toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Accord sur le nucléaire: Téhéran n’a cédé sur aucun point par rapport à ses positions initiales


Accord sur le nucléaire: Téhéran n’a cédé sur aucun point par rapport à ses positions initiales

Par Y. Carmon et A. Savyon *

Au vu de leur incapacité à parvenir à un accord en novembre 2014, l’Iran et le groupe des P5 + 1 ont décidé de prolonger la validité du plan d’action conjoint conclu à Genève le 24 novembre de six mois supplémentaires, jusqu’à juin 2015.

Suite à cet arrangement, les Etats-Unis ont prévu une poursuite des négociations en deux temps :

1. Trois mois (jusqu’à fin mars 2015) pour parvenir à un accord-cadre

2. Trois mois supplémentaires (jusqu’à fin juin 2015) pour s’entendre sur les points techniques de cet accord.

Toutefois, dans un discours prononcé en février 2015, le Guide suprême iranien Ali Khamenei a annoncé qu’il était en total désaccord avec cette procédure, affirmant qu’il n’y aurait pas deux, mais une seule étape, que l’accord devait être conclu en juin 2015, et qu’il comprendrait la levée de toutes les sanctions contre l’Iran. Cela signifie que la date limite du 31 mars 2015 ne signifie rien pour Khamenei.

De leur côté, les États-Unis ne tiennent pas compte de l’annonce de Khamenei, et s’efforcent, sans grand succès, de placer l’Iran dans cette logique de processus en deux temps qu’ils ont instituée. Mais l’Iran refuse de signer un document provisoire ; c’est pourquoi les ministres des Affaires étrangères occidentaux impliqués dans les négociations, comme le ministre des Affaires étrangères britannique Phillip Hammond, ont précisé que les arrangements qui seraient conclus à ce stade seraient uniquement oraux.

Il convient de souligner que l’Iran n’a rien cédé, à aucun moment, sur ses exigences initiales :

1. Téhéran refuse le retrait de son uranium enrichi d’Iran.

2. Téhéran refuse une levée progressive des sanctions.

3. Téhéran refuse toute restriction du nombre de ses centrifugeuses.

4. Téhéran refuse les inspections intrusives et les inspections inopinées.

5. Téhéran refuse toute interruption de ses recherches et activités de développement.

6. Téhéran refuse tout changement relatif à la nature de son réacteur à eau lourde d’Arak.

7. Téhéran refuse la fermeture de son site secret d’enrichissement de Fordow.

8. Téhéran refuse toutes les restrictions à ses activités nucléaires après l’expiration de l’accord.

9. Téhéran refuse que son programme de missiles à longue portée soit inclus dans les négociations.

10. Téhéran refuse de rendre des comptes sur ses anciennes activités nucléaires militaires clandestines.

11. Téhéran refuse d’autoriser des inspections de sites militaires soupçonnés de mener des activités nucléaires.

Dans sa déclaration du 18 février 2015, Khamenei a précisé qu’il accepterait uniquement un accord en une étape, et que cet accord devait inclure la levée de toutes les sanctions contre l’Iran et clairement établir que l’Occident ne profiterait pas d’un accord-cadre pour imposer sa position à l’Iran lors d’une seconde étape, lorsque les détails seraient discutés.

Ci-dessous la déclaration du 18 février de Khamenei sur les négociations nucléaires : [1]

« Les mains de la nation iranienne et de ses hauts responsables n’ont jamais été liées, ce que nous avons bien montré. A partir de maintenant, nous allons également le démontrer avec nos initiatives et notre courage. C’est l’Amérique qui est coincée et empêtrée dans un problème, et la réalité à l’intérieur et à l’extérieur de la région le prouve.

C’est vous [les Américains] qui avez subi défaite sur défaite pendant de nombreuses années ; c’est la République islamique d’Iran qui progresse, et qui ne peut en aucune façon être comparée à [l’Iran] d’il y a 30 et quelques années…

L’Iran va de l’avant, tandis que les Américains, qui n’ont pas réussi à déraciner [la République islamique d’Iran], sont maintenant forcés de tolérer le régime de la République islamique. Leurs plans politiques, sécuritaires, économiques et culturels ne nous empêcheront pas d’avancer…

[Dans le cadre des négociations nucléaires,] je vais accepter un plan réalisable, mais je ne vais pas accepter un mauvais accord. Comme les Américains, je pense que pas d’accord vaut mieux qu’un mauvais accord, et je crois qu’il vaut mieux ne pas parvenir à un accord que de conclure un accord qui nuira aux intérêts nationaux de l’Iran et ouvrira la voie à l’humiliation de la nation iranienne.

La conduite des États-Unis au cours des négociations, et de certains pays européens qui lui obéissent, est illogique. Ils ont de multiples attentes et pensent que l’on va satisfaire toutes leurs exigences. Mais ce n’est pas ainsi que l’on mène des négociations. La nation iranienne ne tolérera pas le harcèlement, la cupidité et une conduite irrationnelle. J’accepte de poursuivre les négociations afin de parvenir à un bon accord… Les négociations doivent préserver l’honneur de la nation iranienne, et la poursuite [de son programme nucléaire]…

Le scénario d’un accord sur les grands principes, suivi d’un accord sur les détails, n’est pas recommandé, car notre expérience avec la partie adverse nous a appris qu’un accord-cadre leur servira à inventer une série d’excuses dans [la suite des négociations sur] les détails. Si un accord doit être atteint, ce sera un accord en une seule étape, et il doit comprendre le cadre général ainsi que les détails. Le contenu de l’accord doit être clair, et ne pas donner lieu à [diverses] interprétations. Les paragraphes de l’accord ne doivent pas permettre à la partie adverse, habituée à marchander, de chercher des excuses au sujet des différents points. Les sanctions doivent être complètement levées. »

En outre, Khamenei a menacé d’imposer des sanctions avec le gaz naturel : « S’il doit y avoir des sanctions, la nation iranienne peut également imposer des sanctions, et elle le fera. »

* Y. Carmon est président fondateur de MEMRI ; A. Savyon est directrice du Projet sur les médias iraniens.

Note:

[1] Leader.ir, 18 février 2015.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Accord sur le nucléaire: Téhéran n’a cédé sur aucun point par rapport à ses positions initiales

    1. Haim

      Quelle diffidence de ses excellences, cela va de paire avec leur impuissance. Notre ministre des affaires étrangères se pavanant dans un costume dont le coût astronomique permettrait de nourrir des dizaines de nécessiteux. Ce petit marquis qui se prend pour un nouveau Mendesse France et qui en réalité n’est qu’un Daladier contemporain. Derrière son sourire béat se cache une future catastrophe mondiale dont il portera avec Kerry la très lourde responsabilité. Quand je pense que les forces des ténèbres auront obtenus de deux Juifs la condamnation à mort de l’État Juif.

    2. robert haim

      ils refusent tout et Obama l’islamiste insiste pour donner un bon accord pour
      que la perse puisse detruire qui lui semble.
      Khamenei tu ne nous fais pas peur israel va te reduire en poussiere avec le calif Obama ton copain.

    3. valette

      A lire les commentaires, je comprends que les Iraniens puissent souhaiter la bombe pour se défendre ! D’autant plus qu’ils ont les talibans du Pakistan sur leur frontière orientale..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap