toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Guerre des Le Pen : le réquisitoire de Goldnadel


Guerre des Le Pen : le réquisitoire de Goldnadel

FIGAROVOX/CHRONIQUE – Gilles-William Goldnadel regrette que la société médiatique se focalise sur les déclarations de Jean-Marie Le Pen au lieu de se préoccuper des difficultés économiques et des problèmes sécuritaires qui minent la France.
 
Gilles- William Goldnadel est avocat et écrivain. Il est président de l’association France-Israël. Il tient une chronique hebdomadaire sur FigaroVox.

Impitoyable loi de l’immédiateté: l’actualité chasse l’actualité. Et un suicide, l’autre. Cette semaine, un suicide fantasmé aura fait oublier la mort que s’est donnée le sénateur socialiste Jean Germain. Je ne sais rien de plus qu’un autre de l’affaire pénale qui le concernait. Et un suicide ne sanctifie rien ni personne.

Du Rififi chez les le Pen

Loading...

Ce que je sais, et bien, c’est que sous l’empire médiatique et judiciaire de la France aujourd’hui, les politiques sont responsables de tout, les juges et les médias de rien. Ainsi, selon sa fille, les funestes déclarations de Jean-Marie Le Pen confineraient au suicide.
Voire. Plutôt que de souffrir du mal de vivre, il semblerait que le menhir érodé par le temps et le succès de son enfant souffre plutôt de vouloir vivre du mal, encore un peu. Il aura donc fallu que dans ce psychodrame familial affligeant mais classique, le père veuille étouffer l’enfant ingrat qui ose le dépasser pour que celui-ci se résigne à lui porter le coup qui le fait trépasser.
Je n’attends évidemment pas du père fondateur du parti nationaliste qu’il valide cette explication freudienne du français de fraîche date qui signe cet article. Mais ayant toujours tenté de traiter le Front National rationnellement, comme un adversaire et non comme un ennemi, je ne puis souscrire à ce qu’on enferme sa fille dans une alternative diabolique et stupide.
À écouter certains, du Monde au Front de gauche, soit Marine Le Pen refusait de condamner son père à l’indignité, et elle était coupable, soit elle s’y résolvait, et c’était donc la preuve de leur duplicité. Cet antifascisme d’opérette est bien une perversion intellectuelle. Suicidaire. Il a un besoin nostalgique et fantasmatique de prolonger la vie des fantômes de l’extrême droite crépusculaire.

Tout l’univers moral et psychologique du gauchisme faussement antiraciste s’écroulerait si on le privait de son antidépresseur vert-de-gris. Raison pourquoi la fille Le Pen ne peut pas tuer son père. Elle n’en a pas le droit. Le suicide de la France habite précisément dans ce lieu de la mémoire obsessionnellement triturée. Il réside dans le fait que des déclarations ineptes proférées par un vieillard dans une feuille abjecte que personne ne lit puissent encore enflammer la France en 2015, menacée par la faillite et le péril islamiste, dès lors que le mot «chambre à gaz» est jeté sur les flammes sulfureuses du moloch médiatique.
Il réside dans ce titre de Libération: «les Français ne sont pas tout blancs» et qui les accuse de xénophobie sous le prétexte que sept sur dix d’entre eux considèrent qu’il y a trop d’immigrés dans leur pays.

Le plus grand crime contre la liberté de penser rationnellement a été commis quand les névrosés post-shoatiques ont presque réussi à faire croire au français qu’il était xénophobe dès lors qu’il considérait l’immigration excessive. Dès lors aussi qu’il constatait l’intégration ratée. On avait essayé de lui dire avec Sartre que tout anticommuniste était un chien. Ses successeurs incultes ont voulu noyer le chien en l’accusant d’être un berger allemand.

Le suicide français habite dans la cuisine politique du Front de gauche, dont l’une des responsables a eu le front stupide au micro de RMC cette semaine de comparer les pétainistes à ceux qui veulent résister à l’immigration irrésistible. Elle dont le parti peut se targuer de disposer d’autant d’électeurs antisémites qu’un Front National qui communie avec lui dans le même soutien crétin à la démagogie grecque.

Le suicide national habite peut-être aussi dans cette décision d’une justice française, décidément bonne fille envers l’extrême gauche. L’organisateur des manifestations interdites en faveur de Gaza qui avaient déclenché des violences antisémites, qui n’avaient elles rien de fantasmatique, vient de bénéficier d’une relaxe. On lira la manière dont le Monde l’a annoncée, à la lumière de cet esprit Charlie qui devait paraît-il éradiquer toute complaisance envers le terrorisme violent: «Alain P. (le relaxé) avait été condamné à 1500 € avec sursis pour avoir maintenu devant le ministère de l’intérieur une manifestation interdite en soutien «au militant libanais» Georges Ibrahim Abdallah». On rappellera que ce «militant» purge actuellement sa peine dans une prison française pour avoir contribué à l’assassinat de deux hommes.

Tous à gauche, Dieu merci, ne participent pas au suicide collectif. Ainsi de Philippe Val, ancien directeur de Charlie hebdo et de France Inter, auteur d’un salutaire Malaise dans l’inculture (Grasset) qui règle son compte à ce sociologisme mortifère qui, notamment par antisionisme pathologique, aura passé tout son temps à trouver toutes les excuses à l’antisémitisme des banlieues. La gauche névrotique est en train de mourir. Val lui a tiré une belle balle dans la tête.

Learn Hebrew online

Gilles William Goldnadel ©
SOURCE







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *