toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Président Al-Sissi espoir de paix et d’indépendance pour les Arabes. Les monarchies du Golfe promettent 12 milliards de dollars à l’Egypte


Le Président Al-Sissi espoir de paix et d’indépendance pour les Arabes. Les monarchies du Golfe promettent 12 milliards de dollars à l’Egypte

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït ont promis vendredi douze milliards de dollars d’aides à l’Egypte lors d’une conférence économique destinée à renforcer la stature du président Abdel Fattah al-Sissi, qui s’affiche en champion de la lutte antiterroriste.

« Le Président Abdel Fattah Al-Sissi est une source d’espoir pour toute la Nation Arabe. Son combat politique contre ceux qui osent se prétendre les « frères musulmans » est à la mesure de l’extrême gravité du danger contre notre identité arabe, qu’on veut substituer par une identité islamique « sunnite ».

Par ailleurs, son audace face aux oulémas d’Al-Azhar, qu’il a appelé à se responsabiliser, est salutaire. » écrit Nader Allouche journaliste au Liban et en Syrie

Loading...

Les Etats-Unis, en revanche, représentés à cette réunion de Charm-el-Cheikh par le secrétaire d’Etat John Kerry, sont venus les mains vides et se sont contentés d’affirmer leur « engagement » pour la « sécurité » et la « prospérité » de leur allié militaire arabe avec lequel les relations sont tumultueuses.

Se succédant à la tribune, l’émir du Koweït cheikh Sabah al-Ahmed Al-Sabah, le prince héritier saoudien Moqren ben Abdel Aziz et le vice-président et Premier ministre émirati Mohammad ben Rachid al-Maktoum ont annoncé chacun quatre milliards de dollars pour Le Caire, l’essentiel en investissements et trois milliards en dépôts à la banque centrale.

M. Sissi était tout sourire en recevant ses alliés arabes à l’ouverture de cette ambitieuse conférence qui se tient jusqu’à dimanche, dans la station balnéaire de la mer Rouge, afin d’attirer des capitaux étrangers. Il s’agit pour le chef de l’Etat égyptien de relancer une économie secouée par quatre années d’instabilité politique depuis la révolte qui chassa en 2011 Hosni Moubarak du pouvoir.

La présence de 100 pays — dont les puissances du Golfe, des Etats africains et européens et la Chine — donne à la réunion de Charm-el-Cheikh une forte coloration diplomatique, censée renforcer l’influence de M. Sissi sur la scène internationale.

Car même s’il réprime violemment toute opposition, Abdel Fattah al-Sissi demeure un allié incontournable pour les occidentaux dans le monde arabe, où le groupe Etat islamique (EI) grignote du terrain en Egypte et en Libye, après avoir conquis des territoires en Syrie et en Irak.

Avant la conférence, John Kerry s’est d’ailleurs entretenu avec le président égyptien des efforts de guerre de la coalition contre l’EI, de la Libye et de la Syrie. MM. Sissi et Kerry ont aussi eu une réunion quadripartite avec le président palestinien Mahmoud Abbas et le roi Abdallah II de Jordanie sur le conflit israélo-palestinien.

Learn Hebrew online

Pas d’aide américaine

Mais Washington n’a fait aucune annonce nouvelle d’aide au Caire, pas même le déblocage attendu d’une dernière enveloppe d’assistance militaire de 650 millions de dollars.

Les Etats-Unis allouent en principe chaque année 1,5 milliard de dollars d’aide à l’Egypte, dont 1,3 milliard dans le domaine militaire. Mais une partie avait été gelée après la destitution par l’armée du président Mohamed Morsi en 2013 et conditionnée à des réformes démocratiques.

Depuis, des hélicoptères de guerre Apache ont toutefois été livrés pour appuyer Le Caire dans sa lutte contre les jihadistes dans le Sinaï.

Loading...

Dans un discours exceptionnellement bref et terne, relégué à la 15e place dans l’ordre des intervenants, M. Kerry, visiblement irrité, s’est borné à « promettre le plein engagement des Etats-Unis pour la sécurité, la prospérité et la paix que désirent et que méritent les Egyptiens ».

Plus tôt, devant des chefs d’entreprises des deux pays, il avait assuré de la volonté des Etats-Unis « d’être le catalyseur du développement économique de l’Egypte ».

Mais comme pour illustrer le dilemme de l’Amérique à l’égard de son allié arabe, il a dit aussi «espérer voir davantage de progrès dans la réalisation des aspirations démocratiques du peuple égyptien».

Comme d’autres capitales occidentales, Washington s’émeut régulièrement de la sanglante répression que Le Caire mène contre les partisans de M. Morsi.

Mais les Etats-Unis n’ont jamais qualifié son renversement de coup d’Etat et ont vite reconnu qu’ils ne pouvaient pas bouder le plus peuplé et le mieux armé des pays arabes face aux jihadistes.

M. Sissi réclame la formation d’une force arabe pour juguler cette menace islamiste armée, ce qui sera au menu du sommet de la Ligue arabe fin mars. Il a récemment indiqué que l’Arabie saoudite, le Koweït, les Emirats arabes Unis et la Jordanie pourraient s’impliquer dans ce projet.

Dans son pays, ses objectifs de stabilité et de sécurité pourraient être contrariés par les attentats revendiqués quasi quotidiennement par des jihadistes et visant la police et l’armée en représailles, selon eux, à la répression anti-islamiste. Les plus meurtriers sont revendiqués par la branche égyptienne de l’EI, dont le nord-Sinaï est le bastion.

Soldats et policiers égyptiens ont tué plus de 1.400 partisans de Morsi depuis 2013 et emprisonné plus de 15.000 sympathisants islamistes. L’ONU et les Etats-Unis ont maintes fois dénoncé les « procès de masse expéditifs » au terme desquels des centaines d’opposants pro-Morsi ont été condamnés à mort.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Le Président Al-Sissi espoir de paix et d’indépendance pour les Arabes. Les monarchies du Golfe promettent 12 milliards de dollars à l’Egypte

    1. Christian

      Ce qui irrite l’administration Obama, c’est justement l’éviction de leurs chouchous frères musulmans du pouvoir.

      Du coup, et à cause de leurs multiples alliances avec les monarchies du Golfe, ils sont obligés de mettre de l’eau dans leur vin mais qu’on ne se méprenne pas sur les intentions obamesques. L’Amérique d’Obama l’a toujours en travers de la gorge et refuse toute aide nécessaire et substantielle à l’Égypte sous de faux prétextes droit de l’hommistes.

      Rappelons nous qu’il y a moins d’un mois, les représentants des frères musulmans ont été invités à la maison blanche alors que l’Égypte et l’Arabie Saoudite ont décrété officiellement l’organisation comme terroriste et pour des raisons plus légitimes que purement politiques.

      Souhaitons pour le monde et pour Israël qu’Obama se casse vite et qu’il cesse de faire ces dégâts semant le trouble et l’instabilité dans tout le Moyen Orient.

    2. Nemo

      oh ça, il ne faut pas mésestimer sa capacité de nuisance, il trouvera bien l’occasion de semer encore le chaos et la guerre quelque part dans le monde, le « prix nobel de la paix » façon islamiste.

      Mais finalement, certains pays arabes semblent commencer à ouvrir les yeux, et on ne peut que s’en réjouir (modérément tout de même car la partie n’est pas gagnée).

    3. Debout

      Aux yeux d’un simple occidental français que je suis, cette promesse d’aide financière à l’Egypte par les Monarchies du Golfe pour lutter contre la menace grandissante islamiste armée semble très positive. Mais cette aide me parait être de la haute voltige, car d’après ce que je comprenais auparavant, certains de ces mêmes pays aidaient aussi financièrement la propagation islamiste un peu partout dans le monde ! Ont-ils joué au pompier pyromane ?? A l’apprenti sorcier qui aurait ouvert la Boite de Pandore et qui aurait maintenant la « pétoche » ?? Jouent-ils aussi avec le Pacte de Quincy (accord de 1945 avec les Américains qui devaient assurer « ad perpetuam » la protection de certains pays du Golfe en échange, probablement , d’ un approvisionnement régulier en pétrole) ??
      Savant jeu d’échec ou de poker menteur ???
      Un occidental comme moi s’y perd en conjonctures !!!….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *