toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Élections : Grâce à la victoire du Likoud, Israël devrait rester à droite avec Netanyahou à sa tête


Élections : Grâce à la victoire du Likoud, Israël devrait rester à droite avec Netanyahou à sa tête

Le Premier ministre sortant a revendiqué sur Twitter «une grande victoire pour le Likoud, une grande victoire pour le camp national emmené par le Likoud, une grande victoire pour le peuple d’Israël»

Selon des sondages réalisés à la sortie des urnes, le Likoud obtiendrait 27 ou 28 sièges sur les 120 que compte le Parlement israélien, l’Union sioniste 27. La liste arabe unifiée arriverait en 3e position avec 13 sièges. Les résultats définitifs ne sont toutefois pas attendus avant mercredi matin.

Les tractations en vue de la constitution d’une coalition pourront alors commencer.

« Rak lo Bibi » a perdu les élections israéliennes.  Rak lo Bibi, « Tout sauf Bibi » en hébreu, c’était le principal espoir de l’opposition de centre gauche qui entendait capitaliser sur l’impopularité supposée du Premier ministre sortant Benyamin Netanyahou. Un peu comme le « Tous sauf Sarkozy » en France. Dans l’Etat juif, le coup a raté et selon les résultats provisoires des législatives, la coalition de droite devrait rester au pouvoir à Jérusalem, avec Bibi à sa tête.

Qu’il soit le premier parti, avec 28 sièges sur les 120 que compte la Knesset, le Parlement israélien, ou qu’il soit à égalité (27) avec le centre-gauche, le Likoud de Netanyahou  est le vainqueur du scrutin de mardi.

Loading...

En effet, et contrairement à ce qu’annonçait les récents sondages, le «Camp sioniste » n’est pas parvenu à le devancher.

Le Camps sioniste (27 sièges) est une alliance électorale entre le parti travailliste Avoda du challenger de Netanyahou, Itzhak Herzog et Hatnoua, une organisation de centre-gauche de Tsipi Livni. Plus ouvert au dialogue avec les Palestiniens, plus proche des Etats-Unis également, le Camp sioniste a surtout fait campagne sur les problèmes sociaux (logement, éduction, inégalités). Mais ses leaders incarnaient sans doute trop le vieil establishment israélien pour emporter la conviction : Herzog est le fils d’un ancien président de l’Etat et petit-fils du premier grand rabbin ashkénaze alors que Livni, fille d’un dirigeant de la droite révisionniste, a fait carrière au Mossad.

Selon les premieres estimations, Netanyahou semble être en situation de former une nouvelle majorité, sans doute courte, de droite et d’extrême-droite, alors que la gauche ne pourra pas faire de même, sauf à s’allier avec les partis arabes, ce qui semble exclu.  Le consensus sioniste tient ces derniers à l’écart d’une majorité  et du gouvernement de l’Etat juif.

Signe des temps, le troisième parti de la Knesset sera la liste arabe, avec 13 sièges. Les Arabes israéliens représentent 20% de la population. Pour la première fois, quatre partis arabes, islamistes, nationalistes et communistes, ont réussi à surmonter leurs divergences politiques pour présenter une liste unique. Avec 13 sièges, ils progressent par rapport au total de 11, lors du scrutin précédent en 2013.

Le succès de Netanyahou – qui obtient 5 à 8 sièges de plus que ce que lui promettait les derniers sondages – s’explique en premier lieu par le siphonage des voix du parti nationaliste religieux Le Foyer Juif de Naftali Bennett, très influent chez les habitants de Judée Samarie, qui passe de 12 sièges à 8 ou 9. Un petit d’extrême-droite Otzma-Yahad ne parvient pas à franchir la barre des 3% pour obtenir un élu. Quant au parti de droite nationaliste Israël Beteinou d’Avigdor Liberman, issu de la communauté russe, il obtient 5 sièges, alors qu’en 2013, il faisait liste commune avec le Likoud. Les deux partis ultra-orthodoxes Shas (pour les sépharades) et Yahadut Hatorah (ashkénazes) sont en recul.

La leçon est claire : l’électorat de droite, nationaliste et religieux a voté utile en portant ses suffrages sur Bibi, qui a durci le ton dans les derniers jours de la campagne, excluant par exemple la perspective de tout Etat palestinien.

Au centre, le nouveau parti Koulanou (9 ou 10 sièges) fondé par un transfuge du Likoud, Moshe Kahlon, pourrait conclure un accord avec Bibi, en négociant son ralliement au prix fort, comme il est de coutume dans ce pur régime d’assemblée qu’est Israël. L’autre parti centriste Yesh Atid de l’ancienne star de la télévision Yaïr Lapid recule à 11 ou 12 sièges, contre 19 précédemment. En 2013, ce parti laïc avait créé la surprise avec son excellent score et s’était alors allié à Netanyahou. Fin 2014, la rupture de la coalition, dont faisait également partie Tsipi Livni – cette fois-ci ralliée à la gauche – a provoqué des élections anticipées. A gauche, le petit parti Meretz obtiendrait 5 sièges, un de moins que précédemment. Le même phénomène s’observe donc de ce côté de l’échiquier : les électeurs ont voté utile en portant leurs voix sur l’adversaire principal de Bibi, le Camp sioniste d’Herzog. Mais cela n’a pas suffit.

A 65 ans, Benyamin Netanyahou devrait donc entamer son quatrième mandat de Premier ministre.

Après un premier passage (1996-1999), le chef du Likoud est à la tête du gouvernement depuis le 31 mars 2009. Une hypothèse évoquée ces derniers jours, et défendue par le président de l’Etat, était celle d’un gouvernement d’union nationale mais on voit mal Bibi tendre la main à Rak lo Bibi (« Tout sauf Bibi »), alors que rien ne semble l’y contraindre.

Learn Hebrew online

Jean-Dominique Merchet

Source

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *