toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etat islamique: Al-Tunisi membre de la cellule du 19ème « Bientôt, avec la permission d’Allah, vous verrez la bannière flotter sur le Palais de l’Elysée. L’État islamique est proche maintenant »


Etat islamique: Al-Tunisi membre de la cellule du 19ème « Bientôt, avec la permission d’Allah, vous verrez la bannière flotter sur le Palais de l’Elysée. L’État islamique est proche maintenant »

Le 30 mars 2015, l’État islamique (EI) a sorti le huitième numéro de son magazine en anglaisDabiq. Ce numéro contient une interview d’Abou Muqatil Al-Tunisi, l’assassin du député tunisien Mohammad Brahmi, tué en juillet 2013. Al-Tunisi était membre de la cellule dite « du 19ème arrondissement » (ou filière irakienne), où il a connu les frères Kouachi, auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.

Al-Tunisi révèle les motivations de l’assassinat de Brahmi : il s’agissait essentiellement de plonger la Tunisie dans le chaos pour faciliter la circulation des djihadistes et des armes à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Al-Tunisi mentionne également l’assassinat du politicien tunisien Chokri Belaid, quelques mois plus tôt, dans le même but, par un autre moudjahid, Kamal Gafgazi. Al-Tunisi note que les deux assassinats n’ayant pas réussi à générer la réaction escomptée par lui et ses pairs (semer le chaos en Tunisie), il a décidé de se rendre en Syrie pour rejoindre l’EI.

Al-Tunisi raconte son expérience du djihad dans la dernière décennie, révélant qu’il était membre du groupe Jamaat Al-Tawhid Wal-Jihad, dirigé par l’ancien chef de l’EI, Abou Musab Al-Zarqawi. Il a été arrêté à un certain moment en Syrie puis expulsé vers la France, où il a passé sept années en prison. Al-Tunisi rapporte également comment il s’est rendu en Tunisie pour mener le djihad après sa libération, pour échouer en Libye où les armes abondaient. En Libye, lui et d’autres ont mis en place un camp d’entraînement et ont été impliqués dans la contrebande d’armes vers la Tunisie.

Al-Tunisi s’adresse aux musulmans en France, les appelle à combattre les ennemis d’Allah et à imiter les attaques terroristes commises en Europe. « Je les appelle à suivre la méthode des frères qui ont exécuté des opérations en Europe… Ne cherchez pas de cibles spécifiques. Tuez n’importe qui. Tous les kuffar là-bas sont des cibles. » Al-Tunisi prévient en outre les incroyants en France que l’EI s’approche de la France (après s’être établi en Libye) : « Bientôt, avec la permission d’Allah, vous verrez la bannière ‘la ilaha illallah‘ flotter sur le Palais de l’Elysée. L’État islamique est proche maintenant. Entre vous et nous, il y a la mer… Nous progressons vers vous. Et si Dieu le veut, nous vendrons vos femmes et enfants sur les marchés de l’État islamique. »

Extraits :

Dabiq : Pourquoi avez-vous tué Brahmi ?

Abou Muqatil : … Nous avons voulu provoquer le chaos (tawahhush) dans les pays en tuant Brahmi, afin de faciliter les mouvements des frères, d’apporter des armes et de libérer nos frères des prisons. C’était le principal but du meurtre de Brahmi, en plus du fait qu’il travaillait à l’Assemblée constituante, ce qui faisait de lui un tawaghit [N.d.T. Littéralement, un transgresseur. Désigne en général les idolâtres et ceux qui adorent quelque chose d’autre qu’Allah] du pays.

Dabiq : Était-ce difficile pour vous de réaliser cette opération ?

Abou Muqatil : Louange à Allah. Allah… a facilité l’affaire, ainsi, nous n’avons éprouvé aucune difficulté. Nous avons passé quatre heures devant la maison de ce tyran, à attendre, jusqu’à ce qu’il quitte la maison et entre dans sa voiture. Je me suis ensuite dirigé vers lui et je l’ai tué en tirant dix balles sur lui.

Dabiq : Pouvez-vous nous parler de l’assassinat du murtad [apostat] Chokri Belaïd… et des frères qui ont participé à l’opération ?

Abou Muqatil : L’assassinat de Chokri Belaid a été perpétré par notre frère Abou Sayyaf Kamal Gafgazi… Notre frère Lutfi az-Zayn… était avec lui dans l’opération. Abou Zakaria Ahmad ar-Ruwaysi (qu’Allah l’accepte) a aidé les deux frères à perpétrer l’opération. Notre frère Ahmad ar-Ruwaysi a été tué récemment dans une bataille contre les apostats [à Syrte, en Libye]… Lorsque nous avons établi un camp d’entraînement en Libye, il est devenu l’un des frères responsables du camp. Il formait les frères, puisqu’il excellait dans le domaine militaire. Par la suite, quand nous avons commencé à faire de la contrebande d’armes vers la Tunisie, il nous a aidés, en dépit d’une peine de prison de 15 ans qui lui a été infligée en Tunisie. Le frère n’a pas hésité. Il est venu avec nous, a pris le risque, et a fait de la contrebande d’armes. Après l’assassinat de Chokri Belaid, il était recherché. Alors il est retourné en Libye et a continué à former des frères là-bas et à envoyer des frères pour mener des opérations à l’intérieur de la Tunisie. Par la suite, grâce à Allah, le frère qui se trouvait à Syrte a rejoint l’État islamique, lui a prêté allégeance et est devenu responsable d’un camp d’entraînement là-bas…

Dabiq : Pouvez-vous nous parler de votre expérience dans le djihad ?

Abou Muqatil : Ma pratique religieuse a commencé en 2002. Je suis venu au Sham [Syrie] étudier la charia. En 2003, après l’arrivée des Américains en Irak, je suis allé en Irak et y suis resté environ un mois. Par la suite, nous avons été trahis par certains des hypocrites là-bas et avons été forcés de quitter le pays. Je me suis alors rendu en France. Je me suis ensuite préparé à un autre voyage et j’ai rejoint Jamaat at-Tawhid wal-Jihad avec le cheikh Abou Moussab Al-Zarkaoui… à Falloujah. J’y suis resté pendant environ six ou sept mois. J’ai ensuite quitté Falloujah pour aller au Sham, pour recevoir ma famille, mais j’ai été arrêté. Je suis resté neuf mois dans (la section) Far’ de la prison Filistin. J’ai ensuite été expulsé vers la France où j’ai été emprisonné pendant sept ans. Je suis alors retourné en Tunisie et j’ai commencé à planifier le djihad en Tunisie avec mes frères. La Libye n’était pas loin de nous et les armes y abondaient. C’est pourquoi nous sommes allés en Libye et y avons établi un camp d’entraînement. Nous formions les frères là-bas et en même temps, nous nous consacrions à la contrebande d’armes vers la Tunisie.

Notre frère Kamal Gafgazi (qu’Allah l’accepte) a perpétré le premier assassinat [contre Chokri Belaid] afin de créer le chaos dans le pays. L’affaire a réussi, mais certains de ceux associés au djihad là-bas, qu’Allah les guide, se sont mis à défendre les anciennes institutions gouvernementales et ont ainsi saboté notre mission. Nous avons essayé de nouveau avec Brahmi et la même chose s’est produite. Après toutes ces tentatives, j’ai décidé de me rendre au Sham et d’y rejoindre l’État islamique…

Dabiq : Avez-vous des commentaires sur la récente opération à Tunis (l’attaque du Musée du Bardo) ?

Abou Muqatil : L’opération nous a réjouis et a guéri nos cœurs. Nous espérons que les frères là-bas suivront cette voie, se reposeront sur Allah, et infligeront des massacres aux ennemis d’Allah. Grâce à des opérations de ce genre, la terreur pénètre le cœur des ennemis d’Allah. Inchallah, les frères là-bas suivront cette voie. Ils doivent être sûrs que les opérations de ce genre ne sont pas impossibles. Les frères ont perpétré cette opération alors que le Musée du Bardo est juste à côté du Parlement tunisien – l’un des endroits les mieux gardés – et une fois encore, grâce à Allah, Allah a permis aux frères d’y entrer et de tuer leurs ennemis facilement…

Dabiq : Pouvez-vous nous parler de votre emprisonnement en France ?

Abou Muqatil : … La prison, c’était difficile. Nous étions confrontés à l’humiliation et à l’inconfort par ces kuffar. Mais en même temps, ce fut une grande porte pour la dawa[propagation du message]… et pour expliquer ce manhaj [programme] et cette voie aux jeunes en détention…

Dabiq : Avez-vous un message pour les frères en France ?

Abou Muqatil : Je les appelle à se réveiller et à combattre les ennemis d’Allah, pour la cause d’Allah. Par Allah le Grand, vous vous réveillerez et les combattrez, si vous veniez ici et voyez ce qu’ils font avec leurs avions, comment ils terrifient les femmes et les enfants, et comment ils s’efforcent jour et nuit de détruire cet État, ce qu’avec la permission d’Allah, ils ne pourront jamais faire. Je les appelle à suivre la méthode des frères qui ont perpétré des opérations en Europe. Les armes sont faciles à acquérir dans ces pays. Reposez-vous sur Allah… Je leur dis aussi, ne cherchez pas de cibles spécifiques. Tuez n’importe qui. Tous les kuffar là-bas sont des cibles. Ne vous fatiguez pas à chercher des cibles difficiles. Tuez quiconque se trouve là-bas parmi les kuffar.

Dabiq : Avez-vous un message aux kuffar en France ?

Abou Muqatil : Je leur dis que bientôt, avec la permission d’Allah, vous verrez la bannière « la ilaha illallah » {de l’Etat islamique] flotter sur l’Elysée. L’État islamique est proche maintenant. Entre vous et nous, il y a la mer. Avec la permission d’Allah, nous avançons vers vous. Et si Dieu le veut, nous vendrons vos femmes et enfants sur les marchés de l’État islamique…

Source : Forum Shumoukh Al-Islam, le 30 mars 2015 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Etat islamique: Al-Tunisi membre de la cellule du 19ème « Bientôt, avec la permission d’Allah, vous verrez la bannière flotter sur le Palais de l’Elysée. L’État islamique est proche maintenant »

    1. Alauda

      Doute cartésien :
      Ce que dit ce type (« Musée du Bardo juste à côté du Parlement tunisien – l’un des endroits les mieux gardés  » ) a été contredit au lendemain de l’attentat par un très haut placé du Parlement… Conclusion ?

    2. Tamara

      Mais n empêche qu il va flalloir que nos dirigants bougent. Sinon si ce n est pas demain ce sera après demain ou après après demain!!! Alors si a on a ncore des armées il va falloir éradiquer ces phénomènes par la racine pour le bien de l Humanite .Bonnes Fetes et Bonne Sortie a vous tous.

    3. Aheroplane

      Et ils vont y arrivés car les Français ont plus peur du FN que de Daesh. Et cela grâce au UMPS.

    4. capucine

      ce fou d’ allah prend ses rêves pour des réalités !! si il croit que la France
      va marcher dans ses délires et qu’Hollande va lui laisser sa place , il rêve tout debout le barbu !!!

    5. Françoise

      Il peuvent venir nous les attendons de pied ferme, nous allons leur éclater ,la gueule et il n’en restera rien, s’ils ‘imaginent que les français ne vont pas bouger ils se trompent lourdement nous allons les exploser ensuite ce sera le feu pour rejoindre le paradis d’allah !

    6. PINHAS

      Poisson d’avril ! .

      Non sans blague ces nazis ne doutent de rien .

      La légion et les paras les attendent de pied ferme .

      A bon entendeur …..

    7. le sboub

      Sincèrement, je crois que tu oublies que dans ce pays il n’y à pas que des ramollis – Il est bien évident que si ma famille , mes amis et même des inconnus étaient en danger je peux te garantir que les choses ne vont pas vraiment se passer comme tu le voudrais- et cochon qui s’en dédit !!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap