toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les médias arabes du Golfe soutiennent la campagne militaire sunnite pour repousser l’expansion iranienne chiite


Les médias arabes du Golfe soutiennent la campagne militaire sunnite pour repousser l’expansion iranienne chiite

Peu de temps après minuit, le 26 mars 2015, le roi Salman bin Abd Al-Aziz d’Arabie saoudite a annoncé le lancement de l’opération « Tempête décisive » au Yémen, destinée à restaurer le régime yéménite dirigé par le président Abd Rabo Mansour Hadi et à repousser les rebelles houthis.

L’opération militaire a été menée en réponse à la demande du président Hadi, qui a envoyé le 24 mars une lettre urgente aux membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), leur demandant de « fournir une assistance urgente par tous les moyens nécessaires, y compris une intervention militaire, afin de défendre le Yémen et son peuple contre l’agression houthie ».

Le même jour, le ministre des Affaires étrangères saoudien, Saoud Al-Faisal, a annoncé que l’Arabie saoudite était « disposée à répondre à toute demande du président du Yémen au nom de son pays, quelle qu’elle soit et dans tous les domaines ». Il a ajouté que « la sécurité du Yémen et celle des États du CCG sont une seule et même chose et ne sauraient être séparées ».

Une déclaration publiée au début de l’opération par l’Arabie saoudite, l’Union des Emirats arabes, le Qatar, Barheïn et le Koweït – à savoir tous les États du CCG à l’exception d’Oman, qui a adopté une politique différente concernant la situation au Yémen – a déclaré de manière similaire que ces États avaient décidé de « répondre à la demande du président Abd Rabo Mansour Hadi de défendre le Yémen contre l’agression des milices chiites… qui sont soutenues par des forces régionales ayant pour but de s’emparer du Yémen, pour le transformer en base d’influence régionale ». Cette déclaration expliquait que l’agression en question menaçait non seulement le Yémen, mais toute la région, ainsi que « la paix et la sécurité internationales », et en particulier l’Arabie saoudite, puisque les Houthis concentraient des forces, des armes lourdes et des missiles à ses frontières. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi, a également exprimé son soutien total à l’opération.

Selon des informations publiées dans la presse saoudienne, 10 pays prennent part à l’opération, incluant non seulement l’Arabie saoudite, le Qatar, Bahreïn, le Koweït et les Emirats arabes unis, mais aussi l’Egypte, la Jordanie, le Maroc, le Soudan et le Pakistan. L’opération a commencé par des frappes aériennes de l’Arabie saoudite sur le quartier général et sur des bases militaires houties à Sanaa, éliminant la totalité des batteries aériennes, à savoir quatre avions et des batteries de missiles terre-air.

Selon la chaîne TV qatarie Al-Jazeera, 185 avions ont participé à l’opération, dont 100 appartenant à l’Arabie saoudite. Des informations indiquent que l’opération s’est limitée pour l’instant à des frappes aériennes, mais que des forces terrestres sont d’ores et déjà déployées à la frontière yéménite ; l’Egypte, la Jordanie, le Pakistan et le Soudan ont exprimé leur volonté de participer à une campagne terrestre. Les États-Unis ont exprimé leur soutien à l’opération, et annoncé qu’ils fournissaient une aide logistique et des renseignements.

L’ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis, Adel Al-Jubeir, a déclaré lors d’une conférence de presse à Washington DC que la décision de lancer l’opération avait été prise en consultation avec les États-Unis, et a ajouté : « Nous avons essayé plusieurs fois de servir de médiateurs, et d’intervenir au moyen d’une initiative du Golfe et par un dialogue national, afin de trouver une transition pacifique vers un nouveau Yémen. Mais les Houthis ont rejeté ces tentatives et fait échouer le processus politique… Notre obligation est de répondre à la demande [du président yéménite] et de défendre le peuple yéménite… »

Les États arabes participant à l’opération, dirigés par l’Arabie saoudite, partagent plusieurs objectifs, le premier et le principal étant de repousser les rebelles houthis qui se sont emparés du Yémen, et d’aider le président Hadi à reprendre le contrôle du pays. Le monde arabe en général, et les États du Golfe en particulier, ont suivi les récents événements au Yémen avec préoccupation. Alors que les alliés de l’Iran dans le monde arabe ont soutenu le coup d’État houthi, les opposants de l’Iran, et notamment les États du Golfe – considèrent les Houthis comme des agents de l’Iran, qui tente de s’emparer d’un autre pays arabe, après avoir déjà « occupé » l’Irak, la Syrie et le Liban. Des articles parus dans la presse saoudienne aujourd’hui, et auparavant, ont fait part de leur pessimisme concernant une solution politique au Yémen, et affirmé qu’une opération militaire était la seule manière d’empêcher un autre désastre régional comme celui qui s’est produit en Syrie.

De nombreux éditoriaux de la presse saoudienne et du Golfe ont accusé l’Iran de soutenir les rebelles houthis, dans le cadre d’un plan pour s’emparer du Yémen, de semer la destruction dans la région et de porter atteinte aux pays du Golfe. Au cours des dernières semaines, des critiques ont également été dirigées vers les États-Unis, qui sont accusés d’avoir forgé une alliance avec l’Iran et de l’aider à soutenir l’attaque des Houthis contre le Yémen.

Learn Hebrew online

La Russie a également été critiquée pour avoir contrecarré une résolution du Conseil de Sécurité des Nations unies proposée par les États du CCG, en vue de condamner les Houthis et de les tenir responsables de l’échec d’une solution politique au Yémen.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *