toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un intellectuel palestinien « Les Palestiniens doivent apprendre d’Israël et des Arabes israéliens comment gérer les controverses et œuvrer pour le bien de tous »


Un intellectuel palestinien « Les Palestiniens doivent apprendre d’Israël et des Arabes israéliens comment gérer les controverses et œuvrer pour le bien de tous »

Un intellectuel palestinien fait l’éloge de la démocratie israélienne : « Les Palestiniens doivent apprendre d’Israël et des Arabes israéliens comment gérer les controverses et œuvrer pour le bien de tous »

Réagissant aux élections israéliennes de mars 2015, ‘Imad Al-Falouji, directeur de l’Institut pour le dialogue interculturel de Gaza, a écrit un article intitulé « La démocratie israélienne et notre anarchie ». Falouji est un ancien membre du Hamas qui a quitté le mouvement en 1996, pour devenir par la suite ministre de l’Information et conseiller de Yasser Arafat. Dans son article, il fait l’éloge de la manière israélienne de gérer les controverses, et aussi des partis politiques israéliens qui se préoccupent du bien-être des citoyens, de l’économie, l’éducation et la sécurité ; contrairement aux partis palestiniens qui sont selon lui principalement concernés par la démagogie et qui ne cherchent pas de solutions aux problèmes quotidiens des gens. Il appelle les Palestiniens à prendre exemple sur les Arabes israéliens qui se sont unis pour promouvoir le changement. Extraits [1] :

« Il n’y a pas de honte à voir la réalité telle qu’elle est, et aucune sagesse à devenir des experts dans le seul but de maudire et dénigrer nos ennemis. Je sais combien il est difficile de comparer la situation interne palestinienne – la détermination de notre ligne politique, nos relations internes et nos méthodes pour résoudre nos différents  – à la situation interne de l’ennemi qui occupe nos terres, usurpe nos sites sacrés et nie nos droits les plus fondamentaux. Mais cet ennemi nous prouve, ainsi qu’à la communauté internationale, qu’en dépit de sa tyrannie et de son agression, il nous surpasse à de nombreux égards, ce qui est évident pour tout observateur doté d’un minimum d’objectivité…

Toute personne qui examine l’entité israélienne est surprise de l’étendue des désaccords entre religieux et laïques, et au sein même de ces secteurs de population. Ils ont une droite, un centre et une gauche, et chaque question a ses partisans et ses opposants… Chaque politicien important fait l’objet d’un dossier [entier] d’accusations à son encontre. Malgré tout cela, ils ont adopté des lois qui régissent le traitement de ces désaccords et se sont fixé un objectif commun : celui de servir l’Etat et le peuple d’Israël. Ils parviennent à transformer les désaccords internes en source de puissance…

Quant à nous, les « détenteurs de la vérité » – regardez ce qui nous arrive. Nous partons dans toutes les directions, sans avoir de projet ou d’objectif défini. Chaque parti ou groupe a son propre plan et ses objectifs. Nous ne croyons pas aux moyens d’unification. Nous avons renoncé à toutes les lois et chartes et avons détruit tout ce qui nous unifiait. Chaque groupe revendique la vérité absolue et [présente] les [croyances] des autres comme des mensonges absolus. Nous sommes incapables d’écouter l’autre. L’anarchie règne au quotidien : anarchie politique, économique, sociale et même conceptuelle.

Regardons les plateformes des partis israéliens au cours de la campagne électorale, et ce sur quoi ils se sont focalisés. Tous se sont mis d’accord sur le besoin de servir le peuple au niveau socio-économique, de promouvoir l’emploi, de cultiver [les valeurs de] la famille et de résoudre ses problèmes, d’éradiquer le chômage, de promouvoir l’éducation et de parvenir à la sécurité pour tous les citoyens. Ils ne se sont pas focalisés sur la contradiction politique et sur la démagogie.

Chez nous, chacun parle des questions de grande politique et de politique étrangère, et très rarement un parti se préoccupe-t-il d’améliorer la vie des individus et de résoudre leurs problèmes internes. De plus, personne ne propose de solution à un quelconque problème.

Je sais que cette comparaison est délicate et qu’elle peut mettre en colère ceux qui refusent de voir la triste réalité. Mais il n’existe aucune autre option que de dire ces choses. Peut-être certains parmi nous se réveilleront-t-ils et saisiront-ils l’occasion d’améliorer notre situation. Nos frères les Palestiniens de l’intérieur [c.-à-d. les Arabes israéliens] nous ont offert un modèle d’unité [en unifiant tous leurs partis politiques au sein de la Knesset] et ont ainsi prouvé que nous [Palestiniens] sommes capables de changer les choses, lorsque nous comprenons le danger, et qu’il y a encore de l’espoir ».

Notes
[1] Amad.ps, 18 mars 2015.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Un intellectuel palestinien « Les Palestiniens doivent apprendre d’Israël et des Arabes israéliens comment gérer les controverses et œuvrer pour le bien de tous »

    1. Arabe ecoeuree

      C est trop beau jamais les islamistes ne permettrons jamais c est pour cela qu il faudrait tous s unir pour aneantir cette peste du 21 eme siecle…….

    2. Waelkens Pieter

      L’état d’Israël est basé sur la Thora, la loi de Dieu qui est Amour. Ces lois sont les plus complets sur les relations internes, le traitement des pauvres et des ennemis, des esclaves, des malades et les pécheurs, tout en amour et en justice La Thora, c’est la loi qui montre que nous sont tous des pécheurs mais que Dieu nous accorde la grâce et le pardon.
      l’islam c’est la loi de répression sans pitié, sans amour, sans pardon puisque Mahomet fût un brigand de 1ère classe. J’ai pitié des musulmans mais pas de l’islam qui est l’oeuvre d’un brigand qui s’est inspiré de tous les monothéismes et qui en a fait une interprétation selon sa nature violente.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap