toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Laïcité – Laurent Marcangeli (UMP) : « En Corse, l’identité chrétienne est le ciment de la société »


Laïcité – Laurent Marcangeli (UMP) : « En Corse, l’identité chrétienne est le ciment de la société »

OPINION

Encore peu connu du grand public, Laurent-Marcangeli, 34 ans, est député-maire d’Ajaccio. Alors que la France traverse une crise d’identité, le jeune élu défend fièrement l’identité chrétienne de la Corse qu’il décrit comme le « ciment social » d’un peuple. Il vient de le rappeler en accueillant le cardinal Mamberti à l’occasion de la fête de la Madunnuccia.

A l’approche du premier tour des élections départementales, le débat s’est focalisé autour des questions d’identité et de laïcité. Après avoir annoncé vouloir supprimer les menus sans porc dans les écoles publiques de sa ville, le maire de Chalon-sur-Saône a suscité une vive polémique qui a heurté les bien-pensants. Au même moment, autour des leurs élus et de leurs prêtres, les ajacciens célébraient ensemble le 18 mars, laMadunnuccia, une grande fête en l’honneur de la Vierge de la miséricorde, Sainte patronne d’Ajaccio. Sans soulever la moindre polémique.

« Les gens de toute confession se sont jetés sur lui, il a béni les enfants… »

C’est une fête dont on ne parle pas sur le Continent. Chaque année, le 18 mars, a lieu dans les rues d’Ajaccio une grande fête populaire en l’honneur de la Vierge de la miséricorde, sainte patronne de la ville. Très attaché à cette identité, Laurent Marcangeli (UMP) qui participait pour la première fois à cette fête en tant que premier magistrat de la ville, a tenu à rappeler fièrement l’identité chrétienne d’Ajaccio et de la Corse, « véritable ciment social de notre société ». L’élu, droit dans ses bottes, a souligné que cette tradition populaire est « fêtée depuis 1656 et se perpétue de génération en génération depuis cette date ».

Loading...

Depuis, chaque 18 mars des milliers d’ajacciens, « croyants et agnostiques », précise l’élu, arpentent les rues d’Ajaccio en procession et en prière derrière la statue de la Vierge Marie et se recueillent dans la chapelle de Notre-Dame de la Miséricorde, située dans la cathédrale d’Ajaccio. Sans soulever la moindre contestation. Dans d’autres villes en France, une telle procession, où prient ensemble élus et prêtres, catholiques et agnostiques, susciterait un véritable tollé. Mais ici, en Corse, la République et la foi se retrouvent en harmonie autour de l’identité et des racines. Profond républicain, Marcangeli est exaspéré lorsqu’on lui demande si sa présence active n’est pas contraire à la laïcité : « J’ai toujours participé à la Madunnuccia. Quand j’étais petit, j’y allais avec ma mère, c’est notre histoire, c’est notre civilisation…je ne vois pas où est le problème ! Au contraire ! ». L’élu assume aussi d’avoir invité cette année une personnalité de haut rang en la personne du cardinal Mamberti.

Effectivement, seul évêque corse, Mamberti a été ordonné prêtre en 1981 à Ajaccio. Après avoir intégré le service diplomatique du Vatican en 1986, Mamberti est consacré évêque en 2002, puis créé cardinal par le pape François en 2015. Aujourd’hui préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique, il est à la tête de la plus haute juridiction du Saint-Siège. Le député-maire d’Ajaccio n’est pas peu fier de son hôte, « une véritable rock star dans les rues d’Ajaccio, confie-t-il. Les gens de toute confession se sont jetés sur lui, il a béni les enfantsC’est ça la Corse, nous sommes républicains et nous sommes attachés à notre identité, la religion chrétienne. Je peux vous dire qu’ici, elle n’est pas prête de disparaître ! ».

Pour couronner le tout, Marcangeli a décidé d’élever le cardinal Mamberti au rang de citoyen d’honneur de la ville ! « J’étais impressionné et ému de recevoir un cardinal dans mon bureau », raconte-t-il la gorge encore nouée. Encore une fois, personne en Corse n’y a vu une entrave à la laïcité. Au contraire, la population est fière.

« A Ajaccio, personne ne conteste ni ne polémique sur le catholicisme, c’est dans l’ADN de la Corse »

Lassé par les polémiques « parisiennes » sur la laïcité, Marcangeli lâche : « ce qu’on dit sur la laïcité est un faux débat !  Notre identité puise ses sources dans la tradition et dans nos racines chrétiennes. C’est ainsi en Corse, qu’on le veuille ou non. A Ajaccio, personne ne conteste ni ne polémique sur le catholicisme, c’est dans l’ADN de la Corse, que voulez-vous ! ». Comment réagit-il si on lui reproche de revendiquer la tradition catholique de la Corse ?« Je revendique qu’on respecte la tradition séculaire des territoires ». Il n’y a pas de débat. « Peut-être est-ce un hasard, mais Napoléon est né un 15 août ! », confesse-t-il, tout sourire.

Marcangeli reste néanmoins conscient que ce qui se vit en Corse n’est pas perçu de la même manière partout en France, et reconnait volontiers que « des territoires ont des rapports plus difficiles avec le fait religieux ». Mas il prévient : « si un jour une municipalité corse s’oppose aux traditions chrétiennes, il y aura un vrai problème ! »

Learn Hebrew online

La fête de la Madunnuccia « a des vertus politiques car elle unifie les ajacciens » !

C’est en toute cohérence qu’il assume aussi la présence d’une crèche de Noël dans sa mairie, « réalisée par les employés municipaux » ! « La polémique est absolument ridicule. Elle m’a tellement stupéfait que je n’ai pas vraiment réagi. Vous savez…quand on est face à l’absurde ! ». Appelant à un sursaut de bon sens, il raconte à quel point il a été touché de « voir des enfants de toute origine religieuse venir admirer le petit Jésus dans la crèche ». Marcangeli plus qu’un autre se sent en phase avec cette synthèse qu’il considère « française ». Pour étayer son raisonnement, il cite sans gêne le cardinal Mamberti qui a rappelé aux Ajacciens que « la République est laïque mais des territoires sont chrétiens. ». L’identité chrétienne est-elle un rempart face à la division ?  « Vous savez, dans cette période difficile, cette crise, mon rôle d’élu est d’être en contact avec le pays réel, nos origines, le ciment de notre société ». Plus encore. Pour lui, la fête de la Madunnuccia « a des vertus politiques car elle unifie les ajacciens » !

« On aurait tort de se priver, car ces célébrations populaires sont fédératrices »

Loading...

Le lecteur l’aura compris, pour Laurent Marcangeli, l’identité chrétienne de la Corse est liée « au sentiment d’appartenance ». Et d’ailleurs « on aurait tort de se priver, car ces célébrations populaires sont fédératrices ». Plus que des mots, ces manifestations « sont faites pour le vivre ensemble, pour l’intégration et c’est ça qui compte le plus » affirme-t-il.

« Vous connaissez l’hymne Corse ? »

A-t’il peur des critiques qu’il pourrait recevoir « de Paris » ? Elles ne l’intéressent pas car il est convaincu que ce qui se passe dans sa ville pourrait inspirer d’autres territoires pour « promouvoir la laïcité et défendre l’identité ». Pour apaiser les tensions sociales aussi : « il y a tellement de fléaux…il est de bon ton d’organiser des événements positifs autour de l’identité chrétienne ». Il conclut, « Vous savez….nous avons un avantage en Corse… Vous connaissez l’hymne Corse ? Les paroles sont simples : ‘Dieu sauve la Reine’ » ! En corse, « Dio vi Salvi Regina ».

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Laïcité – Laurent Marcangeli (UMP) : « En Corse, l’identité chrétienne est le ciment de la société »

    1. français pas naif

      Bravo, il a le courage d’affirmer haut et fort ses convictions et de défendre nos traditions judeo-chretiennes. Si toute la France était restée fidèle à sa culture, comme la CORSE, il n’y aurait pas eu de politiques qui ont brade notre beau pays à des parasites muzz depuis des décennies. Que la Corse reste forte, vigilante et combative face au péril terroriste et soit le modèle pour le sursaut indispensable des Français pour jeter dehors toute cette immigration mortifere.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *