toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Quarante ans après sa mort tragique, Mike Brant reste une icône


Quarante ans après sa mort tragique, Mike Brant reste une icône

Quarante ans après sa mort tragique à l’âge de 28 ans, le chanteur israélien est une icône. Nous sommes partis sur les lieux de son enfance.

« Une si grande carrière dans une si petite valise. » L’histoire de Mike Brant pourrait finir par cette phrase de son frère Zvi, recueillie chez lui à Tel-Aviv. Et commencer par « Il était une fois » tant la vie du chanteur israélien fut romanesque.

Quarante ans après la disparition de cette étoile filante — cinq ans de carrière et 35 millions de disques vendus ! –, on chante encore « Laisse-moi t’aimer », « C’est ma prière », « Qui saura »… On n’a pas non plus oublié sa mystérieuse chute mortelle à 28 ans, le 25 avril 1975 à Paris.

Quarantième anniversaire oblige, une biographie officielle, deux disques et bientôt un film nous rappellent que Mike Brant était aussi Moshé Brand, nés de parents rescapés de l’Holocauste, bébé muet, enfant modeste, dont la carrière française fut lancée par Sylvie Vartan à… Téhéran. Pour (re)découvrir l’homme derrière la star, nous sommes partis en Israël, où il a grandi et repose, avec le ténor Amaury Vassili, qui lui rend hommage et connaît un beau succès, et le meilleur guide qui soit, Zvi Brant, frère aimé et aimant qui veille sur ses reliques et sa mémoire. Un voyage plein d’émotions et de surprises.

Zvi Brant : « Le showbiz a tué mon frère »

Le 25 avril 1975, à 11 h 4, Mike Brant chute du 6e étage de l’immeuble du 6, rue Erlanger, dans le XVIe arrondissement de Paris. Grièvement blessé à la tête, il décède avant d’arriver à l’hôpital. La fin tragique de la star israélienne en pleine gloire excite l’imagination. On parle d’espionnage avec le Mossad, les services secrets israéliens, de trafic d’œuvres d’art, de drogue, de meurtre… Le mystère est relancé deux ans plus tard après la mort par balles de son producteur, Simon Wajntrob, puis de son secrétaire particulier, Alain Krief, qui se jette sous le métro. « Beaucoup de questions restent sans réponse, estime encore aujourd’hui Zvi Brant, son frère. Mais, pour moi, comme pour ma mère, il s’est suicidé. »

« Lorsque je lui ai appris sa mort, ma mère a répété plusieurs fois : Ils ont tué Moshé. Elle voulait dire : Le showbiz l’a tué. Il avait déjà fait une tentative en se jetant de la chambre d’hôtel de Genève où il se reposait en novembre 1974. Il s’en était tiré miraculeusement. Mais son entourage professionnel lui mettait une telle pression… Et Mike était un lion de cristal, très fort en apparence mais très fragile à l’intérieur. »

Les fans rencontrés à Haïfa sont partagés. « Il a passé sa dernière nuit chez une amie et a répondu à un appel téléphonique qui était destiné à cette femme mais dont personne ne connaît l’interlocuteur », s’interroge Jacob, 52 ans. « Quelqu’un l’a poussé, assure Mika. Son succès suscitait des jalousies. » Marceli a « des soupçons » : « Une scientifique de l’université d’Haïfa a calculé qu’avec la trajectoire de sa chute, il n’a pu qu’être poussé, témoigne-t-elle. A la fin, il était mal entouré et voulait retravailler avec l’équipe qui l’avait découvert… »

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Quarante ans après sa mort tragique, Mike Brant reste une icône

    1. Jacques

      Mon « chanteur préféré » quand j’étais gamin… quelle fin tragique. Ce n’est que récemment que j’ai appris qu’il était israélien, qu’il ne parlait pas le français et qu’il chantait dans notre langue uniquement sur des bases phonétiques.

    2. sarah

      C’était le chanteur préféré de ma tante. Elle l’écoutait tellement quand j’étais enfant puis adolescente que j’ai beaucoup de mélodies de ses chansons dans ma tête.

    3. français pas naif

      Mike BRANT , Quel beau et bon chanteur !. C’etait un belle personne, qui méritait de vivre. Moi, je ne crois pas au suicide. Ce Simon n’était pas net. J’avais 15 ans quand j’ai lu une biographie sur lui : je savais qu’il est né de parents ayant subi l’holocauste’, dans un camp de « réfugié » à Chypre et qu’il était muet dans sa jeune enfance.
      Il rentre dans mon panel de chanteurs préférés, d’origine juive, qui apportent beaucoup au niveau musical : Jean Ferrat, Michel Berger , Jean – Jacques Goldman, Patrick Bruel.
      Ses chansons sont inoubliables et intemporelles. J’espère qu’il est heureux la haut et qui intercède pour protéger Israël lui qui est venu soutenir les soldats israéliens pendant la guerre des 6 jours.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap