toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Juppé et Onfray, les idiots utiles


Juppé et Onfray, les idiots utiles

De ce fait, la vacuité d’un Juppé n’a d’égale que la légèreté d’un clerc comme Onfray qui, à l’instar de la majorité des élites intellectuelles et politiques françaises et européennes, persistent dans le déni de réalité.

« Le Grand Journal » de Canal+ est au journalisme ce que le confort est aux latrines. Un oxymore institutionnel qui révèle, malgré tout, l’inconséquence de ceux qui se soumettent au prêt-à-penser idéologique de ces curaillons de la pensée unique.

Mercredi 25 mars, Antoine de Caunes y recevait Alain Juppé et Michel Onfray. [Voir notre article].  Le premier, fort de ses ambitions présidentielles, est un habitué des plateaux du Tout-Pourri médiatique, histoire de se tailler un costume de présidentiable en tout point conforme à la doxa dominante. Quant au second, militant décomplexé d’un athéisme radical, empruntant, à la suite d’Éric Zemmour, le sillon de l’infréquentabilité politico-médiatique (tous deux se virent décerner la rosette brune de l’hitlérisme par Manuel Valls en personne), il tente de renverser sur sa gauche (non sans quelque talent, nonobstant) un BHL en perte de vitesse.

Notre philosophe infligea publiquement au « meilleur d’entre nous » une fessée magistrale : « [Vous qui prétendez aux plus hautes fonctions], je trouve grave que vous n’ayez pas lu le Coran. Je trouve qu’aujourd’hui, se permettre d’avoir des avis sur l’islam sans avoir lu le Coran, […] les hadiths du Prophète, […] une biographie du Prophète, c’est comme parler d’un film qu’on n’a pas vu… » Juppé blêmit, encaissa l’humiliation et, courant encore plus vite à Canossa, lâcha piteusement : « C’est vrai, vous avez raison, je n’ai jamais lu le Coran. […] Je vais le lire intégralement. […] J’ai essayé mais, en réalité, c’est illisible. »

Que cet homme politique blanchi sous le harnais se livre à un tel aveu est d’autant plus consternant qu’il témoigne, jusqu’à la caricature, de l’irresponsabilité de ceux qui nous gouvernent. N’a-t-il pas remis la Légion d’honneur à Tarek Obrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, proche des Frères musulmans, après lui avoir vendu un terrain privé communal pour l’édification d’un centre culturel islamique ?

Toutefois, pour légitime qu’elle fût, la réprimande de Michel Onfray retomba comme un soufflé après qu’il eut affirmé en substance qu’il y a « au moins deux islams », l’un s’appuyant sur la sourate selon laquelle il n’y aurait « pas de contrainte en matière de religion », l’islam républicain devant se construire sur cette phrase-là, l’autre proprement incompatible avec les valeurs de la République.

Avoir commis un pompeux Traité d’athéologie ne suffit pas pour être un spécialiste de théologie. Ainsi, le bât blesse lorsque, d’une part, Onfray, juché sur le pavois de son omniscience infatuée, se trompe littéralement en citant la sourate 2 du verset 256 qui proclame plutôt qu’il n’existe « nulle contrainte dans la religion », d’autre part, en lui conférant un sens à mille lieues de celui donné par les légistes musulmans. Selon l’islamologue Dominique Urvoy, ce verset consacre surtout « le droit des non-musulmans à embrasser l’islam sans qu’on les en empêche ». Verset qui fut abrogé par le Verset du sabre appelant à tuer les mécréants.

Comme le remarquait, à bon droit, l’abbé Guy Pagès dans son remarquable Interroger l’Islam, « Que l’on vive “sans contrainte” parce que l’on est musulman ne signifie pas que l’on doive renoncer à exercer la contrainte à l’encontre des non-musulmans […] ainsi que de nombreux versets […] en témoignent. »

De ce fait, la vacuité d’un Juppé n’a d’égale que la légèreté d’un clerc comme Onfray qui, à l’instar de la majorité des élites intellectuelles et politiques françaises et européennes, persistent dans le déni de réalité.

Docteur en droit, journaliste et essayiste






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Juppé et Onfray, les idiots utiles

    1. Alauda

      Très comique en effet ce contresens d’Onfray, d’autant que le thème du verset 256 se poursuit dans le 257. Il est promis aux incrédules / mécréants qui « ont pour patrons les Taghout » d’être « les hôtes du feu ». Le mot « Taghout » dans la note est traduit comme « rebelle ».

      Après quoi (sourate 258) le thème change pour partir dans un délire entre un énonciateur non identifié et Abraham « au sujet de son Seigneur ». L’instabilité énonciative rend à cet endroit le texte vraiment « illisible » (je confirme), contrairement à ce qui se rapporte à Abraham dans la Genèse. Autant la Thorah, ou plus largement la Bible, s’inscrit dans une chronologie narrative, autant le Coran brouille les repères du fil de l’histoire judéo-chrétien pour ne retenir que ce qui l’intéresse : le post-mortem au jour du Jugement dernier et la balance (égyptienne) des âmes.

      Je ne peux pas m’empêcher de lire cette sourate 259 de La Vache comme un remix du conte de la Belle au Bois dormant : « Dieu le fit mourir cent ans ; il le ressuscita ensuite « .
      Jamais rien lu de tel dans ma tradition en dehors des contes de bonne femme – pardon fée / fatum – réécrits par des poètes sous la mention « fiction » 😉

    2. Laurence

      Il y a 1 islam et c’est cet islam qu’il faut combattre
      Tous ces biens pensant veulent nous faire croire à des fables
      l’islam est dangereux et n’est pas compatible avec la République

    3. Christian

      Laurence

      Pour vous paraphraser sur l’incompatibilité de l’islam et de la République, j’irais plus loin encore. L’islam n’est compatible qu’avec l’islam, et encore. … En témoignent les massacres fratricides depuis sa naissance à ce jour.

      Au risque de choquer, sa dynamique interne est comparable à un cancer. Il détruit et s’auto-détruit par conséquence logique. Il survit lorsque il est en phase « dormante » ou sous contrôle médico-dictatorial et lorsque il règne dans toute sa logique violente intrinsèque, il passe en mode agressif et métastases ne laissant que ruine, mort et désolation. Bref, le désert qui l’a vu naître.

      Le problème c’est qu’ici en Occident, on le traite comme si c’était un rhume à cause de cette entêtement d’erreur de diagnostic.

    4. Alauda

      Christian,
      j’ai trouvé votre message sur une autre page.
      Merci pour cette réponse détaillée qui précise votre pensée.

    5. Laurence

      Christian

      l’islam est un véritable cancer mais le cancer ne s’attrappe pas, mais l’islam , oui, il est contaminant , et fait de + en + émules et il n’est compatible avec rien

    6. berzin

      Juppé joue un numéro. En vérité c’est un antisemite de la tete au pied comme son mentor Chirac et son ex collegue, le soi disant flamboyant Dominique de Villepin. Ils ont en commun la haine viscerale d’Israel.
      Quand à Onfray, oui c’est un « idiot utile », et surtout un philosophe Inutile…

    7. abraham

      Juppé et Onfray, les idiots utiles

      Aristide Leucate,, docteur en droit, journaliste et essayiste fait une analyse pertinente sur l’islam à travers sa critique. Le problème que rencontre la société Occidental y compris l’Etat Juive, c’est quelques versets qui parsèment le Coran, devenu « Incréé » au 13ème siècle rend impossible tout retour en arrière des prescriptions coraniques. Auxquels les Oulémas et imams majorèrent de la Sîra (biographie) et le Hadith (faits et actions collectés entre un siècle et trois siècles après la disparition de celui qui aurait reçu les confidences de l’ange Gabriel. Malheureusement, ce que les adeptes et les autres ignorent, c’est d’une part, il y a 4 corans un par école de pensée et chacun d’eux a une longueur de texte différente. L’école Mutazilite qui a prospéré en terre Arabe entre le 8è et le 10è siècle.avait conduit ce culte vers la Lumière. Le sunnisme enterra cette pensée moderne dans l’abîme de ,l’obscurantisme !
      Pourquoi, l’islam ne ferait-il pas un retour triomphale vers le Mutazilite ? Il cessera ainsi d’être le dernier réceptacle de la barbarie humaine.

    8. Christian

      Abraham

      La réponse est très simple. Tendre vers le mutazilisme signifie à court terme amputer cette religion d’une quantité non négligeable de son corpus sacré et recontextualiser les versets du coran, donc en le désacralisant.

      Désacraliser signifie ouvrir à moyen terme à une lecture historico – critique et prendre le risque de relever objectivement toutes les incohérences contenues dans le coran. La conséquence serait dramatique pour les chefs religieux car le mouvement d’apostasie serait colossal et le garde-fou du dogme de la parole divine incréée n’étant plus là pour menacer de mort celui qui doute, la débâcle que tout cela engendrerait signifierait à moyen terme la disparition pure et simple de l’islam en tant que religion. Tout au plus, resterait-il un résidu de type folklorique.

      Quant au côté lumineux historique avant le dogme que vous dénoncez qui remonte non pas au 13 ème mais au 10 ème siècle, cela me semble plus tenir de la légende romancée que d’une réelle vérité historique.

      Bien à vous

    9. Dorilée50

      Je vous admire de pouvoir disserter sur les différents courants de l’islam, le sens caché des sourates, hadiths et autres élucubrations du bédouin pédophile. Je considère, pour ma part, que toutes ces nuances sont à l’image des crottes de chiens sur les trottoirs : des formes et des couleurs différentes mais toutes souillent mon lieu de vie. Il faut s’en défaire au plus vite et empêcher qu’elles ne réapparaissent.

    10. François SWEYDAN

      Lire dans ce sens au sujet de Coran Sourate 2, verset 256

      Nulle contrainte en religion
      Publié le 9 mars 2015 par Sami Aldeeb Abu-Sahlieh – Article du nº 398
      http://ripostelaique.com/nulle-contrainte-en-religion.html
      et
      http://www.sami-aldeeb.com/articles/view.php?id=391&action=nulle-contrainte-dans-la-religion-interpretation-du-verset-coranique-2-256-a-travers-les-siecles

      ainsi que François Sweydan pour Dreuz.info
      L’Apôtre trahi
      http://www.dreuz.info/2014/11/lapotre-trahi/ (2 novembre 2014)

      Ou dans l’EEChO.fr, n° 46, de déc. 2014 :
      http://www.eecho.fr/le-film-lapotre-deux-avis-de-spectateurs/

      Cordialement,
      FS
      _____

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap