoyé des signaux qu’il n’était pas certain que le roi Salman arriverait, et le royaume a confirmé l’absence du roi, le samedi.

L’administration Obama répète que c’est comme d’habitude avec l’Arabie saoudite et que la relation est aussi forte que par le passé, tout comme elle assure toujours Netanyahu de «lien indissoluble» de Washington avec Israël alors qu’elle marche avec l’Iran en direction de l’arme nucléaire.

Le Washington Post a cité une source du Département d’État: « Ils n’ont pas voulu faire un camouflet. Ils ne cherchaient pas à envoyer un message « .

Le journal a également cité le professeur Jean-François Seznec du centre d’Etudes Internationales Johns Hopkins : « Je ne pense pas que ce soit un camouflet. Je pense par contre que c’est la preuve que les Saoudiens veulent des pourparlers sur le fond « .

Bien. Ce n’est pas un camouflet. En langage diplomatique, c’est « un message que nous ne sommes pas satisfaits d’Obama. »

En d’autres termes, un camouflet. Ou sinon, un crachat au visage.

Ou comme l’a dit Jon Alterman, directeur du programme Moyen-Orient au Centre d’études stratégiques et internationales à Washington. « La décision du roi suggère que, malgré tout, sont temps est plus précieux ailleurs. »

En d’autres termes, un camouflet pour signifier au Président Obama que le Premier Ministre Netanyahu n’est pas seul.

Alors qui vient à la réunion de Camp David outre le prince héritier d’Arabie saoudite?

Outre L’Arabie saoudite, il y a cinq autres états du Golfe et seuls deux envoient un roi. Deux monarques du Golfe ne sont pas en bonne santé. Le troisième c’est le Koweït, mais son roi, comme le roi Salman, envoie son prince héritier.

L’absence de Salman pourrait être considérée comme un pied de nez à l’administration Obama, a déclaré Jon Alterman.

Dans l’un des sous-entendus de l’année, Bloomberg News a cité Mustafa Alani, analyste au Centre de recherche du Golfe à Genève, qui a dit que « après six ans de promesses vides, d’hésitation et d’indécision » d’Obama, les Etats du Golfe ont un « très profond manque de confiance » dans son administration.

Hosni Moubarak a appris ce que cela signifie d’avoir des amis comme le président Obama, qui était à genoux devant les Frères musulmans avant de tourner le dos au parti politique quand il a finalement réalisé que c’était une organisation terroriste.

Netanyahou sait exactement comment Obama s’embrouille quand il assimile les intérêts de sécurité israéliens avec ceux de l’Amérique. L’Arabie Saoudite sait quelle confiance elle peut accorder à Washington quant à sa décision de bombarder la Syrie en raison de son utilisation d’armes chimiques.

Oui. Obama a reculé en déclarant que le régime d’Assad avait renoncé à ses armes chimiques, ce qui n’explique pas vraiment la révélation de la semaine dernière d’une attaque aux armes chimiques contre les bastions rebelles.

La Maison Blanche avait annoncé, le 17 avril dernier que le président Obama « accueillera les dirigeants des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à la Maison Blanche le 13 mai et à Camp David, le 14 du même mois ».

Dans un communiqué, elle avait déclaré que la réunion « sera l’occasion de discuter des moyens de renforcer le partenariat entre les deux parties et d’approfondir la coopération en matière de sécurité. »

Image à la Une : Netanyahu et Salman, le roi d’Arabie Saoudite.

Source : The Jewish Press – 11 mai 2015 – Par Tzvi Ben-Gedalyahu

Traduction Europe Israël
© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Camp David : L’Arabie Saoudite Snobe le Sommet américain sur l’Iran

    1. michel boissonneault

      les saoudiens font bien de ne pas approuver le rapprochement de l’iran avec l’occident car lorsque l’iran aura la bombe atomique , Israel sera viser mais l’arabie saoudit aussi sera viser

    2. Aude

      D’ou l’on peut prevoir in fine a un renversement des alliances, meme secret,’ ce qui est tres souhaitable

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap