toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Livre : « Faut-il quitter Marseille ? » Marseille préfigure-t-elle la France ?


Livre : « Faut-il quitter Marseille ? » Marseille préfigure-t-elle la France ?

Présentation de l’éditeur:
  • José D’Arrigo a consacré un an à rencontrer des habitants de Marseille, de tous horizons, tous âges, toutes confessions, toutes professions. Les Marseillais sont angoissés. Ils ont le sentiment que leur ville est en train de partir en « biberine » comme on dit sur le Vieux Port. Depuis quarante ou cinquante ans, ils hurlent dans le désert. Insécurité, immigration, chômage, pauvreté, saleté, trafics : les politiques promettent de se saisir de ces problèmes récurrents pour mieux éviter de les résoudre. La ville s’enlise, elle perd pied, mais selon José D’Arrigo, le naufrage serait non seulement spectaculaire mais probablement contagieux. Pour la première fois de leur vie, un très grand nombre de Marseillais se demandent si, la mort dans l’âme, ils ne vont pas quitter Marseille.
           José d’Arrigo a travaillé longtemps au Méridional et comme correspondant du Figaro et du Dauphiné libéré.
  • Le 9 février 2015, le jour de la venue du premier ministre Manuel Valls, les policiers ont été accueillis à la cité de la Castellane par des rafales de kalachnikov. Mauvais concours de circonstances ? Malheureux événement isolé ? José D’Arrigo a passé plus d’un an à interroger des marseillais de toutes origines, de toutes confessions et de tous bords politiques pour se faire une idée du climat réel de cette ville, une idée plus précise que celle que « vendent » à longueur de journées sondeurs et autres responsables politiques adeptes de la stratégie de l’autruche.
Qu’en retire-t-il ? L’image d’une ville défaite, rongée par le clientélisme et submergée par le chômage.

Non, à Marseille, les communautés ne vivent pas « ensemble ». Elles sont désormais dos à dos. Non, Marseille ce n’est pas la « douceur du sud ». Mais plutôt la capitale de la peur.

Cette peur que ressentent les policiers dans les cités dites « réfractaires », cette peur qui hante les marins-pompiers régulièrement visés par des snipers lorsqu’ils interviennent sur les feux de poubelles, la peur des parents qui ne pourront plus transmettre à leurs enfants leur patrimoine immobilier qui ne vaut plus grand chose ou encore cette peur qui des jeunes filles qui se font insulter quand elles osent porter une jupe dans certains quartiers. Enfin et surtout, cette peur des émeutes qui tétanise les élus et cette peur ultime qui assaille les journalistes : la peur de la vérité. Bienvenue à Marseille.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Livre : « Faut-il quitter Marseille ? » Marseille préfigure-t-elle la France ?

    1. Laurence

      Toujours s’en prendre à Marseille , aller à Paris , Nice , Lyon pour parler des des principales villes et vous y verrez la peur des habitants
      A Marseille vous allez dans tous les quartiers, je ne vois pas où est le problème ?
      Ca suffit de donner une mauvaise image de Marseille , c’est pas plus criminel et ça craint (comme on dit) pas plus que Paris , New York, Londres etc …

    2. Amouyal

      Celui qui ecrit cela ne connait pas le 93, le nord de paris ou certains quartiers de lyon, et je prefere m arreter la ! Sorti de la propagande des bobo journaleux , chaque français connait la realité

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *