toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Suisse: Le décès d’un djihadiste biennois Majd N. en Irak, relance le débat sur le retour des combattants


Suisse: Le décès d’un djihadiste biennois Majd N. en Irak, relance le débat sur le retour des combattants

Le djihadiste biennois d’origine jordanienne, Majd N., serait décédé en Irak, selon Le Temps de samedi. Une information qui relance le débat sur le retour en Suisse des combattants. En décembre 2013, l’Office fédéral de la police avait prononcé une interdiction temporaire d’entrée et l’Office fédéral des migrations avait révoqué son statut de réfugié. «La décision était assez sage. Il a pris le risque de quitter la Suisse, il ne pouvait pas revenir comme si de rien n’était», souligne le conseiller national Eric Voruz (PS/VD).

Pour lui, une personne qui n’a pas la nationalité helvétique et qui quitte la Suisse pour le djihad ne doit pas pouvoir revenir. Une position appuyée par son homologue Yannick Buttet (PDC/VS). «Il faut absolument empêcher le retour des djihadistes étrangers. Ils ont vécu ou participé à des exactions assez atroces. Nous ne devons pas devenir une base arrière du terrorisme», assure-t-il.

«La protection des citoyens»

Selon lui, le décès de Majd N. montre bien que la Suisse est également touchée par la problématique. «S’ils ont la nationalité helvétique, on est obligé de les accepter, mais il faut les punir plus sévèrement à leur retour», préconise-t-il. Le conseiller national valaisan va même plus loin. Pour lui, les binationaux devraient se voir retirer leur passeport suisse.

«C’est un peu facile de se décharger ainsi. On doit assumer, il n’y a pas de citoyen de seconde zone», rétorque le président du MCG, Roger Golay. Le conseiller national rejoint pourtant les opinions de Yannick Buttet sur les autres points. «Il faut penser à la protection des citoyens. Nous n’avons pas à nous créer des dangers supplémentaires.» De son côté, la conseillère nationale Cesla Amarelle (PS/VD) dénonce une «politique du symbole». «L’efficacité d’une mesure contre les binationaux est quasi nulle. Cela ne concerne que six personnes actuellement en Suisse», souligne-t-elle.

Par ailleurs, la socialiste précise que les demandeurs d’asile soupçonnés d’avoir participé au djihad ne peuvent pas forcément être refoulés. «Si la personne est en danger de mort dans son pays, nous n’avons pas le droit de la renvoyer. Même si c’est un terroriste», détaille-t-elle. Un permis provisoire doit donc lui être attribué. «Mais on peut lui révoquer son droit à l’asile et bien sûr la juger si elle a commis des crimes.» Pour le conseiller national Ueli Leuenberger (Verts/GE), accepter le retour ou non d’un djihadiste n’est pas qu’une question de nationalité.

«Il faut étudier chaque cas individuellement. Notamment si la personne a grandi en Suisse ou si elle a de la famille ici.» Mais selon lui, l’essentiel est ailleurs. «Il faudrait surtout tout faire pour qu’ils ne partent pas en étant beaucoup plus offensifs dans la prévention.»

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap