toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jérusalem-Est n’existe pas


Jérusalem-Est n’existe pas

 

Les nouvelles provenant de la capitale d’Israël sont régulièrement décrits comme étant de Jérusalem-Est, la partie arabe de Jérusalem-Est, ou en Jérusalem-Est arabe occupée par Israël ( notre préférée). Ceci est pris pour acquis par la plupart des gens qui se disent, « pourquoi ne pas nommer ainsi Jérusalem-Est ? »
La réponse est simple: Jérusalem-Est est un mythe moderne dénoué de tout fondement historique.

D’où vient le mythe de «l’Est» de Jérusalem ?

Nous savons déjà que la plupart des parties de Jérusalem n’ont même jamais été considérées comme faisant partie de la ville  comme décrit dans la partie 1 , nous allons donc examiner comment avait été lancé le terme Jérusalem «Est».

Naissance du terme :  Jérusalem «Est»

C’est en fait assez simple et relativement bien connu: De 1948 à 1967 la ville de Jérusalem a été divisée pour la première fois de son histoire. Non seulement divisée, mais la conquête arabe a apporté avec elle une destruction de vies juives et de leurs lieux saints à un niveau inégalé dans la ville depuis les Croisades.
Les émeutes dans la ville ont fait se sont soldées des morts et des blessés chez les Juifs, mais les sionistes ont opposé une résistance et finalement les Britanniques ont réussi à apaiser la violence … il se trouve qu’après l’avoir fait et tout en reconnaissant que les émeutes étaient simplement des pogroms arabes contre les Juifs , les Britanniques ont choisi d’apaiser les Arabes et de punir les victimes en limitant les droits des Juifs et les quotas d’immigration.
Sous Occupation jordanienne, la ville n’a pas été la capitale (elle n »était la « deuxième capitale » que de nom, aucun bureau administratif n’y avait été transféré ni créé) et tandis que les pèlerins musulmans ont continué à y aller – contrairement aux Juifs qui en ont été empêchés par la loi – les plus importants chefs religieux et politiques musulmans ont ignoré la ville.

Fil Barbelé
Puisque Jérusalem était divisée (même si ce n’était que pour une très courte période de temps), il était nécessaire de différencier entre les deux parties et le moyen le plus simple de le faire a été en les qualifiant « Est » et « Ouest ». Et c’est ce qui a donné à penser qu’en fait c’étaient deux villes distinctes. L’idée s’est perpétuée après 1967. Dans des circonstances normales, les villes divisées une fois réunies, les gens arrêtent de se référant aux deux moitiés distinctes. Mais bien sûr, puisque les Juifs sont impliqués, le monde ne peut pas l’admettre dans le cas de Jérusalem.

La division de Jérusalem n’est qu’un instant de son histoire

La partie la plus ancienne de Jérusalem, la ville de David remonte à la période chalcolithique, il y a environ 6500 années, et bien que l’archéologie ne peut rien affirmer en termes de structure politique, il est certain qu’une telle petite colonie n’était pas divisée en deux.
Ainsi, sur une histoire longue de 6500 années, la ville de Jérusalem n’a été divisée que pendant 19 ans. C’est moins de 0,3% de son histoire! Même si vous ne comptez que 3000 ans d’existence, c’est à peine 0,6% de son histoire . Un intervalle aussi petit n’aurait même pas été inscrit dans les livres d’histoire, mais nous sommes censés accepter qu’elle doit être divisée pour l’éternité ?
Quiconque affirme Jérusalem doit être divisée doit répondre à une question simple: pourquoi une aberration qui n’a duré que 19 ans devrait être servir de modèle pour un règlement permanent?

Berlin-Est Russe

Quelle est la dernière fois où vous avez entendu un journaliste se référer à Berlin-Est Russe ? Je doute que vous puissiez trouver une référence postérieure à la chute du Mur en 1989. L’unification de Berlin avait été célébrée dans le monde entier comme le signe avant-coureur de la chute de l’Union soviétique et du triomphe de l’Occident. Personne ne met en doute la réunification de la ville en dépit du fait qu’il s’agissait de deux villes pendant 41 ans (plus de deux fois plus longtemps que n’avait été divisée Jérusalem).
Alors que l’OTAN, l’UE et les Etats-Unis ne semblent pas disposés à résister à la poussée en Europe de l’Est de la nouvelle Russie, dirigée par la brute internationale, Vladimir Poutine. Mais quelle aurait été leur réaction s’il déclarait que dans tout accord de paix avec l’Occident, la Russie a besoin d’avoir de Berlin-Est comme capitale régionale? Quelqu’un accepterait-il une telle demande hautaine et bizarre?

Bien sûr que non, mais c’est exactement ce qui se passe à Jérusalem!

Jérusalem-Est « Arabe »

Les journalistes ajoutent souvent le qualificatif «arabe» en se référant à « Jérusalem-Est. » Ce n’est pas un terme descriptif, mais plutôt une position politique. Dans les années 1990, il y avait une majorité juive à Jérusalem-Est, mais cela n’a pas empêché la presse de la décrire comme « Jérusalem-Est arabe ». Pourquoi? Parce que la presse est totalement pour partager la ville. Depuis les années 90 la part de la population juive a baissé, elle reste un peu en dessous de la barre des 50%, un terme vraiment descriptif serait «Jérusalem-Est mixte» ou «Jérusalem-Est judéo-arabe » puisque les populations sont à peu prés équilibrées.
Les journalistes se réfèrent généralement à Haïfa comme une ville mixte judéo-arabe, même si les Arabes ne représentent qu’environ 10% de la population. Pourquoi ne se référent-ils pas à « Jérusalem-Est » comme mixte alors que les Juifs constituent près de 50%? Parce que cela contribuera à renforcer la revendication d’Israël sur la partie orientale de sa capitale et cela va contre le récit des médias occidentaux.

Jérusalem-Est

Il est clair que l’utilisation du terme « Jérusalem-Est » est politiquement motivé et qu’il est conçu pour empêcher la réunification permanente de la ville.
Lorsqu’on parle des parties orientales de la ville, il est préférable de parler de « Jérusalem-est » avec un «e» minuscule. Il est donc clair que vous discutez d’une partie de la même ville, pas d’une ville à part. La terminologie est extrêmement importante car c’est ce qui guide le débat. Si nous acceptons que des noms palestiniens qui ont été créés pour éclipser ou effacer le lien juif avec Israël, nous avons déjà perdu






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Jérusalem-Est n’existe pas

    1. Laurence

      JERUSALEM A TOUJOURS ETE UNE ET INDIVISIBLE
      JERUSALEM A TOUJOURS ETE LA CAPITALE D’ISRAEL
      ILS REINVENTE UNE HISTOIRE , C’EST FASHION A NOTRE EPOQUE !

    2. Laurence

      JERUSALEM A TOUJOURS ETE UNE ET INDIVISIBLE
      JERUSALEM A TOUJOURS ETE LA CAPITALE D’ISRAEL
      ILS REINVENTEnt UNE HISTOIRE , C’EST FASHION A NOTRE EPOQUE !

    3. Laurence

      JERUSALEM A TOUJOURS ETE UNE ET INDIVISIBLE
      JERUSALEM A TOUJOURS ETE LA CAPITALE D’ISRAEL
      ILS REINVENTE UNE HISTOIRE , C’EST FASHION A NOTRE EPOQUE !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap