toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

GW Goldnadel : antisémitisme et islamophobie ne sont pas comparables


GW Goldnadel : antisémitisme et islamophobie ne sont pas comparables

Le président du CRIF a déclaré que «juifs et musulmans étaient ensemble victimes du racisme» lors de sa «réconciliation » avec le recteur de la Grande Mosquée de Paris à l’Elysée la semaine dernière. Gilles-William Goldnadel dénonce une dangereuse contrevérité.

C’était sûr. Promis, craché. Rien ne serait plus jamais comme avant. Le 12 janvier au matin, les nuées pestilentielles de la haine, de l’intolérance, et du terrorisme intellectuel seraient emportées par un ouragan nommé Charlie. Certains, très peu nombreux, demeuraient fort sceptiques.

Contre le vent qui soufflait, ils prophétisaient sans plaisir qu’il était douteux qu’un happening satisfait, un festival du consensus mou allant jusqu’à refuser de détester la haine et encore moins de la nommer, une escroquerie émotionnelle aux sentiments, ne fassent autre chose que bien rire les méchants. Ces mauvais prophètes maudissaient le roi et plus encore ses puissants opposants de ne pas avoir saisi l’occasion du malheur pour se libérer des fers que la religion de la préférence pour l’Autre avait posés sur les sujets de France.

Loading...

La semaine dernière, dans ces mêmes colonnes, je disais que le seul scandale provoqué par les évidences affligeantes prononcées par le représentant censé représenter les juifs français résidait précisément dans le fait qu’elles aient pu faire scandale. Mais un autre habite dans le fait que les déclarations du même, le lendemain, n’aient déclenché, au rebours, aucun commentaire.

Le président du CRIF s’est en effet rendu à l’Élysée, comme d’autres à Canossa, pour se réconcilier, sous égide présidentielle, avec le très estimable président Boubakeur qui avait cru devoir se sentir insulté par le lieu commun, la banalité, l’observation ingrate de l’identité religieuse des assassins de juifs. Bref, en la circonstance, c’étaient les musulmans qui faisaient figure d’offensés.

On revoyait ainsi se dérouler au même endroit, la même scène qui avait été jouée au lendemain du massacre de Toulouse, et où les acteurs de l’époque avaient lourdement insisté sur le «pas d’amalgame!». Quelques jours après, le grand rabbin de France avait regretté , mais un peu tard, la centralité de cette thématique qui masquait la réalité des responsabilités respectives. Cette fois-ci, le président du Crif s’est senti obligé de déclarer publiquement que «juifs et musulmans étaient ensemble victimes du racisme»… Je comprends bien, et je la souhaite autant qu’un autre, la nécessité de bonnes relations entre les enfants d’Israël et ceux d’Ismaël. Mais pas au prix d’un mensonge au moins par omission pour se faire pardonner une dure vérité.

Il n’existe aucune équivalence actuelle entre la souffrance juive et la souffrance musulmane. Les renvoyer dos à dos est une offense dangereuse à la cruelle vérité. Que le représentant du CRIF m’oblige à m’imposer au nom de la vérité due aux victimes de la haine islamiste, cet exercice ingrat qui sera considéré par certains comme constitutif de concurrence victimaire, m’afflige.

Énoncer dans une même phrase que juifs et musulmans seraient victimes du même racisme donne à penser que, comme toujours, les racistes sont les non-juifs et les non-musulmans. Pour un peu les éternels franchouillards… Or dans la tragique circonstance actuelle, les tourmenteurs de juifs se recrutent au sein de l’islam radical.

Laisser également à penser qu’antisémitisme et islamophobie seraient les deux revers d’une même médaille ensanglantée relève de la dangereuse contrevérité. Comme l’a encore écrit mon cher Pierre André Taguieff dans ces mêmes colonnes «la symétrie entre islamophobie et judéophobie relève de l’escroquerie intellectuelle et morale.»

«Point de musulmans assassinés en France parce que musulmans, point d’enfants musulmans tués en tant que musulmans. Point non plus en France, même après les tueries de janvier 2015, de manifestations islamophobes violentes avec des slogans comme «mort aux musulmans!» ou «musulmans assassins!».

Ni même avec un slogan du type «musulman, casse-toi: la France n’est pas à toi!». Dieu merci.

J’ai défendu ici même le droit et même le devoir qu’avait le président de l’instance représentative des juifs de France de dire la vérité sans faillir. Dans la tempête médiatique s’il le faut. Ce n’était pas la peine de s’y risquer sans savoir tenir fermement la barre. Mais je sais aussi d’où souffle le mauvais vent qui gonfle la tempête. Si les choses ont changé depuis le 11 janvier, ce n’est pas en mieux.

Learn Hebrew online

Gilles William Goldnadel

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “GW Goldnadel : antisémitisme et islamophobie ne sont pas comparables

    1. SALOMON

      M. Boubakeur ainsi qu’un certain Zekri ont hurlé avec une véhémence et une vigueur qu’on ne leur connaît pas pour dénoncer des assassinats commis par leurs coreligionnaires. Ces deux messieurs ont déclaré à l’unisson « y en a marre de POINTER du doigt les musulmans ».
      Non Messieurs, ce sont les Juifs qui en marre, eux, d’être POINTER non pas du doigt mais par des kalachnikovs. L’étoile jaune n’est plus de mise, D. merci, mais ce sont des cibles qui les ont remplacé sur nos poitrines.
      Hurler aux loups avant de les avoir vu est une habitude et un bon stratagème pour le fameux « padamalgame ». Le plus triste, c’est qu’en France, ça marche et Gilles-William en a fait magistralement, comme à son habitude, la démonstration.

    2. sarah

      Ce sont des musulmans qui tuent des juifs en France parce que juifs, un point c’est tout.

      Monsieur Boubakeur ne condamne pas avec autant de véhémence les attentats antisémites commis par des musulmans : c’est plus grave pour lui qu’on dise la vérité que le fait de tuer des enfants, femmes et hommes juifs. Si ce n’est pas une saloperie ce mec, alors la lune n’est plus un satellite de la terre. Et puis, dans un dîner de représentants juifs digne de ce nom, des musulmans n’auraient pas été invités.parce qu’ils n’y ont pas leur place et les hommes politiques non plus.
      Il faut supprimer ce dîner de cons et le Crif également qui ne me représente pas et qui n’est pas représentatif de beaucoup de juifs.

      Toute la clique politique n’aura pas autant d’égards envers les juifs si des extrémistes juifs tuaient des musulmans en France. Les juifs seraient stigmatisés, ostracisés, maltraités et l’Etat leur donnerait un billet aller simple pour Tel Aviv . Par contre, ils se mettent à quatre pattes devant les musulmans.
      .

    3. Paul

      merci à maitre Goldnadel de défendre les éternels franchouillards dont je fais parti , car ça fait bien longtemps que le petit peuple de France n’a plus droit au chapitre , sinon en mettant un improbable bulletin de vote si on croit encore un peu à la démocratie ; que Dieu vous garde

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *