toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Attentat islamiste de Tunis : «Yassine avait le profil idéal pour se faire endoctriner»


[Vidéo] Attentat islamiste de Tunis : «Yassine avait le profil idéal pour se faire endoctriner»

Nabil, un proche de Yassine Abidi, un des deux auteurs du carnage du musée du Bardo, revendiqué hier par l’Etat islamique, dépeint un jeune homme radicalisé sur le Net.

Dans une petite rue calme du quartier El Omrane-Supérieur, dans les faubourgs de Tunis, une tente blanche a été installée devant une maison. Des voisins et des proches attendent les rares visiteurs venus présenter leurs condoléances à une mère de famille dévastée, obligée de faire appel à un médecin pour surmonter le choc.

C’est là, à deux pas d’une décharge sur laquelle un vieux berger fait paître son troupeau de moutons, que vivait Yassine Abidi, l’un des deux terroristes de l’attaque du musée du Bardo qui a fait 21 morts, dont 20 touristes occidentaux (2 Français), et au moins 44 blessés, mercredi midi. Dans ce quartier populaire, ceux qui le connaissaient ont peine à croire à son implication dans cet attentat que s’est attribué hier le groupe Etat islamique (EI).

Le second tireur, Hatem Khachanoui, également âgé d’une vingtaine d’années, serait originaire de Kasserine, une ville du centre du pays et foyer de la contestation contre le régime de Ben Ali en 2011 mais désormais régulièrement déstabilisée par des attaques jihadistes. L’opération de mercredi a été menée, selon l’EI, par « deux chevaliers du califat, Abou Zakaria al-Tounsi et Abou Anas al-Tounsi », « munis d’armes automatiques et de grenades », qui sont « parvenus à assiéger un groupe de ressortissants des pays croisés […], semant la terreur dans le coeur des infidèles en Tunisie musulmane ». L’organisation terroriste, qui compte de très nombreux combattants tunisiens dans ses rangs, menace le pays pionnier des Printemps arabes d’autres actions violentes.

« Je n’aurais jamais imaginé ça de lui»

Mais, pour Achraf Ayadi, un de ses voisins, l’association de Yassine Abidi avec le groupe extrémiste paraît inconcevable. « Je n’aurais jamais imaginé ça de lui. Pour moi, c’était une personne tout à fait normale. Il était religieux, mais pas radical. Il avait un travail de coursier et vivait chez ses parents, égrène-t-il. Il était certes très réservé mais je n’avais jamais rien remarqué de bizarre. »

Selon Achraf, les membres de sa famille non plus n’avaient rien remarqué. A tel point que, mercredi, c’est avec le propre frère de Yassine qu’il a suivi les événements à la télévision. « Il était choqué par ce qu’il voyait, assure Achraf. Il espérait même que les policiers tuent les terroristes, ce qu’ils ont d’ailleurs fait. Il était loin d’imaginer qu’il y aurait son frère parmi eux. » Le Premier ministre a annoncé hier que Yassine était connu des services de police, mais sans fournir de détails.

Pour Nabil, un autre de ses voisins dont il était proche, Yassine aurait été radicalisé par « Internet ». « Il parlait peu et n’avait pas beaucoup d’amis. Il n’avait pas de personnalité très affirmée, soutient cet homme aux cheveux ras et à l’épaisse barbe noire. Il avait le profil idéal pour se faire endoctriner par tout ce qu’on peut trouver sur la Toile. En tout cas, il a commis un crime contraire à la religion musulmane. »

Déstabilisées par un acte qui aura un impact économique « terrible », notamment en matière de tourisme, les autorités tunisiennes admettent des « failles sécuritaires » et assurent que les investigations se poursuivent.

Neuf suspects ont été interpellés, soupçonnés d’avoir été en relation à des degrés divers avec les deux assaillants. Le père, le frère et la soeur de Yassine Abidi ont notamment été arrêtés, sans que l’on sache sur quelles bases. Des membres de la famille de Hatem Khachanoui ont également été interpellés.

VIDEO. Attentat à Tunis : le bilan de l’attaque du musée s’alourdit

VIDEO. Attentat à Tunis : les 15 rescapés de l’hôpital Charles-Nicolle vont bien

VIDEO. Attaque de Tunis : Marilyne, une rescapée française, témoigne

VIDEO. Attentat à Tunis : « Pour se protéger, on s’est badigeonné de sang »

 Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap