toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Disparition d’une adolescente de Roanne, la mère craint que sa fille ne soit partie faire le djihad


Disparition d’une adolescente de Roanne, la mère craint que sa fille ne soit partie faire le djihad

Inès Baritel a disparu le 24 mars sans donner d’explication à personne. Aux dernières nouvelles, l’adolescente se serait rendue en train à Paris, accompagnée par deux inconnues.

L’adolescente a disparu le 24 mars. Depuis Inès Baritel, 15 ans, n’a plus donné de nouvelles. Une enquête a été ouverte pour disparition inquiétante. La police de Roanne, dont est originaire la jeune fille, a lancé un appel à témoin *. En parallèle, la mère remue ciel et terre pour retrouver sa trace. Alexandra Declérieux a ainsi une page Facebook, «Inès Baritel mais t’es où ma poupia?», suivie par plus de 2600 internautes. Elle n’a pas hésité à prendre la direction de Paris, où elle pense que sa fille est partie. Mais, les jours passant, Alexandra Declérieux s’est mise à penser au pire: Inès pourrait avoir été embrigadée par des islamistes et conduite ensuite en Syrie. «Jamais ma fille ne me laisserait comme ça, assure la mère de famille désemparée. Soit elle est retenue, soit elle est déjà dans un autre pays.»

Car Inès, brune aux yeux marron mesurant 1 mètre 53, a été aperçue pour la dernière fois à la gare de Lyon Part-Dieu. «Elle était accompagnée de deux autres jeunes filles», relate sa mère. Elle se fie au témoignage de camarades de classe qui l’ont croisée à cette occasion. Selon elles, les deux inconnues paraissaient plus âgées qu’Inès. L’adolescente aurait par la suite pris un TGV en direction de Paris. En chemin, elle contacte sa meilleure amie chez qui elle avait dormi après s’être disputée avec sa mère. «Elle lui a expliqué qu’elle avait quelque chose à faire mais qu’elle allait revenir», détaille Alexandra Declérieux. Plus tard, dans la soirée, son téléphone portable a été coupé. La disparition est d’autant plus inquiétante aux yeux de sa mère que sa fille, pourtant soucieuse de son apparence, n’a quasiment rien emporté avec elle.

Un bref attrait pour la religion

La mère de famille ne parvient toujours pas à s’expliquer ce départ soudain. Deux ans auparavant, sa fille, de confession musulmane, s’était intéressée à la religion. «Elle a commencé à faire des recherches sur Internet, ce qui m’a inquiétée, raconte Alexandra Declérieux, qui avait alors préféré emprunter pour sa fille des livres sur le sujet à la bibliothèque. Elle voulait aller plus loin. Elle m’a demandé à porter un foulard et se fixait beaucoup d’interdits.» Cet épisode a duré l’espace de quelques mois. Récemment, sa fille s’était remise à la prière. Elle s’était également endurcie et les rapports s’étaient tendus entre la mère et la fille. Pour l’expliquer, Alexandra Declérieux s’est aussi penchée sur les nombreux comptes Facebook ouverts par sa fille. Elle a réussi à accéder à certains d’entre eux avant de remarquer que des conversations avaient été effacées.

Loading...

Lors d’une perquisition dans la chambre de la jeune fille, la piste du départ pour le djihad aurait, d’après la mère de famille, intéressé les enquêteurs. Toutefois la mère préfère rester prudente et n’écarte aucune autre hypothèse. «Elle pourrait tout aussi bien avoir été enrôlée dans un réseau de prostitution où s’être laissée enrôler dans une secte», envisage-t-elle. De son côté, la police de Roanne a tenu à mettre les points sur les i. «Nous sommes obligés de nous poser la question pour explorer toutes les possibilités, ont expliqué les enquêteurs dans Le Progrès. Et nous savons que les jeunes peuvent envisager de faire le djihad. Mais aucun élément de l’enquête ne nous permet de penser que c’est le cas d’Inès Baritel.»

* Toute personne susceptible de fournir des renseignements est priée de contacter le commissariat de police de Roanne: 04.77.44.43.00.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *