toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Hyper Cacher : le premier homme du Raid à avoir fait face à Coulibaly témoigne


Hyper Cacher : le premier homme du Raid à avoir fait face à Coulibaly témoigne

Un membre de l’équipe qui a mené l’assaut dans le magasin de la Porte de Vincennes raconte au Parisienles moments qui ont précédé l’assaut et ce qu’il a ressenti après avoir fait face au terroriste et preneur d’otages.

Il était en première ligne: l’homme du Raid qui a pris la tête de la première colonne d’assaut à l’entrée principale de l’Hyper Cacher, où Amedy Coulibaly retenait en otage 26 clients de l’épicerie juive, le 9 janvier, témoigne jeudi dans Le Parisien. Trois mois après l’événement, Antoine* revient sur cette intervention marquante, malgré l’habitude du policier pour les interventions du genre.

«Nous étions en alerte depuis l’attentat de Charlie Hebdo», le 7 janvier, explique le policier qui a également participé à la traque des frères Kouachi. Lui et quelques collègues ont reçu un appel au moment du déjeuner et se sont rendus en convoi jusqu’à la Porte de Vincennes, où ils ont attendu les instructions «pendant près de trois heures, en discutant de tout et de rien». Dans le même temps, à Dammartin-en-Goële, un autre assaut se dessine alors que les frères Kouachi se sont retranchés dans une imprimerie.

Loading...

L’ordre d’intervention est tombé vers 17 heures. «Nos chefs nous ont rapidement briefés sur la disposition des lieux», raconte Antoine. «On savait qu’il y avait au moins trois morts, que Coulibaly était lourdement armé, qu’il avait probablement un complice et qu’il restait une vingtaine d’otages (26 en réalité, NDLR).» Chaque membre des groupes d’intervention -le Raid mais aussi la brigade de recherche et d’intervention (BRI) et la brigade d’intervention (BI)- se voit confier un rôle précis. «C’est à ce moment-là que mon chef de groupe m’a dit que j’allais prendre la tête de la première colonne d’assaut à l’entrée principale du magasin.» Le policier a déjà tenu ce poste, qui, à le croire, «n’a rien de spécifique» car «c’est une action de groupe, nous intervenons ensemble, soudés et déterminés». Les conditions étaient cependant différentes, en raison notamment de l’absence d’otages.

«Comme mes collègues, je suis dans ma bulle»

Le rôle d’Antoine était en premier lieu de protéger avec son bouclier le collègue chargé d’ouvrir le rideau métallique de l’entrée. «À mesure qu’il se lève, je sais que le risque de tirs grandit. Notre priorité, c’est surtout de préserver la vie des otages, d’autant que nous ne savons pas où ils se trouvent», explique le policier. Ce dernier n’a aucun plan préétabli dans la tête: «C’est le meilleur moyen pour que ça dégénère. Le plus grand danger est de se retrouver face à une situation à laquelle on ne s’attendait pas.» Il s’agit donc, une fois le rideau levé, d’«analyser le maximum d’éléments en un minimum de temps». Étrangement, à ce moment-là, l’homme est «plutôt serein», sans pouvoir réellement l’expliquer. «Comme mes collègues, je suis dans ma bulle», résume-t-il.

S’ensuit la première vue d’un corps d’otage, puis l’arrivée du forcené à une dizaine de mètres. «Tout va très vite», confirme le policier, qui aperçoit les otages sur la gauche en entrant. Le policier reçoit les premières balles tirées par le terroriste dans son bouclier. «Je continue à avancer en ripostant, puis je me décale dans l’allée vers la droite.» Son but: éviter que les otages soient pris pour cible. «Il avance alors vers moi en continuant à tirer et je reçois une balle (freinée par le gilet pare-balles, elle l’a malgré tout blessé, NDLR).» Les échanges de tirs s’intensifient. Les collègues du policier, postés derrière, ouvrent le feu à leur tour. «Lui avance toujours vers l’entrée avant d’être happé par leurs balles», se souvient Antoine.

En quelques secondes, tout s’arrête. Mais la tension, elle, reste. «Cela prend un certain temps, car on est restés un long moment à explorer tous les recoins du magasin», raconte le policier. Ensuite, le débriefing précède un dîner de décompression avec les collègues. Antoine, comme eux, a «mis un certain temps à trouver le sommeil».

Malgré cette tension et cette opération hors norme, le policier refuse d’être considéré comme un «héros». «Comme mes collègues, j’ai juste fait mon travail, rien de plus. Et c’est le travail de tout un groupe, pas d’un seul policier avec son bouclier», affirme-t-il. La satisfaction sur laquelle il insiste, c’est d’avoir mené à bien la mission. «Je suis ravi que l’intervention se soit déroulée ainsi et que, surtout, les otages soient sains et saufs. Au final, il n’y a que ça qui compte.»

*Le prénom a été modifié.

Learn Hebrew online

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Hyper Cacher : le premier homme du Raid à avoir fait face à Coulibaly témoigne

    1. Masca38

      Dans un Pays démocratique, tout le monde peut voter comme bon lui semble. Les Chrétiens, les sans confessions, les Musulmans et même les Juifs, y compris pour la tendance politique de quelqu’un qui estime que la destruction des juifs n’est qu’un détail. Quelqu’un peut-il me dire pourquoi l’Etat d’Israël s’est laissé emprisonné entre des Palestiniens qui veulent la destruction de cet Etat et les Palestiniens de Gaza qui veulent en faire autant ?

    2. VINCENT

      C’est simple à comprendre et en même temps compliqué quand on est pas concerné,je conseille de relire l’histoire de ce pays,l’ancien comme le nouveau car c’est d’abord et avant tout une histoire de religion qui fait que les pays musulmans n’acceptent pas la présence juive, dans un pays qui est le leur ! depuis l’égire (632) l’islam est conquérant mais la présence juive dans cette région a toujours était présente et c’est surtout après la fin de l’empire ottoman que les problèmes se sont accrus.C’est trop long d’expliquer il vaut mieux se documenter d’abord.

    3. Olympe

      L’erreur est d’avoir donné Gaza aux palestiniens . Le rapport de puissance entre Israel et les pays Arabes est juste compensé par les armes , et l’aide Américaine . Quand on voit sur la carte du Moyen Orient le tout petit Etat Israelien à côté de l’étendue des Pays Arabes On comprend combien ce petit état démocratique les gène , car cet exemple d’Etat Occidental moderne et non tribal ou tyrannique ou despotique leur fait peur . Il faut voir la pauvreté de la Jordanie à côté des cultures de palmiers du désert d’Israel . C’est pourtant le même désert …. Et les découvertes scientifiques en Israel qui font rayonner ce petit pays dans le monde scientifique…. C’est insupportable ce modernisme pour la plupart des Arabes. La jalousie et la peur du modéle occidental !!
      Alors que l’on fiche la paix à Israel avec nos avis, nos conseils, nos ingérences . Occupons nous de ce qui se passe dans les régions détruites par l’obscurantisme . Les juifs ont bien mérité leur territoire qu’ils n’avaient jamais abandonné du reste Il y a toujours eu des juifs en Israel mais sous la pression et domination des arabes qui avaient le droit pour eux et surtout le droit de les
      humilier de toutes les façon . les rôles ont changé dommage que la haine rete et celle là sera dure à vaincre …

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *