toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La fille de Göring déboutée par la justice allemande


La fille de Göring déboutée par la justice allemande

Elle ne voulait pas tout récupérer, simplement de quoi «vivre dignement». Edda Göring, la fille unique du bras droit d’Adolf Hitler, a été déboutée par la justice allemande à qui elle demandait à ce qu’une partie de la fortune de son père lui soit restituée. Le Parlement bavarois lui a refusé cette requête, 67 ans après que l’Etat allemand a confisqué les biens et avoirs d’Hermann Göring, composés notamment d’œuvres d’art volées avant et durant la Seconde guerre mondiale. Dans sa collection estimée à quelque 200 millions de dollars se trouvaient quelques 3.000 peintures, dont la «Madonne à l’enfant», un tableau qu’Edda Göring avait tenté de récupérer par le passé en assurant qu’il lui avait été offert à l’occasion de son baptême. En 1968, la justice allemande avait déjà refusé une telle demande, formulée 15 ans auparavant par la mère d’Edda Göring.

Edda Göring dans les bras de sa mère avec son parrain Adolf Hitler, en novembre 1938 lors de son baptême.

Edda Göring, qui n’a jamais publiquement critiqué son père ni ses actions, mène une vie tranquille à Munich, se souvenant davantage d’un «père aimant» que du bras droit d’Hitler. Née en 1938, du second mariage d’Hermann Göring, Edda avait pour parrain Adolf Hitler lui-même, qui avait assisté aux noces de ses parents en 1935, et lui avait offert sa tenue de baptême, rebrodée de croix gammées. Après avoir passé les premières années de sa vie dans les confortables résidences réservées aux haut-dignitaires nazis, Edda Göring a vécu avec sa mère dans un petit appartement de la capitale bavaroise. Son père est mort lorsqu’elle avait huit ans, se suicidant à la veille de son exécution à l’issue des procès de Nuremberg, en 1946. Elle avait pu lui rendre visite à plusieurs reprises en prison, et échangé des lettres avec lui.

Loading...

En 1939, Edda Göring entourée de ses parents

Pilote durant la Première guerre mondiale, Hermann Göring avait promis à Adolf Hitler une défaite de la Grande-Bretagne rapide. Face à son échec, rappelle le «Telegraph», Göring avait déclenché le blitz contre la capitale Londres.
En février 2012, la justice allemande avait saisi 1406 chefs d’œuvre volés par les nazis à des propriétaires juifs, retrouvés au domicile munichois de Cornelius Gurlitt, un vieil homme de 79 ans. Il les avait héritées de son père, chargé par le ministère de la propagande de revendre les tableaux saisis dans le cadre de la chasse à l’«art dégénéré» menée par Joseph Goebbels. Hildebrand Gurlitt avait échappé à des poursuites judiciaires, mais s’était gardé d’avouer aux autorités qu’il possédait encore plus de mille tableaux. Certains avaient été revendus au fil des années, lorsque Cornelius Gurlitt venait à manquer d’argent. Le septuagénaire avait même, en toute discrétion, passé un accord avec le descendant d’un propriétaire spolié lorsqu’il avait appris l’existence de la vente d’une œuvre volée.
Depuis la mort de Cornelius Gurlitt, qui n’avait pas d’héritier, plus de 200 demandes de restitution ont été formulées. Des accords sur la restitution de tableaux ont déjà été signés avec les descendants de propriétaires spoliés.

Image à la Une : Edda Göring et sa mère recevant une lettre d’Hermann Göring, emprisonné, en 1946.

By 

SOURCE







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “La fille de Göring déboutée par la justice allemande

    1. Alauda

      Sans aucune honte, cette Edda Göring avait relancé un procès pour récupérer un Cranach l’Ancien (rendu au Wallraf-Richartz-Museum, semble-t-il), pour tirer de sa vente de quoi «vivre dignement» !

      Pas un mot de regret, rien. C’est lamentable, insensé, sidérant. Dans quelle boue a-t-elle été baptisée celle-là, la fille de Bavière ?

      Le visage de son père hilare de cruauté sur les bancs du Tribunal de Nuremberg avec 200 autres.
      Puis, la mafia de la grande fuite organisée de 100 000 nazis, « la route des rats ». Faux passeport « apatride », filière n°1 Vatican : Alois Hudal, évêque catholique autrichien. (Histoire interdite, 8, maintenant)

      J »ai vu beaucoup de plaques commémoratives sur des façades dans la ville de mes études. Dans les années 90, il était difficile à un étudiant d’histoire de faire des recherches sur les spoliations des juifs au motif que des acteurs étaient encore vivants.

      Sur le plus grand monument religieux de la ville, l’allégorie sculptée d’une synagogue voilée : qui se voile les yeux ? Et dans les greniers du musée principal de la ville, une série de grandes toiles peintes à la détrempe sur chanvre pour un hospice entre 1460 et 1550. Une scène sur l’une d’entre elles montre un pogrom. En vérité, cette toile devrait être offerte à Israël, en mémoire de ceux qui ont souffert parce que juifs dans ma région.

    2. robert davis

      Ben voyons : à quoi sert de massacrer des gens pour les voler si on ne peut …même pas récupérer le butin…la grosse greta ne peut-elle pas travailler dans une des ex usines de son assassin de père?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *