toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Aller à l’offensive pour contrer l’antisionisme qui est le véritable apartheid


Aller à l’offensive pour contrer l’antisionisme qui est le véritable apartheid

Bien qu’une semaine à peine se soit écoulée depuis la réélection du Premier ministre Benjamin Netanyahu, les ennemis d’Israël se préparent déjà à salir l’Etat juif. Un nouveau gouvernement de coalition n’a pas encore été formé, mais cela n’a pas empêché les critiques d’invoquer le mot « A » – apartheid – pour diaboliser l’administration du pays démocratiquement élu avant même qu’il prenne ses fonctions. Il est impératif que l’Etat juif et ses partisans à l’étranger se préparent à mener une intense campagne de hasbara, c’est-à-dire de réinformation et de lutte contre la propagande mensongère, ou de la diplomatie publique sur le terrain, dans les médias.

Prenez, par exemple, une colonne dans un grand quotidien sud-africain, sous le titre « isoler les Israéliens et leur l’apartheid » qui a averti que « le peuple israélien a parlé, et leur choix est l’occupation et l’apartheid. Le monde doit répondre par l’isolement. »

Et puis il y avait un blogueur sur la Colline, un site Web américain de politique qui couvre le Congrès, qui a déclaré inquiétant que « la  réélection de Netanyahu est un appel à la guerre contre les arabes-palestiniens partout … C’est une obligation pour le gouvernement israélien de tuer des arabes-palestiniens. Cela donne une licence à Netanyahu de poursuivre la politique de sept décennies d’un Israël de racisme et d’apartheid envers les gens à qui ils ont volé la terre. »

Évidemment, ce genre de balivernes absurdes n’a que très peu de liens avec la réalité. Après tout, le Président de la Commission des élections israéliennes qui a supervisé le scrutin, était un juge chrétien arabe, Salim Joubran.

 

Et la liste arabe commune est maintenant le troisième parti à la Knesset, battant Bayit’ Yehudi de Naftali Bennett de Droite et le Meretz d’extrême-gauche.

En outre, il y avait beaucoup d’Arabes israéliens, qui ont soutenu le Likoud et ses alliés de Droite, comme le village arabe de Galilée – Al Naim, au nord de Haïfa, où 76% des voix sont allées à Netanyahu et son parti.

Je ne sais pas si les résidents du village seraient très surpris d’apprendre que les observateurs à l’étranger considèrent qu’ils ont choisi le « racisme » ou « l’occupation ».

Néanmoins, il est clair qu’un coup de pouce important vient d’isoler Israël et il a frappé fort avec diverses sanctions et boycottages, ce qui rend impératif que l’Etat juif et ses partisans à l’étranger se préparent à mener une intense campagne de hasbara, ou de la diplomatie publique.

Bien sûr, il est essentiel de répondre à chaque liaison, pour lutter contre le mensonge et la calomnie qui sont devenus de rigueur dans les médias internationaux. Nous avons la vérité de notre côté, ainsi nous pourrions la déployer aussi bien que possible.

Mais au-delà de la tactique défensive habituelle, il est non moins important que nous allions à l’offensive pour contrer nos adversaires haineux. Nous devons porter la bataille sur leur terrain et mettre en évidence l’hypocrisie de leur position.

Un bon point de départ serait de souligner que les véritables praticiens de l’apartheid sont ceux qui s’opposent au Sionisme et cherchent à séparer Israël de la communauté internationale et de le traiter différemment que les autres nations.

L’apartheid, un mot Afrikaans qui signifie littéralement « Appart-capot » ou être à part, était un système qui fait preuve de discrimination contre un groupe de personnes en raison de leur identité.

C’est précisément le genre de politiques antisionistes qui soutiennent le boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) qu’ils cherchent à imposer contre l’Etat juif.

Ils veulent qu’Israël soit confiné au statut de paria, jeté hors de la société respectable et empêché d’avoir des chances égales de se livrer à la culture, au commerce et aux échanges.

Mais le Sionisme, par définition, est le mouvement de libération nationale du peuple juif. Il représente le désir collectif des Juifs depuis deux millénaires d’exercer leur souveraineté dans leur ancienne patrie – la terre d’Israël.

Pour refuser aux Juifs un tel droit, ou de chercher à les punir pour les faire respecter, c’est donc intrinsèquement discriminatoire et totalement injustifié.

Et la preuve qu’ils sont motivés par la haine pour ce que nous sommes, plutôt que ce que nous faisons, c’est évident du fait qu’ils n’appliquent pas la même norme de comportement à tous les États. Au lieu de cela, ils se concentrent seulement sur Israël pays démocratique tout en ignorant la conduite de nos voisins qui sont beaucoup moins-que-démocratiques.

Il suffit de jeter un coup d’œil au Moyen-Orient et cela devient évident. En même temps que les critiques d’Israël qui fustigent ses dirigeants dûment élus, il y a au moins cinq gouvernements arabes, dont les armées bombardent actuellement leurs propres territoires.

Au Yémen, le gouvernement du Président et les rebelles ont utilisé des avions pour se bombarder mutuellement à Aden et ailleurs.

En Syrie, les hélicoptères militaires jettent des barils de poudre en guise de bombes sur Damas, Alep et Homs, tuant aveuglément des civils.

En Irak, l’aviation mène des raids contre des cibles à Tikrit dans le but de reprendre la ville aux rebelles appartenant à l’État islamique.

En Libye et au Soudan les gouvernements ont utilisé également la puissance aérienne contre leur propre peuple  ces dernières semaines.

Pourtant, malgré ce déferlement de violence dans la région et le piétinement quotidien des droits de l’homme qu’elle implique, c’est Israël qui est sélectionné pour un traitement spécial par les partisans des arabes-palestiniens.

Ce ne peut pas et ne doit pas rester sans réponse. Quiconque s’oppose au Sionisme, ou qui cherche à traiter l’Etat juif d’une manière discriminatoire, doit être condamné pour ce qu’il est : Un bigot, raciste et antisémite.

Les gens ont le droit de critiquer la politique israélienne, d’être en désaccord avec elle et protester contre elle. Mais priver de ses droits Israël ou en le soumettant à des embargos commerciaux ou à des sanctions n’est rien de plus qu’une forme d’apartheid diplomatique et il ne peut pas être laissé tranquille.

Donc au lieu de s’asseoir et regarder comment les autres enduisent notre intégrité nationale, nous allons retourner les tables sur ceux qui le font et préserver notre réputation.

Source : Par Michael Freund, ©Copyright malaassot.com





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *