toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Débat attendu entre Netanyahou et Herzog : Cap sur la sécurité


Débat attendu entre Netanyahou et Herzog : Cap sur la sécurité

Itshak Herzog a réussi à provoquer un rire amusé du Premier ministre Binyamin Netanyahou lors d’un court débat sur la chaîne Aroutz 2. Intervenant en duplex, Binyamin Netanyahou a évoqué la question de Jérusalem et a notamment reproché à Herzog et Livni d’avoir dénoncé à l’étranger la construction juive y compris dans les quartiers juifs de la capitale. Herzog a répondu que c’est Netanyahou qui était responsable du fait que la question de Jérusalem soit ainsi mise sur la table de négociations et a fait ensuite ce lapsus: « Je m’engage à préserver Netanyahou indivisible »!! Le Premier ministre n’a pu s’empêcher de rire et ce passage a très rapidement fait le « buzz » sur les réseaux sociaux.

A quelques jours des élections, les candidats mettent le cap sur la défense et la crise du logement

Le débat tant attendu entre le Premier ministre sortant Benyamin Netanyahou et son rival, le travailliste Isaac Herzog, a finalement eu lieu brièvement samedi soir, portant principalement sur des questions diplomatiques et de sécurité, lors d’une émission télévisée.

Les deux hommes politiques, qui se sont pourtant copieusement critiqués au cours de la campagne pour les élections législatives anticipées de mardi qui s’achève dimanche soir, n’avaient pas encore été directement confrontés.

Samedi soir, lors de l’émission politique « Meet the Press », sur la deuxième chaîne de télévision israélienne, M. Herzog et le chef du Likoud, qui brigue son troisième mandat consécutif, ont échangé pendant quelques minutes.

Netanyahou, qui n’était pas présent physiquement dans le studio mais visible en duplex sur un écran géant, a d’emblée placé la discussion sur le domaine ultra-sensible de Jérusalem et de la sécurité.

« Pourquoi ils (M. Herzog et son alliée Tzipi Livni) condamnent la construction à Jérusalem? Pourquoi ne me soutiennent-ils pas lorsque je me bats pour neutraliser des menaces comme celle des armes nucléaires iraniennes? Pourquoi refusent-ils de dire qu’ils soutiennent l’immense effort de sécurité que nous entreprenons? », a lancé le chef du Likoud, qui stagne au second rang dans les derniers sondages publiés.

Ce à quoi M. Herzog a rétorqué: « La sécurité d’Israël est plus importante que tout pour nous. Nous savons comment la défendre et nous saurons comment le faire. Le seul qui place Jérusalem sur le devant de la scène alors même que personne ne parle de sa division c’est Benyamin Netanyahou ».

Netanyahou a accusé l’Union sioniste, alliance du parti travailliste de M. Herzog et du HaTnuah de Mme Livni « de capituler tout de suite » face aux pressions internationales et de ne pas être capables « de protéger nos intérêts nationaux ».

« La communauté internationale sait que vous êtes faible et n’accepte pas votre position », a répliqué M. Herzog. « Les Palestiniens ont identifié votre faiblesse et c’est la raison pour laquelle ils ont entrepris des démarches internationales », a-t-il ajouté.

Interviewé plus tôt sur le plateau de l’émission, M. Herzog avait affirmé que « le public israélien en a assez de Netanyahou et sait que je suis le seul à pouvoir le remplacer ».

« Si nous avions réinvesti Gaza, les roquettes continueraient à tomber » (Ya’alon)

Le ministre actuel de la Défense, Moshe Ya’alon a défendu samedi le gouvernement Netanyahou, notamment face aux critiques venant de la droite israélienne qui appelait à reconquérir la bande de Gaza à l’issue de l’opération Bordure Protectrice l’été dernier.

« Si nous avions pris cette décision, nous serions encore à l’heure actuelle en train de ramasser les corps de nos soldats et les terroristes continueraient à envoyer des roquettes sur Israël », a déclaré Ya’alon samedi.

A quelques jours de élections, les questions sécuritaires reprennent du galon dans cette campagne électorale centrée sur la crise socio-économique que traverse le pays.

Mahmud Hams (AFP)
Mahmud Hams (AFP)« Un militant palestinien de la branche armée du Jihad islamique, les brigades Al-Qods, le 3 mars 2015 dans un tunnel situé au sud de la bande de Gaza »

Au cours d’une conférence dans la ville de Ness Ziona, à quelques kilomètres de Tel Aviv, l’ex-chef de la Défense israélienne s’est opposé aux détracteurs du gouvernement actuel, qui blâment les suites de la guerre de l’été à Gaza, et exhortent à réinvestir la bande de Gaza.

« Nous avons compris que, même si nous avions envoyé des forces permanentes à Gaza, placer une bombe à retardement sous un bâtiment n’était pas vraiment compliqué pour le Hamas. Donc, nous avons agi de façon responsable et avons décidé que le Hamas ne tirerait rien de cette escalade », s’est justifié Ya’alon, cité par leTimes of Israel.

Les détracteurs visés par ces propos sont principalement Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères (Yisrael Beitenu), et le ministre de l’Economie Naftali Bennett (Foyer Juif), qui ont tout deux critiqué la tenue de la guerre, et ont appelé à « mettre fin au Hamas ».

La crise du logement au coeur du débat

De son côté, les partis à gauche de l’hémicycle ont concentré leurs critiques sur la crise du logement qui frappe de plein fouet la société israélienne. Yitshak Herzog a accusé Netanyahou d’avoir fait fi des problèmes économiques du pays. Avoir ignoré les protestations sociales de 2011 constitue un « péché impardonnable », a affirmé samedi Herzog.

Un ancien chef du Shin Bet, le service de sécurité intérieur israélien, Youval Diskin, a apporté vendredi son soutien à M. Herzog, critiquant sévèrement le bilan sécuritaire de Netanyahou.

M. Diskin, chef du Shin Bet de 2005 à 2011, cite notamment les négociations avec les Palestiniens « conduites avec une étonnante inefficacité », les libérations de prisonniers palestiniens pour éviter le gel des constructions en Cisjordanie et les dernières campagnes militaires israéliennes à Gaza « qui n’ont donné aucun résultat décisif » contre le mouvement islamiste Hamas.

Screen grab from The Gatekeepers
Capture d’écran de « The Gatekeepers »: Yuval Diskin

Les trois jours qui restent avant le scrutin seront déterminants pour convaincre les quelque 20% d’Israéliens encore indécis, estiment les commentateurs.

La campagne doit officiellement se clore dimanche soir avec un grand rassemblement de la droite prévu à 19h00 (17h00 GMT) à Tel-Aviv, où la participation du Premier ministre sortant Benyamin Netanyahou restait samedi incertaine.

Avec AFP et LPH INFO

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Débat attendu entre Netanyahou et Herzog : Cap sur la sécurité

    1. Christian

      Je me demande si, comme pour la France en 2012, la victoire de Herzog ne serait pas une bonne leçon d’exercice de la réalité pour tous les israéliens sensibles aux thèses de la gauche.

      Un bon mandat pour remettre les pendules à l’heure et les conséquences fâcheuses qu’il entraînera éviterait à l’avenir de s’y faire reprendre.

      Certes, Bibi, comme tout homme politique, est loin d’être irréprochable mais la gauche arrivant au pouvoir et l’exercice de ce dernier durant ne fut-ce que 6 mois suffirait à le faire passer pour un messie après coup.

      Je ne le souhaite pas pour Israël mais parfois l’épreuve de la confrontation au réel est plus salutaire que la surdité face aux mises en garde de ceux qui voient le malheur venir sous de fausses apparences salvatrices.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap