toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Pakistan a annoncé qu’il allait rejoindre l’opération saoudienne au Yémen


Le Pakistan a annoncé qu’il allait rejoindre l’opération saoudienne au Yémen

Islamabad a de bonnes raisons de rejoindre la coalition, mais certains redoutent une dispersion de l’armée

Au cinquième jour des bombardements saoudiens contre les insurgés houthis au Yémen, la Ligue arabe a décidé en Egypte de créer une force militaire arabe conjointe. Toutefois, selon les analystes, l’établissement d’une telle force pourrait prendre des mois. Les Saoudiens semblent néanmoins déterminés cette fois-ci, allant jusqu’à diriger une coalition composée de 10 membres qui mèneront des frappes aériennes « jusqu’à ce que la milice (houthie) se retire et abandonne ses armes ». Alors que tous les partenaires de la coalition sont des pays arabes sunnites, les Saoudiens ont également enrôlé le Pakistan, un pays non-arabe à majorité sunnite.

Le Parlement pakistanais se réunit pour une rare session conjointe lundi afin de débattre de la demande de l’Arabie saoudite de se joindre à la coalition militaire arabe cherchant à écraser la révolte qui fait rage au Yémen.

Loading...

Le gouvernement a affirmé jusqu’alors qu’il n’avait pas encore envisagé l’envoi de troupes à la zone de conflit, mais qu’il ferait face à toute menace à « l’intégrité territoriale » de l’Arabie saoudite.

Cela n’a rien de surprenant. Le royaume d’Arabie saoudite et le Pakistan partagent une relation chaleureuse. Leur coopération militaire, qui a commencé dans les années 1960, les a mené à combattre ensemble en 1969, dans un théâtre de guerre commun. Ils ont repoussé une incursion sud-yéménite à la frontière sud de l’Arabie saoudite en 1969. Au cours des années 1970 et 1980, jusqu’à 15.000 soldats pakistanais ont été déployés dans tout le royaume. Pendant la guerre du Golfe de 1990-1991, le Pakistan a envoyé des troupes pour protéger son territoire. Il continue de fournir un important soutien pour former l’armée saoudienne et a régulièrement vendu des armes légères aux Saoudiens. Il est largement admis que les deux pays ont une entente nucléaire qui prévoit que le Pakistan fournisse un parapluie nucléaire au royaume.

Lors du « djihad » afghan contre l’Union soviétique, les Saoudiens ont versé des milliards au Pakistan en tant qu’Etat frontalier, et l’Arabie Saoudite est par la suite devenue un des trois seuls pays à reconnaître le gouvernement des talibans en Afghanistan. Selon l’analyste saoudien Madawi Al Rasheed, l’alliance avec le Pakistan a aidé l’Arabie Saoudite à promouvoir l’identité islamique plutôt que le nationalisme arabe. Plus récemment, des agents de sécurité pakistanais ont aidé la famille royale du Bahreïn à mettre fin au soulèvement populaire dans le pays.

Après son ambivalence initiale, le Pakistan a annoncé qu’il allait rejoindre l’opération saoudienne au Yémen. Plusieurs raisons ont motivé les dirigeants et l’armée pakistanaise à prendre cette décision.

Le Premier ministre, Nawaz Sharif, est redevable à la famille royale saoudienne. Lorsque son deuxième mandat de Premier ministre a pris fin par un coup d’Etat militaire en 1999, il s’est exilé en Arabie Saoudite. L’armée pakistanaise, qui décide généralement de la politique étrangère du pays, a une relation houleuse avec les Etats-Unis quant à son rôle dans la guerre contre le terrorisme, luttant contre l’insurrection des talibans en Afghanistan. Maintenant que les Américains se sont engagés à conserver des troupes en Afghanistan, la demande de l’Arabie semble être arrivée à un moment opportun, alors que les fonds saoudiens en échange d’une aide militaire pakistanaise sont plus attrayants que jamais.

L’Arabie Saoudite a prêté l’an dernier 1,5 milliard de dollars au Pakistan pour aider Islamabad à payer ses dettes et pour entreprendre des projets d’infrastructure indispensables. Les investissements saoudiens ainsi que l’envoi de 1,5 million de travailleurs pakistanais en Arabie Saoudite sont plus que nécessaires au Pakistan.

Learn Hebrew online

C’est une relation client-patron parfaite, au sein de laquelle les Saoudiens sont les plus à l’aise, selon les analystes.

Pour les Saoudiens comme pour les Pakistanais, cette collaboration peut être l’occasion de snober les États-Unis. Le Pakistan trouvera moins difficile de stationner des troupes sur le sol saoudien que dans un pays non-musulman. De plus, les différences de vues et les tensions entre les pays arabes, qui risquent de rendre la coalition fragile, pourraient être réduites avec l’inclusion du Pakistan. Si des troupes au sol doivent être déployées au Yémen, le Pakistan pourra les fournir. Enfin, avec une plus grande implication pakistanaise, les dommages collatéraux causés à d’autres Arabes pourront être attribués à Islamabad, ce qui constitue un élément fort utile pour garder l’opinion publique arabe en faveur des Saoudiens.

Les Pakistanais avec qui j’ai parlé ne sont pas en faveur de la décision de leur gouvernement. Ils ne veulent pas se laisser entraîner dans la rivalité entre l’Arabie et l’Iran, qui est au cœur des conflits dans la région.

Loading...

L’Iran a une frontière commune avec le Pakistan; on peut ainsi s’attendre à ce que Téhéran laissera faire la coalition alors que son voisin participe à des opérations qui visent ses protégés, les Houthis, et qui en bout de ligne la vise également.

Beaucoup de Pakistanais libéraux sont mal à l’aise avec le fait que depuis un certain temps, le Pakistan est l’objet d’un processus d’arabisation, une évolution que beaucoup appellent cyniquement “Al Bakistan”. Un vaste réseau de mosquées et de madrassahs (écoles, ndlr), dont au moins 50% sont financées par les Saoudiens, fait la promotion de l’islam wahhabite, conduisant au radicalisme religieux, au terrorisme et aux conflits sectaires. La violence contre les chiites, qui forment 20% de la population, et d’autres minorités religieuses a augmenté, coûtant des milliers de vies.

Après les bombardements de l’école en décembre, les liens que le pays entretient avec les Saoudiens ont été vivement critiqués. L’armée pakistanaise se bat contre les terroristes au sein de son propre territoire d’une part, et contre des insurrections comme les Baloutches de l’autre. Rejoindre les opérations au Yémen va encore davantage diluer le combat de l’armée dans sa propre guerre contre les terroristes au Pakistan.

Le principal parti d’opposition de l’ancien joueur de cricket, Imran Khan, a mis en garde le gouvernement contre l’adhésion à la coalition. La participation a également été dénoncée dans des éditoriaux pakistanais et dans la société civile.

Dorénavant, l’armée pakistanaise jouant un rôle au Moyen-Orient, on peut s’attendre à une augmentation des fonds saoudiens et à une plus grande ingérence iranienne au Pakistan, ce qui mènera à plus de chaos, à plus de violence sectaire et à des groupes terroristes renforcés.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Le Pakistan a annoncé qu’il allait rejoindre l’opération saoudienne au Yémen

    1. Moshé_007

      Et voilà que l’Iran vient de rétrécir de 90% de sa taille !

      Tout petit petit l’Iran, cette Iran qui massacre les sunnites du sud-est iranien, cette Iran qui finance les frères musulmans et qui depuis quelques mois soutient ceux qui menacent l’Arabie Saoudite à sa frontière !!

      Parallèlement, Israël ressert ses liens avec le Pakistan, à nouveau, plusieurs dizaines de conseillers militaires israéliens ont été cordialement invités par les militaires pakistanais, sans parler des livraisons de matériels électroniques très sensibles pour les mollahs.

      A nouveau ce qu’obama a comploté pendant des années se réduit en peau de chagrin en quelques semaines, un peu comme ses efforts pour mettre en place les frérots en Egypte qui n’ont duré que le temps d’être jetés aux ordures !

      Je me répète, plus ce crétin veut nuire à Israël, plus il renforce Israël !

      Bravo Bibi et à tous les stratèges de l’ombre israéliens !!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *